Une simulation sur le mannequin José au nouveau centre de simulation de l'hôpital Shriners pour enfant

Une simulation sur le mannequin José au nouveau centre de simulation de l'hôpital Shriners pour enfant
Photo Credit: CBC

José : ce mannequin qui parle et qui va améliorer les soins aux enfants!

Un Centre de simulation pédiatrique vient d’être inauguré à l’Hôpital Shriners pour enfant-Canada. Si la simulation en santé existe depuis plus de 15 ans avec des mannequins, la particularité du  mannequin dénommé José qui se trouve dans ce centre, découle du fait qu’il représente une prouesse technologique symbolisée par un jeune garçon qui parle et qui respire, ce qui permet d’améliorer la simulation dans différentes situations médicales et d’offrir de meilleurs soins aux enfants.

Jean Ouellet, le directeur de ce centre de simulation multifonctions présente le mannequin José comme étant un outil pédagogique de première importance pour le personnel médical de l’hôpital.

C’est un simulateur de jeunes patients qui a la particularité de respirer, de parler et de se déplacer d’une pièce à une autre, ce qui facilite non seulement la simulation, mais aussi la collaboration entre praticiens.

Les exercices de simulation permettent à ces praticiens d’améliorer leur dextérité transférable en situation réelle sur de jeunes patients, affirme le docteur Ouellet qui est aussi professeur associé au département de chirurgie de l’Université McGill.

L’hôpital Shriners pour enfants de Montréal
L’hôpital Shriners pour enfants de Montréal © Rondeau Emmanuelle, Hôpital Shriners

José étant capable de manifester ses émotions, de simuler plusieurs conditions de l’enfant : l’enfant dont le cœur bat, qui tousse, qui parle ou qui pleure, l’enfant qui ne présente aucun signe vital, ce mannequin ouvre des perspectives modernes qui permettent aux praticiens d’acquérir de nouvelles expertises.

En le relevant, jean Ouellet souhaite porter à l’attention du public le fait que l’enseignement médical évolue et s’arrime aux  avancées technologiques, José se positionnant davantage comme l’un des  résultats remarquables de ces avancées inspirés d’un modèle utilisé pour assurer la sûreté dans le domaine de l’aviation.

Le mannequin contrôlé en situation de simulation par un technicien permet entre autres, du fait de sa technologie perfectionnée,  la simulation chirurgicale, ce qui a pour finalité d’amoindrir les risques de complication en situation réelle chez l’enfant,  notamment en ce qui concerne les arrêts cardiaques et autres pathologies complexes des muscles et du squelette.

Jean Ouellet, le directeur du Centre de simulation pédiatrique de l’Hôpital Shriners pour enfant
Jean Ouellet, le directeur du Centre de simulation pédiatrique de l’Hôpital Shriners pour enfant © Scott, Robert-Gordon
Écoutez

À noter et à lire aussi

  • José représente un garçon de six ans avec une respiration et un battement de cœur variés
  • Sa conception et sa mise en place ont couté 500 000 dollars
  • A été entièrement financé par des fonds privés
  • Il a des réactions, que ce soit par voie nasale ou orale : il peut faire toutes sortes de bruits, y compris vomir.
  • Il est possible de l’intuber
  • Tous les professionnels de la santé peuvent se former dans ce centre situé au deuxième étage de l’hôpital Shriners

Quelques situations simulées :

  • points de suture sur des pattes de porc
  • traitement de fractures
  • manipulation sur une fausse colonne vertébrale
  • technique cardiorespiratoire pratiquée par des spécialistes de l’inhalothérapie

Inauguration du laboratoire de simulation clinique du CHUS

Nathalie Dulude, une infirmière de l’hôpital Shriners et Danièle Davidson, thérapeute des voies respiratoires photographiées par CBC lors d’une séance de simulation sur le mannequin José du nouveau centre de simulation.
Nathalie Dulude, une infirmière de l’hôpital Shriners et Danièle Davidson, thérapeute des voies respiratoires photographiées par CBC lors d’une séance de simulation sur le mannequin José du nouveau centre de simulation. © CBC (Jay Turnbull)
Catégories : Internet et technologies, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.