Une maison dans la réserve autochtone de Wasagamack situé à environ 600 km au nord de Winnipeg   PHOTO : KAREN PAUL/ICI RADIO-CANADA

Une maison dans la réserve autochtone de Wasagamack situé à environ 600 km au nord de Winnipeg PHOTO : KAREN PAUL/ICI RADIO-CANADA

Quels endroits au Canada ressemblent le plus aux bidonvilles de Rio?

Share

Aucun endroit au Canada ne ressemble aux quartiers pauvres de Rio. Parcontre,  certains villages amérindiens du nord du Canada s’en rapprochent et sont les endroits les plus pauvres du pays.

De manière générale, les citoyens membres des Premières Nations du Manitoba sont les Canadiens qui vivent dans les pires conditions, selon des documents internes du gouvernement canadien dont la presse canadienne a obtenu copie.

Ces rapports du ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord, datés de 2012 à 2014, exposent des conditions de vie tout à fait déplorables dans presque toutes les réserves manitobaines : pas d’eau courante et des maisons de fortunes traversées par les courants d’air en plein hiver.

Ces Autochtones du centre du pays sont les plus à risque de grandir dans la pauvreté, d’abandonner l’école, de dépendre de l’aide sociale et d’être victimes de violence familiale.

Alors que 25 % des enfants autochtones du Canada vivent dans la pauvreté, au Manitoba, ce sont 62 % des enfants autochtones qui vivent sous le seuil de pauvreté. Leur espérance de vie est de huit ans plus courte que celle des autres Manitobains.

Enfants amérindiens dans une maison de fortune.
Enfants amérindiens dans une maison de fortune. © RCI

Manque d’eau potable : 65 % des Premières Nations touchées

Le chef de la Première Nation de Neskantaga, Peter Moonias, se désole de voir sa communauté vivre sans eau potable depuis près de 20 ans.
Le chef de la Première Nation de Neskantaga, Peter Moonias, se désole de voir sa communauté vivre sans eau potable depuis près de 20 ans. © Jody Porter

À tout moment, un avis sur l’eau potable est en vigueur dans environ 150 Premières Nations au Canada, selon une enquête l’an dernier de CBC/Radio-Canada.

C’est en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick que le problème est le plus criant : 93 % des Premières Nations dans ces provinces n’ont pas pu consommer l’eau du robinet pendant au moins un an entre 2004 et 2014.

Dans d’autres communautés autochtones, comme la Première Nation Grarry Narrows en Ontario, les résidents ne peuvent même pas boire l’eau après l’avoir bouillie parce qu’elle est contaminée par des substances potentiellement cancérigènes.

Ce sont les résidents de la Première Nation Neskantaga, dans le nord-ouest de l’Ontario, qui sont sans eau potable depuis le plus longtemps, soit plus de 20 ans.

La pauvreté existe aussi dans les grandes villes canadiennes plus au sud

Le dépanneur Laurion à Saint-Henri
Le dépanneur Laurion à Saint-Henri © Radio-Canada/Laurence Niosi
Downtown Eastside à Vancouver
Des piétons dans le Downtown Eastside © JONATHAN HAYWARD, PC

À la fin des années 90, la Direction de santé publique de Montréal publiait les résultats d’une étude-choc qui révélaient que les résidents du quartier Saint-Henri vivaient en moyenne 10 années de moins que les résidents du riche quartier Westmount.

Le Downtown Eastside à Vancouver et le quartier Parc-Extension de Montréal sont aussi parmi les quartiers les plus défavorisés du Canada. Le revenu des ménages y est près de quatre fois plus bas que la moyenne du reste du pays.

Selon des données basées sur le recensement de Statistique Canada, de 2011, le revenu médian au Canada était de 79 600$ et de 69 150$, à Montréal. Cependant, les ménages de Parc-Extension avaient un revenu médian de 15 962$.

Vivez-vous dans un quartier riche ou pauvre à Montréal? La réponse en cartes – Radio-Canada 
Richesse à Westmount, pauvreté à Hochelaga? – Radio-Canada 
Mon quartier me rend malade – L’Actualité 
Les 10 villes les plus pauvres du Québec – Journal de Montréal 

Ailleurs dans le monde

De nos jours sur la planète, une personne sur six vit dans un bidonville, un immeuble inoccupé ou un autre habitat précaire.

Un milliard donc de personnes dans le monde vivent dans des bidonvilles, des squats ou des habitations de fortune. C’est un sixième de la population mondiale, et ce nombre est appelé à augmenter.

Un de nos internautes en Afrique témoigne de ce qu’il voit chaque matin alors qu’il se rend au travail et traverse un bidonville dans sa capitale du Togo.

Écoutez
Une favéla de Rio de Janeiro
Une favéla de Rio de Janeiro © IS/Dominique Landau

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Sur le même thème

Share
Catégories : Autochtones, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Quels endroits au Canada ressemblent le plus aux bidonvilles de Rio?
  1. Avatar Steve dit :

    Des arbres ca se coupe et des puits ca se creusse donc arreter de faire des fausses nouvelles. Merci.

  2. Avatar serge dufresnee dit :

    de quel maniere son classé les villes les plus pauvre en quoi pcq la ville de victoriaville je ne considaire pas comme pauvre pc se payer un maire en plein temps c pas pcq pauvre