Les pratiques de violence contre les animaux de la ferme Chilliwack dénoncées par la caméra cachée de Mercy For Animals et des accusations criminelles portées contre cette entreprise

Les pratiques de violence contre les animaux de la ferme Chilliwack dénoncées par la caméra cachée de Mercy For Animals et des accusations criminelles portées contre cette entreprise
Photo Credit: iStock

Cruauté animale : la plus grande industrie laitière du Canada sur la sellette

Share

Des coups de pieds et des coups de main assénés aux animaux, des fois sur des parties aussi sensibles que leurs testicules, leurs blessures béantes pressées sans état d’âme, l’utilisation de chaines et de tracteurs pour hisser les vaches en l’air. La liste des faits de torture infligés par Chilliwack Cattle Sales sous l’œil de la caméra cachée de Mercy For Animals en mai 2014 est loin d’être exhaustive.

L’enquête de Mercy For Animals ouverte depuis 2 ans a permis de dévoiler des cas de violation de la loi de la Colombie-Britannique en ce qui concerne la prévention de la cruauté animale au sein de la plus importante usine de production laitière au Canada.

Mise au courant de ces faits, la Société provinciale de prévention de la cruauté envers les animaux avait perquisitionné dans les installations de l’industrie. Sur la base des résultats de cette perquisition, elle avait recommandé que des poursuites judiciaires soient menées contre Chilliwack Cattle Sales.

Les accusations criminelles sont portées contre Chilliwack à l'issue d'une enquête ouverte en 2014 par Mercy For Animals
Les accusations criminelles sont portées contre Chilliwack à l’issue d’une enquête ouverte en 2014 par Mercy For Animals © AFP/Charly Triballeau

 

20 chefs d’accusations criminelles ont été déposées contre cette entreprise ainsi que sept de ses employés. Ils sont accusés d’avoir violé plusieurs articles de la loi sur la prévention de la cruauté envers les animaux de la Colombie- Britannique.

Ils risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement, le paiement d’une amende pouvant aller jusqu’à 75 000 dollars et une interdiction à vie de posséder des animaux.

 

Selon Mercy For Animals, la protection juridique des animaux d'élevage doit être plus étendue et plus contraignante
Selon Mercy For Animals, la protection juridique des animaux d’élevage doit être plus étendue et plus contraignante © iStock

Chilliwack Cattle Sales est l’un des principaux fournisseurs de Saputo, le plus gros transformateur laitier basé à Montréal qui a depuis, annoncé l’adoption d’une nouvelle politique de bien-être pour toute sa chaîne d’approvisionnement en produits laitiers dans le monde.

Ces cas de cruauté envers les animaux ont également incité le ministère de l’Agriculture de la Colombie-Britannique à adopter un code de pratique de l’industrie laitière dans la politique provinciale de prévention de la cruauté envers les animaux.

Mercy For Animals recommande à la province comme à toutes les autres provinces du Canada d’aller plus loin, en rendant les codes de pratiques de l’industrie laitière contraignants. Ces codes qui prescrivent certaines exigences quant aux traitements et au bien-être des vaches laitières du Canada devraient avoir un caractère juridique.

La justice est enfin rendue pour ces animaux torturés, cependant, seuls les actes les plus sadiques de cruauté sont présentement condamnés. Nous ne pouvons baisser les bras, tant et aussi longtemps que les lois canadiennes contre la cruauté animale ne seront pas renforcées ni appliquées de façon significative, et que les abus et les actes de négligence envers les animaux continueront à sévir dans l’industrie laitière. 

– Nathan Runkle, président de Mercy For Animals.

Des cas de cruauté animale comme ceux-ci sont condamnés par le Code criminel du Canada
Des cas de cruauté animale comme ceux-ci sont condamnés par le Code criminel du Canada © Photo mise sur Facebook par le groupe d’intervention de protection des animaux de compagnies (GIPAC) Québec.

Rôle du Code criminel du Canada

Au Canada, il existe un Centre national sur les poursuites pour cruauté envers les animaux. Se basant sur de nombreuses études, ce Centre a établi le lien entre la cruauté envers les animaux et la violence envers les humains.

Il outille les procureurs en ressources pour renforcer leurs capacités en ce qui concerne les poursuites judiciaires pour cruauté envers les animaux en vertu du Code criminel du Canada qui s’applique partout dans le pays, cela malgré les responsabilités en matière de protection des animaux qui sont partagées entre les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux.

Ce code stipule clairement que le fait de « proférer des menaces, tuer ou blesser, mutiler, empoisonner ou estropier des bestiaux …» constitue une infraction punissable d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans avec une interdiction de posséder ou de garder un animal à vie, dans certains cas.

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

7 comments on “Cruauté animale : la plus grande industrie laitière du Canada sur la sellette
  1. Avatar fenaille dit :

    un mot horrible.il faut réagir se battre limiter notre consommation de lait surtout pour les adultes c est de la maltraitance a l état pure.

  2. Avatar Jean Gilbert dit :

    Le pb que je vois avec ces associations comme Mercy for Animals et autres qui donnent l’impression que grâce à elles la justice est faite, est qu’elles suggèrent que l’exploitation et les mises à mort sont correctes si c’est fait « correctement » ou encore que de mettre des lois plus sévères règles le problème, déresponsabilisant les consommateurs-consommatrices. Rarement elles n’éduquent la population sur le fait qu’il n’est pas nécessaire d’exploiter les animaux pour vivre. On préfère dénoncer ce pour quoi la très grandes majorité de la population est déjà opposée dont des coups de pieds dans les testicules. C’est bon pour les dons, mais rien contre l’exploitation. Refusons de participer à l’exploitation des animaux. Ce n’est pas nécessaire. Devenez véganes! Voilà! (Ne m’envoyez pas de dons, et dénoncez, c’est tout). Envoyez vos dons à des sanctuaires et non aux associations qui cautionnent l’exploitation et la mise à mort dans le « bien être »!

    • Alice Chantal Tchandem Kamgang Alice Chantal Tchandem Kamgang dit :

      Vous soulevez là une problématique importante, celle de l’exploitation des animaux et nous vous en remercions. Nous y reviendrons en temps opportun dans le cadre d’un prochain article, peut-être cette fois avec l’avis d’un expert susceptible de mieux nous éclairer.

  3. Une autre bonne raison de devenir végétalien! 😉

    • Alice Chantal Tchandem Kamgang Alice Chantal Tchandem Kamgang dit :

      Vous soulevez là une problématique importante, celle de l’exploitation des animaux et nous vous en remercions. Nous y reviendrons en temps opportun dans le cadre d’un prochain article, peut-être cette fois avec l’avis d’un expert susceptible de mieux nous éclairer.