A wall of fire rages outside of Fort McMurray, Alta. Tuesday May 3, 2016.

Les conséquences des feux de forêt de Fort McMurray sont dévastateurs pour les compagnies pétrolières
Photo Credit: PC / Terry Reith

Fort McMurray : une catastrophe économique pour l’Alberta

Share

Les feux qui dévorent de vastes étendues de forêt en Alberta pourraient être catastrophiques pour l’économie de l’Alberta, voire celle du Canada. En cause : l’arrêt de plusieurs sites d’exploitation des sables bitumineux. 

Depuis deux ans, l’industrie pétrolière canadienne, concentrée dans l’Alberta, pâtissait de la dégringolade des cours du brut. À présent, elle va enregistrer un effondrement de sa production.

A cause des feux qui consument  la forêt boréale au nord de Fort McMurray, pratiquement toutes les grandes compagnies pétrolières ont soit arrêté, soit ralenti leur production.

Production amputée de moitié

Vendredi, alors que le prix du baril était aux alentours de 46 dollars, soit son plus haut depuis six mois, diverses compagnies pétrolières exploitant des mines de sables pétrolifères au nord de Fort McMurray ont suspendu leur production

Syncrude en a fait de même samedi en arrêtant la production de sa mine de Mildrew Lake. Ce groupe est détenu par le premier pétrolier canadien Suncor, qui a également fermé des sites non loin tout comme auparavant Shell, ConocoPhillips, Total, Imperial Oil (Exxon), Nexen (CNOOC) ou encore Husky et BP.

Des travailleurs de l’industrie pétrolière sur une exploitation de Cenovus, en Alberta
Depuis deux ans, de nombreux travailleurs sur les sites pétroliers albertains ont été mis à pied et certains n’arrivent pas à se qualifier pour l’assurance-emploi. © Todd Korol / Reuters

L’expert pétrolier Dan McTeague affirme que la production de tout le bassin nord de l’Alberta a été amputée de moitié, soit l’équivalent de 1 à 1,5 million de barils par jour (bpj). Ce qui  représente un quart de la production canadienne.

Avant l’annonce de Syncrude, qui a une capacité de 350.000 bpj, Matt Smith de ClipperData estimait  vendredi  « à un million de barils par jour le volume de production retiré du marché ».

En entrevue sur la chaîne CTV, Dan McTeague  a soutenu qu’en raison « des inquiétudes sur la production de pétrole qui commencent à pointer, à la fois aux États-Unis et au Canada, on pourrait voir les prix du brut s’envoler ».

Rachel Notley, Première ministre de l’Alberta convient que les feux de forêts affectent de toute évidence les opérations pétrolières dans la région. Mais  elle assure que les secours s’emploient à protéger les sites des compagnies afin de leur permettre, dès que les feux ne les menaceront plus, de reprendre la production.

La première ministre de l’Alberta Rachel Notley a fait le point sur la situation jeudi, en fin d’après-midi.
La première ministre de l’Alberta Rachel Notley assure que les sites pétroliers sont bien protégés © ICI Radio-Canada

Une perturbation inopportune pour l’économie canadienne

La reprise de la production ne se fera pas avant plusieurs jours.  Il faudra d’abord rapatrier les milliers de travailleurs évacués à des centaines de kilomètres.  Les 4800 salariés de Syncrude par exemple ont été évacués ce week-end par de gros porteurs de l’armée.

Tant pour les compagnies pétrolières que pour l’économie canadienne, cette catastrophe tombe au plus mauvais moment. Sur les deux dernières années, les pétrolières ont dégraissé leurs effectifs et la croissance canadienne est même tombée en récession l’an dernier, le secteur énergétique comptant pour 10% du PIB.

En 2015, le secteur pétrolier et gazier a opéré 30.000 licenciements, selon les chiffres du cabinet Petroleum Labour market, après déjà quelques milliers l’année précédente.

Le pétrole emploie un salarié sur 10 en Alberta et pour Fort McMurray, l’impact est énorme car toute l’activité en dépend. La population de la ville a quintuplé en 20 ans, à près de 100.000 habitants.

Des voitures abandonnées au sud de Fort McMurray
Des voitures abandonnées au sud de Fort McMurray. Le retour à la normale sera long et fastidieux pour les populations locales. © PC/Brian Langton

Doublement du taux de chômage en Alberta

Avant même le départ des feux il y a tout juste une semaine, l’économie albertaine était déjà en souffrance avec, pour le seul mois d’avril, 21.000 emplois supprimés et un taux de chômage de 7,2%, soit plus de deux fois son niveau d’avant la crise pétrolière il y a deux ans.

Selon Dan McTeague, la chute de la production canadienne va se répercuter au-delà des frontières, en particulier sur l’approvisionnement des raffineries du Midwest américain

Avec les feux, dit  McTeague, un certain nombre de compagnies « ne seront pas en mesure de produire des carburants ou d’autres produits pétroliers ».

Cinquième producteur mondial de pétrole, le Canada cherche à maintenir une activité si essentielle à sa croissance et, à la fin de l’hiver, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a promis une aide d’un milliard de dollars canadiens à l’Alberta.

(Avec L’AFP)

Lire aussi

Les travailleurs étrangers temporaires de Fort McMurray seront-ils forcés de quitter le pays?

Le désastre de Fort McMurray va-t-il faire bondir le prix de vos assurances?

Fort McMurray continue de flamber

La capitale canadienne du pétrole, Fort McMurray, est en flamme!

Share
Catégories : Économie, Environnement, Politique, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*