C'est il y a une dizaine d'années que l'impact du stress sur des familles de militaires canadiens a commencées à être sérieusement documenté pour la première fois, cela coïncidait avec la présence en grand nombre de nos militaires en Afghanistan.

C'est il y a une dizaine d'années que l'impact du stress sur des familles de militaires canadiens a commencées à être sérieusement documenté pour la première fois, cela coïncidait avec la présence en grand nombre de nos militaires en Afghanistan.
Photo Credit: Radio-Canada

Pour plusieurs de nos militaires stressés, il n’y a pas de quoi parader

Share

En ce Jour du Souvenir, l’attention des médias canadiens se porte une nouvelle fois sur l’aide déficiente que le Canada procure à ses soldats une fois qu’ils sont revenus du combat, comme en Afghanistan tout récemment.

Mardi, le chef d’état-major de la Défense disait s’inquiéter du phénomène de suicides au sein des Forces armées canadiennes et pressait les militaires qui auraient besoin d’aide de consulter sans crainte d’être jugé.

Dans une déclaration qui s’adresse à tous les militaires, le général Jonathan Vance admet mardi que l’armée doit améliorer son programme de prévention du suicide et qu’à la demande du ministre de la Défense, il fera ce qui est nécessaire « afin de déterminer les mesures devant être prises pour procurer » aux militaires « l’aide dont ils ont besoin ».

Dans un rapport sur la mortalité par suicide au sein des Forces, le médecin général de l’armée concluait en juin dernier que les soldats canadiens déployés en Afghanistan, de 2001 à 2014 courent plus de risques de se suicider que les autres. Selon le rapport les taux de suicide sont aussi plus élevés chez les membres de l’armée de terre — le corps de l’armée qui est le plus souvent exposé à des combats terrestres.

« Nous disposons déjà d’un vaste programme de prévention du suicide, soutenu par des employés compatissants et très compétents, mais c’est clair que nous devons continuer à l’améliorer », explique le chef d’état-major de la Défense canadienne.

Le général Jonathan Vance (Photo : Adrian Wyld La Presse canadienne)
Le général Jonathan Vance (Photo : Adrian Wyld La Presse canadienne)

Soins en santé mentale pour militaires : déficients disait le vérificateur du Canada l’an dernier

Dans son dernier rapport annuel, le vérificateur général du Canada dénonçait de façon marquée le manque d’accès aux soins de ceux qui ont combattu, principalement, en Afghanistan.

Il révélait que 20 % des anciens combattants attendent plus de huit mois pour de l’aide en santé mentale. Michael Ferguson a trouvé qu’il y a trop d’obstacles pour les anciens combattants qui veulent obtenir des services de santé mentale, ce qui comprend un processus de demande complexe et des retards dans l’obtention de leurs dossiers de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes.

Un autre chapitre du rapport examinait aussi les services de réinstallation inadéquats fournis par les Forces armées à leurs militaires et a leurs familles.

En 2013, l’ombudsman des forces canadiennes avait mesuré pour sa part précisément pour la première fois l’impact du stress au sein même des familles de militaires. Pierre Daigle recommandait une série d’améliorations au sein de l’armée pour prévenir certains des effets de ce stress.

Au Canada, un militaire sur cinq revenu d’Afghanistan souffre d'un trouble de stress post traumatique. Une enquête du quotidien Globe and Mail révélait la semaine dernière que 54 militaires et vétérans canadiens qui avaient été déployés en Afghanistan se sont par la suite enlevé la vie.
Au Canada, un militaire sur cinq revenu d’Afghanistan souffre d’un trouble de stress post traumatique. Une enquête du quotidien Globe and Mail révélait la semaine dernière que 54 militaires et vétérans canadiens qui avaient été déployés en Afghanistan se sont par la suite enlevé la vie. © iStock/JOHNGOMEZPIX

Aide-mémoire…
Les missions militaires à l’étranger ont régulièrement des effets néfastes sur la vie des militaires canadiens. Le problème, documenté scientifiquement dès la Première Guerre mondiale, n’est pas neuf. Mais les termes utilisés pour décrire la détresse psychologique ainsi que les traitements proposés ont beaucoup évolués.
Aujourd’hui, l’armée canadienne parle de « stress opérationnel » ou du « syndrome de stress post-traumatique ». Mais à ces formes de stress s’ajoute le stress subit par toute la famille du militaire qui peut à son tour avoir un effet néfaste sur les performances et la capacité de combattre de nos militaires.

Le nombre d'anciens militaires qui souffrent du syndrome de stress post-traumatique a plus que doublé au Canada depuis la guerre en Afghanistan.
Le nombre d’anciens militaires qui souffrent du syndrome de stress post-traumatique a plus que doublé au Canada depuis la guerre en Afghanistan.

RCI avec La Presse Canadienne

Sur le même thème…

Le chef d’état-major s’inquiète du suicide dans l’armée – Le Devoir

Forte hausse des cas de stress post-traumatique chez les militaires canadiens – Radio-Canada

L’ecstasy pour traiter les militaires ébranlés – Journal de Montréal 

Share
Catégories : International, Politique, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*