Le chef Métis Louis Riel repose dans le cimetière de la Cathédrale de Saint-Boniface au Manitoba.

Le chef Métis Louis Riel repose dans le cimetière de la Cathédrale de Saint-Boniface au Manitoba.
Photo Credit: ICI Radio-Canada (Bertrand Savard)

Joies et deuils en cette semaine nationale canadienne des Métis

Share

Près de 450 000 personnes se déclarent aujourd’hui Métis au Canada. À l’origine il y a 400 ans, les premiers Métis résultaient de mariages surtout entre commerçants de fourrures français et de femmes autochtones.

Ces premiers Métis étaient donc capables de servir d’intermédiaires dans la traite des fourrures. Ils pouvaient parler la langue des différents groupes amérindiens qui voulaient pratiquer la traite des fourrures avec les blancs et ils étaient capables de s’adapter à la fois au monde amérindien et au monde européen.

La nation métisse a vraiment vu le jour cependant, en tant que groupe politique distinct, à la suite de tristes événements survenus dans l’Ouest canadien durant la seconde moitié du 19e siècle.

130109_8d9vb_metis-canada_sn635

Tensions entre Métis et le gouvernement anglo-saxon blanc du Canada

Au moment de la création du Canada en 1867, les tensions augmentèrent entre le gouvernement à Ottawa et la Nation Métis qui se trouvait essentiellement concentrée dans la région occupée aujourd’hui par les provinces du Manitoba et de la Saskatchewan .

Les dirigeants canadiens de l’époque n’avaient pas le souci de vraiment reconnaître les droits territoriaux des 75 000 habitants de ces régions, métis, blancs, indiens et esquimaux. Les métis se soulevèrent donc à deux reprises et le gouvernement canadien finira par rétablir le calme avec son armée et à pendre le chef métis, Louis Riel.

Écoutez
Procès et pendaison du Métis Louis Riel ; 130 ans déjà!
Procès et pendaison du Métis Louis Riel ; 130 ans déjà!

La joie d’un anniversaire tâchée par la tristesse d’une pendaison

Le Manitoba soulignait en mai dernier son 145e anniversaire dans la Confédération canadienne. S’il y a des motifs réels de célébrer cette année l’arrivée de cette province dans le grand ensemble canadien, pour les Métis du Manitoba et de tout le pays en fait, cet anniversaire coïncide toutefois avec le 130e anniversaire de la pendaison de leur chef Louis Riel.

Même tant d’années plus tard, on peut affirmer que le Manitoba demeure aux prises avec un problème d’injustice sociale qui existe encore aujourd’hui et qui est exercé par la majorité blanche envers les métis ou les Amérindiens de cette région de l’Ouest canadien.

Au début de cette année, Winnipeg, la capitale du Manitoba s’était vu décerner le litre de ville canadienne la plus raciste par l’influent magazine anglophone Macleans.

Le saviez-vous?
Une série d’activité a lieu cette semaine au pays pour commémorer l’histoire des Métis dans la province de l’Alberta.
– Mardi, la nation métisse de l’Alberta a présenté à la Faculté des études autochtones de l’Université de l’Alberta un chariot de la rivière Rouge. Il s’agit d’un symbole important de partenariat entre les blancs et les Métis.
– Écoutez cette entrevue réalisée par Sandra Gagnon avec la professeure de l’Université de l’Alberta, Nathalie Kermoal et avec Nicole Saint-Onge, professeure d’histoire à l’Université d’Ottawa.

Des citoyens du Manitoba observe une minute de silence devant la tombe de Louis Riel.
Des citoyens du Manitoba observe une minute de silence devant la tombe de Louis Riel. © ICI Radio-Canada

Avec les contributions de Vincent Dureault, Colombe Fortin et Serge Olivier de Radio-Canada.

Sur le même thème…

Combien y a-t-il de Métis au Canada et qui sont-ils?  RCI

Manitoba : Secrets sur Louis Riel même 130 ans après sa mort – RCI

Que veut dire être Métis en 2015? – RCI 

Share
Catégories : Autochtones, Histoire, Politique, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*