Budget fédéral 2016 : des déficits plus lourds que prévu, et pourtant le gouvernement fédéral ne mentionne aucun plan de retour à l'équilibre budgétaire, s'inquiète le Conseil du patronat du Québec

Budget fédéral 2016 : des déficits plus lourds que prévu, et pourtant le gouvernement fédéral ne mentionne aucun plan de retour à l'équilibre budgétaire, s'inquiète le Conseil du patronat du Québec
Photo Credit: Radio-Canada

Déficits sans plan de retour à l’équilibre : le budget fédéral inquiète le patronat

Share

Le président du Conseil du patronat du Québec a assisté à la présentation du budget fédéral à Ottawa. Yves-Thomas Dorval qui s’est entretenu avec Alice Chantal Tchandem, a souligné les bons et les moins bons points de ce budget, mais il s’est aussi inquiété de l’ampleur des déficits qui vont frôler les 100 milliards de dollars, soit une augmentation de 20 %  pour les 5 prochaines années, alors que le gouvernement de Justin Trudeau n’annonce aucune prévision de retour à l’équilibre budgétaire.

Ce n‘est pas le déficit en lui-même qui inquiète, précise Yves Dorval, mais l’absence d’un plan de retour à l’équilibre budgétaire. Bien que le budget soit en ligne avec les promesses électorales du parti libéral, le déficit promis qui devrait être de 10 milliards de dollars pour l’exercice 2016-2017 est désormais multiplié par trois et il frôle les 30 milliards de dollars. Sur 5 ans, ces déficits vont être plus importants et s’élèveront à 100 milliards, ce qui suscite une certaine interrogation sur l’impact financier que ces déficits pourraient avoir sur l’équilibre budgétaire de l’État, s’inquiète monsieur Dorval.

Budget fédéral 2016 : le Conseil du patronat du Québec avait formulé la recommandation suivante au gouvernement fédéral avant le dévoilement du budget : « se pencher de façon prioritaire sur un contrôle plus strict des dépenses publiques régulières ainsi que sur la mise en place de mesures incitatives à l'investissement dans le secteur privé [...] », ce qui n'a pas été suivi.
Budget fédéral 2016 : le Conseil du patronat du Québec avait formulé la recommandation suivante au gouvernement fédéral avant le dévoilement du budget : « se pencher de façon prioritaire sur un contrôle plus strict des dépenses publiques régulières ainsi que sur la mise en place de mesures incitatives à l’investissement dans le secteur privé […] », ce qui n’a pas été suivi. © ICI Radio-Canada

L’endettement à court terme pour donner un coup de fouet à l’économie n’est pas une mauvaise idée, explique Yves Dorval. C’est une décision intéressante dans la mesure où elle permet de cibler des investissements stratégiques, notamment la construction et la réparation des infrastructures, l’amélioration du transport en commun, la relance de la recherche et de l’innovation, la gestion de l’eau entre autres.

Les autres actifs stratégiques de ce budget concernent les clientèles démunies et vulnérables à l’instar des étudiants, des enfants, des autochtones, des ainés, et des personnes au chômage qui vont recevoir plus d’aide et pouvoir dépenser davantage, ce qui va permettre de stimuler l’économie.

Président du Conseil du patronat du Québec : la logique d'endettement du gouvernement Trudeau est un « plan de relance déficitaire » qui va non seulement « stimuler l'économie » comme souhaité par les libéraux, mais aussi profiter aux générations futures qui vont sûrement « payer la facture ».
Président du Conseil du patronat du Québec : la logique d’endettement du gouvernement Trudeau est un « plan de relance déficitaire » qui va non seulement « stimuler l’économie » comme souhaité par les libéraux, mais aussi profiter aux générations futures qui vont sûrement « payer la facture ». © iStock

Étant donné que la plupart des investissements ciblent le secteur public, constate monsieur Dorval, ils peuvent certes permettre d’améliorer la situation économique du pays sur le court terme, sans toutefois accroître sa compétitivité sur le plan international, précise-t-il.

La raison qu’il mentionne est que la croissance économique dépend davantage des investissements privés que de mesures priorisant le secteur public. Or, le budget fédéral semble avoir laissé sur le carreau le secteur privé.

Pour renforcer l'économie canadienne de façon durable et accroître sa compétitivité internationale, il faut des investissements dans le secteur privé, tout comme l'allègement du fardeau fiscal, des mesures qui ne sont pas prévues dans le plan fédéral, relève Yves Dorval
Pour renforcer l’économie canadienne de façon durable et accroître sa compétitivité internationale, il faut des investissements dans le secteur privé, tout comme l’allègement du fardeau fiscal, des mesures qui ne sont pas prévues dans le plan fédéral, relève Yves Dorval © iStock

À titre d’illustration, il mentionne l’annulation des mesures prévues pour l’allègement des taux d’imposition des entreprises privées et le fait qu’il n’existe dans le programme libéral aucun plan d’intervention pour favoriser les investissements privés qui sont porteurs d’emplois et de croissance.

Le budget présente quelques non-dits, et monsieur Dorval espère que d’autres bons points seront annoncés à l’issue des études et des travaux des comités qui vont siéger pour discuter d’autres sujets de grande importance pour le pays.

Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec
Yves-Thomas Dorval © Radio-Canada/Louis-André Bertrand
Écoutez
Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*