Une famille unie pour combattre l’obésité à l’émission « Remue-ménage ».

La Coalition Poids mise sur la future politique bioalimentaire du Québec pour favoriser la saine alimentation
Photo Credit: Radio-Canada

La future politique alimentaire du Québec : un rempart contre l’obésité?

Share

La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) va prendre part à la consultation publique devant aboutir à la politique bioalimentaire de la province. Une politique qui devra, en outre, favoriser des choix santé et l’accès physique et économique à des aliments sains.

La question est bien documentée : l’obésité est l’une des principales causes de maladies et de morts évitables en Amérique du Nord.  Au Canada, 40 % des hommes et 27 % des femmes disent faire de l’embonpoint. 20 % des hommes et 17 % des femmes sont considérés comme obèses. En tout, plus de 14 millions de Canadiens de plus de 18 ans disent avoir de l’embonpoint ou être obèses, selon Statistique Canada.

Même si, d’après certaines recherches, la génétique peut contribuer à l’obésité, il n’en demeure pas moins que les facteurs environnementaux et comportementaux  jouent un rôle crucial dans la prise de poids : forte consommation de calories, sédentarité,  sentiment de dévalorisation, de culpabilité, stress émotionnel, etc. Ces facteurs peuvent provoquer des mécanismes comme la suralimentation.

Photo d’illustration.
Le gêne de l’obésité a été isolé sur plusieurs souris. © UBC
 rci-clara
Clara Couturier, Porte-parole, Coalition québécoise sur la problématique du poids

Les espoirs de Coalition Poids

La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) mise, entre autres choses, sur la saine alimentation pour endiguer l’obésité.  Elle voit donc d’un bon œil le « Sommet sur l’alimentation » que prépare le  ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

On sait que les personnes obèses sont plus susceptibles d’avoir une forte pression artérielle, divers cancers, le diabète, des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, etc. Ce qui fait dire à Coalition Poids que l’obésité coûte au bas mot 3 G$ aux contribuables québécois.

Pour cet organisme qui milite pour l’adoption de politiques publiques spécifiques à l’égard des problèmes reliés au poids, le MAPAQ peut contribuer à la prévention de l’obésité et des maladies chroniques et, ce faisant, réduire son impact sur l’économie de la province.

Écoutez

Portrait de l’embonpoint au Canada en 2011
Portrait de l’embonpoint au Canada en 2011 © Radio-Canada

L’Institut national de la santé publique du Québec (INSQ) abonde dans le même sens que Coalition Poids. Dans une étude récemment mise à jour, l’INSQ a constaté par exemple que l’usage des médicaments était de 40 % supérieur chez les personnes obèses que chez celles au poids normal.

La consommation supplémentaire de médicaments, ainsi que la plus grande fréquence de l’invalidité chez les personnes en surpoids, selon l’INSQ, ont coûté 1,4 milliard de dollars à l’économie québécoise en 2011.

La Coalition Poids place donc beaucoup d’espoirs dans la future politique bioalimentaire, dont les détails seront connus à l’automne 2017. Elle espère que cette politique va  répondre aux attentes des organismes travaillant en santé et en saine alimentation et, surtout, qu’elle va privilégier la santé des citoyens avant les intérêts économiques de l’industrie agroalimentaire.

La mauvaise alimentation est l’une des principales causes de l’obésité et des maladies qui en résultent. © Kirsty Wigglesworth

Quelques facteurs qui favorisent la prise de poids

  • Alimentation trop riche en calories : matières grasses (huile, beurre), boissons sucrées ou alcoolisées.
  • Consommation d’aliments en dehors des repas : grignotages, collations…
  • Consommation d’aliments pour gérer une contrariété : stress, émotions, compensation d’un manque
  • Régime alimentaire trop sévère : lorsqu’on n’en peut plus, on consomme en grande quantité et en peu de temps, comme pour rattraper le temps perdu.
  • Manger/grignoter devant la télévision.
  • Suppression du petit déjeuner ou du repas de midi : on mange alors beaucoup plus en soirée. Ce qui favorise la prise de poids.

Lire aussi :

Obésité: le guide alimentaire canadien a besoin d’une cure de jouvence

Obésité abdominale, diabète: la contre-offensive des experts

Les enfants devraient consommer moins de 25 grammes de sucres ajoutés par jour

Share
Catégories : Politique, Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*