Le président de la Syrie Bachar Al-Assad lors de son entrevue avec la BBC.

Le président de la Syrie Bachar Al-Assad lors d'une entrevue avec la BBC en octobre dernier.
Photo Credit: PC / AP/Sana

Le Canada impose la fermeture du consulat syrien desservant tout l’est de l’Amérique du Nord

Share

Le commerce illégal et des opinions prorégime pourraient-être à la base de la décision du gouvernement canadien de mettre fin aux activités du consulat syrien à Montréal qui était le seul point de service pour tous les Syriens installés dans l’est du Canada et des États-Unis.

Plus de 80 % des Canadiens d’origine syrienne vivent au Québec et en Ontario (40 % à Montréal uniquement).

Devant le consulat ces dernières heures, des Syriens étaient nombreux à se présenter au consulat où une employée répondait à leurs questions.

« Comment je vais faire pour renouveler mon passeport ou certifier mes diplômes? », demandait un de ces Syriens. « Envoyez les papiers par la poste à Vancouver », répondait l’employée.

Sawsan A.Habbal, la consule honoraire de Syrie à Vancouver nous a confirmé par courriel que son bureau est ouvert.

« C’est beaucoup de désorganisation », se plaint une juriste qui s’est déplacée vendredi au consulat de Montréal pour représenter un client de New York, « Ça fait deux semaines qu’on essaie d’appeler, sans succès ».

Aide-mémoire…
L’ambassade syrienne dans la capitale canadienne à Ottawa a été fermée en 2012, lorsque le Canada a expulsé les diplomates syriens.
Les deux consuls honoraires avaient pu rester en poste cependant, car leur mandat est purement administratif et non diplomatique.

Manifestation devant l’ambassade syrienne
Manifestation devant l’ambassade syrienne au Canada en 2012. © Laurie Trudel

Aucune explication claire, mais deux motifs possibles

Une lettre du ministère des Affaires étrangères canadiennes envoyée à la Mission permanente de la République arabe syrienne aux Nations Unies indique laconiquement que la consule honoraire, une partisane assumée de Bachar Al-Assad, Nelly Kanou, ne peut plus exercer son rôle au Canada et que les locaux utilisés ne peuvent plus être identifiés comme étant un consulat.

Contacté à ce propos, le ministère n’a fourni aucune explication « La mise en place des missions diplomatiques étrangères et les postes consulaires au Canada sont des questions de relations étrangères qui sont menées de façon confidentielle entre États. », écrit la porte-parole du ministre Amy Mills.

Mais, deux éléments pourraient avoir joué dans la décision : les opinions prorégime de la consule et sa récente condamnation pour avoir vendu sans autorisation une grande quantité de médicaments destinés à la Syrie.

Lettre du ministère des Affaires étrangères annonçant le non renouvellement de la consule.
Lettre du ministère des Affaires étrangères annonçant le non renouvellement de la consule.

Le saviez-vous?
Le 9 septembre 2015, Nelly Kanou, qui est également pharmacienne propriétaire, a été radiée temporairement par le conseil de discipline de l’Ordre des pharmaciens du Québec.
Elle avait plaidé coupable pour avoir vendu, sans autorisation, entre 2008 et 2011, pour 1,5 million de dollars de médicaments destinés à être envoyés en Syrie.
Les médicaments provenaient d’une de ses pharmacies situées non loin du consulat.

Nelly Kanou est devenue consule honoraire de Syrie à Montréal en 2008. Cette photo accompagnée de Bachar Al-Assad est affiché sur le mur du consulat.
Nelly Kanou est devenue consule honoraire de Syrie à Montréal en 2008. Cette photo accompagnée de Bachar Al-Assad est affiché sur le mur du consulat.

L’ex-consule honoraire s’explique

Nelly Kanou qui est devenue consule honoraire de Syrie en 2008 regrette que le point de services soit forcé de fermer « à un moment critique et difficile pour les Syriens », qui s’installent par milliers au Canada et vivent « une situation humanitaire extrêmement urgente ».

Nelly Kanou, Canado-Syrienne, chrétienne, immigrée en 1985, réitère son soutien au régime de Bachar Al-Assad, mais elle soutient qu’elle servait tous ses compatriotes, quelle que soit leur opinion : « pour nous, un Syrien, c’est un Syrien. […] Tout ce que je voulais, c’est aider le peuple syrien ».

Monsieur Al-Assad m’a nommé en raison de ma fidélité pour la communauté syrienne, ici, à Montréal.

Les locaux du consulat de Syrie à Montréal, désormais fermé.
Les locaux du consulat de Syrie à Montréal, désormais fermé. © Thomas Gerbet

Réactions dans la communauté syrienne

Nedal Alnajjar de l’Alliance canadienne d’aide aux Syriens se dit « très content » de la décision du Canada. « Elle [Nelly Kanou] faisait tout pour promouvoir le dictateur Assad », affirme-t-il.

En raison des opinions de la consule, Faisal Alazem, un activiste canado-syrien qui vit à Montréal, a toujours refusé de se rendre dans ce consulat décoré de photos d’Al-Assad. « Mon passeport a expiré en 2012 et j’ai pris la décision de ne pas le renouveler. Je ne voulais pas donner mon argent au consulat. », raconte-t-il.

RCI avec des informations de Thomas Gerbet de Radio-Canada

Sur le même thème

Le Canada ferme le consulat syrien à Montréal – Radio-Canada

Global Affairs Canada ordered closing of Syrian consulate in Montreal – CBC

Le Canada ferme le consulat syrien à Montréal – Journal de Montréal 

Share
Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*