Le renard gris est identifié comme étant potentiellement en péril conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral.

Le renard gris est identifié comme étant potentiellement en péril conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral.
Photo Credit: Zoo du parc Assiniboine

À la recherche de solutions pour préserver les espèces en péril au Canada

Share

Le Canada et sa biodiversité remarquable, ses forêts boréales, ses forêts pluviales tempérées côtières, est un vaste territoire de 9 984 670 km2, soit le deuxième en importance dans le monde après la Russie.

Une bonne partie de ses richesses naturelles demeure encore saine, tout comme certaines régions sauvages qui se situent principalement en zones éloignées dans les territoires nordiques ou en zones peu peuplées qui connaissent une faible présence des infrastructures humaines.

Selon des descriptions basées sur les connaissances scientifiques, les connaissances des collectivités et celles des autochtones traditionnels, 70 000 espèces sont connues à ce jour au pays et de nombreuses autres sont encore à répertorier.

Cette riche biodiversité est malheureusement menacée, car si 77 % des espèces ont été classifiées comme étant en « sécurité », il y a environ 12 % de ces espèces qui sont considérées comme en « péril ».

Des constats mettent en lumière le fait que la situation de déclin varie selon les espèces. La classification du risque est connue pour certaines espèces comme les reptiles (43 %), les moules d’eau douce (35 %), et les amphibiens (20 %) qui représentent la plus grande proportion d’espèces classifiées comme « en péril » ou « possiblement en péril ». La réalité des menaces a suscité une augmentation des aires protégées à l’échelle nationale.

Conformément au mandat que lui a confié la Loi fédérale de 2002 sur les espèces en péril, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) ouvre à partir de ce 22 novembre à Ottawa en Ontario, une concertation de près d’une semaine dans le but de déterminer la situation de 19 espèces sauvages ciblées. Il s’agit principalement du caribou de peary, du lépisosté tacheté, du renard gris et de la couleuvre agile à ventre jaune.

Les couleuvres agiles à ventre jaune sont identifiées comme étant potentiellement en péril conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral.
Les couleuvres agiles à ventre jaune sont identifiées comme étant potentiellement en péril conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. © Courtoisie : Dave Roberts/Conservation Manitoba

En octobre 2015, cet organisme fédéral créé en 1977 qui se réunit deux fois par année avait déjà publié un rapport sur la situation des espèces sauvages au Canada, notamment des mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Ce rapport avait mis en exergue quelques causes des menaces qui planent sur l’équilibre de la biodiversité. L’on a pu noter que les menaces sont attribuables aux effets de l’activité humaine, et aux changements climatiques. Par exemple, la fragmentation de l’habitat causée par l’agriculture, l’expansion urbaine et l’aménagement de chalet menacent les reptiles. La population de certains oiseaux des prairies chute considérablement et la situation des forêts fragmentées met en péril la population de caribous forestiers.

Le caribou des bois est identifié comme étant potentiellement en péril conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral.
Le caribou des bois est identifié comme étant potentiellement en péril conformément à la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. © La presse Canadienne

Les couleuvres, les tortues et les lézards notamment, subissent d’autres types de pressions reliées aux accidents sur les routes et la collecte à des fins de commerce. La population des mammifères marins est également menacée par la surexploitation des pêches commerciales et récréatives et le déclin d’autres groupes d’animaux est très souvent relié à des éléments polluants et à des contaminants utilisés par l’homme.

Les processus naturels sont compromis et atteignent des seuils critiques à cause des changements climatiques. La perte considérable des glaces dans l’arctique entraine le déclin de certaines espèces associées à la glace comme les ours blancs.

La semaine de concertation du Comité s’inscrit en droite ligne de la prévention des pertes voulue par les autorités nationales à travers la détection des changements dans l’écosystème et l’adoption de mesures adéquates.

 

 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*