.

L’absence de bilinguisme chez les jeunes anglophones du pays menace la paix linguistique

Share

Brandissant les plus récents chiffres disponibles, le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain soutient que la relative paix linguistique qui existe au Canada entre les francophones et les anglophones pourrait être victime du manque de bilinguisme chez les jeunes anglophones.

Michel Leblanc a fait cette mise en garde à l’occasion des consultations sur la prochaine stratégie du gouvernement canadien sur les langues officielles, qui se tenaient mardi à Montréal et où était présente la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

Selon lui, les jeunes francophones au Canada sont de plus en plus nombreux à parler le français et l’anglais. En 1971, déjà 39 % des jeunes francophones de 15 à 24 ans étaient bilingues, et ils étaient plus de 55 % en 2011.

Par contre, chez les jeunes anglophones, moins de 10 % étaient bilingues en 1971. Quarante ans plus tard, à peine un peu plus de 13 % d’entre eux parlaient les deux langues.

M. Leblanc conclut que s’il devait évaluer la performance du gouvernement canadien, ce serait un constat d’échec. Et si le Canada poursuit à ce rythme, explique-t-il, la paix linguistique durement acquise par le passé sera sans doute en péril alors que l’anglais prendra le dessus sur le français.

Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc
Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc © Radio-Canada
La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. (17-12-15)
La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly était à Montréal hier. © Radio-Canada

Réactions de la ministre du Patrimoine canadien

La ministre Joly affirme qu’il y a « toujours de la place » à l’amélioration en matière de bilinguisme chez les jeunes. « Notre objectif, c’est d’avoir plus que jamais des échanges étudiants. Il y a plusieurs projets en lien avec ça », a-t-elle dit lors des consultations.

Mme Joly a aussi indiqué un peu plus tard en journée que son gouvernement était prêt à collaborer avec les provinces et territoires pour s’assurer d’offrir assez de programmes d’immersion en français.

« Il y a une demande qui se fait partout à travers le pays, mais des fois les ressources sont plus limitées », a-t-elle reconnu.

Le saviez-vous?
Deux langues officielles valent mieux qu’une dans le milieu des affaires
Le Conference Board du Canada, organisme indépendant d’analyse économique, révélait dans une étude relativement récente que le bilinguisme aurait des effets bénéfiques sur l’économie du pays, car il favorise de façon significative les échanges commerciaux avec les autres pays francophones dans le monde.
À titre d’exemple, le Conference Board souligne que le Québec et le Nouveau-Brunswick exportent dans les pays francophones l’équivalent de 3 milliards de dollars de produits chaque année et que, de ce nombre, 2 milliards seraient directement reliés à la connaissance de la langue française.

bilinguisme_conference_board
Une étude du Conference Board du Canada intituée «Le Canada, le bilinguisme et le commerce», a été réalisée pour le Réseau de développement économique et d’employabilité Canada (RDÉE Canada) et la Corporation d’employabilité et de développement économique communautaire (CEDEC). © Conseil de la Coopération de la Saskatchewan

Le bilinguisme stagne au Canada depuis 10 ans

Pour la première fois en cinq décennies, on observe dans des données publiées en 2011 que le pourcentage de Canadiens, tous âges confondus, pouvant soutenir une conversation dans les deux langues officielles a légèrement décliné passant, de 17,7 % en 2001 à 17,5 % en 2011.

L’explication mathématique se trouve derrière l’augmentation de la population totale, qui a été plus rapide (12 %) que la population bilingue (6 %) au Canada, une première en 50 ans.

Le nombre de Canadiens bilingues est ainsi passé de 5,2 millions à 5,8 millions, alors que la population totale a augmenté de près de 4,5 millions en 10 ans.

Le Québec a toutefois vu le nombre de ses résidents pouvant tenir une conversation en anglais ou en français croître depuis 2001, passant de 40,8 % à 42,6 %.

En termes absolus, ces chiffres signifient que 400 000 Québécois de plus étaient bilingues en 2011. En 2001, 2,9 millions disaient parler anglais et français, comparativement à 3,3 millions de personnes en 2011.

Découvrez :
Pourquoi nos petits bilingues sont-ils plus agiles mentalement?
Une autre enquête canadienne établit un lien entre l’apprentissage de plus d’une langue en bas âge et l’agilité mentale, de quoi faire réfléchir beaucoup de parents notamment québécois qui se questionnent sur les dangers pour leurs enfants d’apprendre la langue anglaise trop jeune dans un environnement scolaire.
Lisez la suite… 

Les enfants bilingues ont non seulement une plus grande flexibilité cognitive que les enfants unilingues, mais ils sont notamment meilleurs que leurs camarades unilingues à un certain type de contrôle ou de discipline mentale.Andrew Rich via Getty Images
Les enfants bilingues ont non seulement une plus grande flexibilité cognitive que les enfants unilingues, mais ils sont notamment meilleurs que leurs camarades unilingues à un certain type de contrôle ou de discipline mentale.Andrew Rich via Getty Images

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Le manque de bilinguisme chez les jeunes anglophones – Radio-Canada 

Des inquiétudes soulevées sur le bilinguisme au Canada – Le Devoir 

Les Canadiens auraient-ils peur d’apprendre plus qu’une langue? – RCI 

column-banner-francophonie

Share
Catégories : Économie, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*