Arrestation de Salah Abdeslam dans le quartier bruxellois de Molenbeek

Arrestation du présumé terroriste Salah Abdeslam dans le quartier bruxellois de Molenbeek. La commune de Molenbeek, en Belgique, est le centre de l’attention depuis les attentats de la semaine dernière à Bruxelles et ceux du 13 novembre dernier, perpétrés à Paris. Certains suspects sont originaires de cette ville de 90 000 habitants maintenant considérée comme une plaque tournante du terrorisme en Europe.
Photo Credit: VTM via AP

Pour contrer la radicalisation islamique, Molenbeek en Belgique s’inspire des Québécois

Pour valoriser ses jeunes des quartiers pauvres et les empêcher de tomber dans les mains du groupe armé État islamique, la commune belge de Molenbeek a puisé son inspiration… au Québec. Ses travailleurs sociaux commencent à mettre en place des façons de faire importer d’ici.

Une trentaine de jeunes de Molenbeek sur les 17 000 jeunes que compte cette commune sont actuellement considérés comme étant à risque de sombrer dans la radicalisation.

Tel que RCI vous en informait en novembre dernier peu après les fusillades terroristes à Paris, le Québec et des représentants de la Communauté française de Belgique ont signé une entente de coopération en matière de lutte contre la radicalisation afin de renforcer les échanges d’expertise et de meilleures pratiques en la matière et mieux outiller les intervenants de terrain.

Rachid Madrane, le ministre de l’Aide à la jeunesse de Belgique profitait aussi de sa visite au Québec L’automne dernier pour visiter le nouveau Centre de prévention de la radicalisation de Montréal.

Créé en mars dernier, le centre offre un soutien psychologique et des interventions psychosociales permettant de rediriger de potentiels individus radicalisés vers une réinsertion sociale complète.

Découvrez :
Ouverture officielle du Centre de prévention de la radicalisation – RCI

Une vaste opération policière est en cours à Molenbeek, près de Bruxelles, sous le regard attentif des journalistes.
Une vaste opération policière en cours à Molenbeek, près de Bruxelles, sous le regard attentif de journalistes la semaine dernière. © Yves Herman / Reuters

5 mois plus tard, la coopération Québec-Belgique progresse

Les travailleurs sociaux de Molenbeek qui tente désamorcer cette crise de la radicalisation sont revenus de leur stage au Québec « emballés », raconte Sarah Turine, mairesse adjointe responsable de la jeunesse, de la cohésion et prévention sociale et du dialogue interculturel. « Sur le plan de l’action communautaire, le Québec est plus en avance que la Belgique ou la France », croit-elle.

« Dans le travail social qu’on mène maintenant, on essaie de s’inspirer de ce qui se fait au Québec », raconte la mairesse adjointe qui soutient que la commune de Molenbeek est en train de réformer complètement sa politique de la jeunesse. L’objectif est de mettre les jeunes au coeur des décisions, leur donner de l’espace pour s’exprimer, afin qu’ils ne soient pas de simples spectateurs et qu’ils puissent avoir confiance en eux-mêmes et dans les institutions.

Cela n’a pas été fait dans le passé, raconte Sarah Turine. « Après des émeutes dans les quartiers pauvres de Bruxelles au début des années 1990, il y a eu une prise de conscience que ces jeunes étaient abandonnés. On a alors construit des infrastructures sportives, des maisons de quartier. »

C’était une politique très occupationnelle, qui servait plutôt à acheter la paix sociale, comme si on disait : « On donne du pain et des jeux aux jeunes, mais surtout, qu’ils ne pensent pas trop, et qu’ils ne pensent pas à leurs problèmes. »

Sarah Turine, mairesse adjointe en charge de la jeunesse, de la cohésion et prévention sociale et du dialogue interculturel de Molenbeek
Sarah Turine, mairesse adjointe en charge de la jeunesse, de la cohésion et prévention sociale et du dialogue interculturel de Molenbeek © Thomas Gerbet

D’autres sources d’inspiration québécoise ou canadienne ?

Peut-être qu’il y aurait dans les nouvelles démarches canadiennes pour contrer la radicalisation d’autres outils pour nos amis belges, dont le pays semble être devenu une véritable fabrique de djihadistes.

LISEZ LA SUITE ICI:
Ce que la Belgique pourrait apprendre du Canada dans son combat – RCI

RCI d’après des informations d’Anne-Marie Yvon de RCI et de Thomas Gerbet de Radio-Canada

Sur le même thème

Molenbeek veut s’inspirer du Québec – Radio-Canada

Un graphiste du Kamouraska fait le tour du monde avec son illustration – Radio-Canada 

L’apprentissage démocratique des jeunes du quartier Saint-Michel à Montréal – RCI 

.

Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*