Don de sang   PHOTO : CBC/DAVID DONNELLY

Don de sang PHOTO : CBC/DAVID DONNELLY

Combien vaut un litre de sang canadien?

Cette Bonne question a surgi alors que nous parlions à un de nos correspondants en Afrique qui a accepté de partager avec nous comment dans son pays, le Cameroun, les citoyens s’acquittent de la nécessité de donner de leur sang.

Que ce soit en France, en Belgique, en Suisse, au Canada, en Tunisie, en Algérie ou au Maroc, le don de sang au Canada est en principe bénévole et gratuit : autrement dit, ici, les donneurs ne sont pas rémunérés. Par contre, dans d’autres pays comme les États-Unis ou la Tanzanie, le sang est considéré comme un bien marchand au sein du marché de la santé.

Santé Canada permet cependant depuis cette année de rétribuer dans certains cas les dons de plasma sanguin, ce qui ouvre la porte là aussi à une commercialisation et à une privatisation accrues de l’approvisionnement du Canada en plasma. On l’utilise dans le traitement de troubles de la coagulation, de maladies hépatiques et de plus en plus dans des cas de cancer.

Un don qui fait le tour du monde

Toutes les 80 secondes, une personne a besoin de sang au Québec. Héma-Québec estime avoir ainsi besoin de 1000 donneurs par jour pour répondre aux besoins des hôpitaux de la province. Dans le reste du Canada, Société canadienne du sang tient 20 000 collectes de sang chaque année.

Dans le monde, pendant ce temps, plus de 80 millions d’unités de sang sont collectées annuellement, mais seulement une fraction de ce total en Afrique.

Écoutez
Laureen Corcoran a effectué son millième don de produits sanguins PHOTO : ICI RADIO-CANADA
Laureen Corcoran a effectué son millième don de produits sanguins PHOTO : ICI RADIO-CANADA

Les millionnaires du don de sang

Bien sûr, le don de sang n’a pas de prix. Mais il très précieux et il existe en ce moment au Canada cinq donneurs qui forment un club bien spécial. On pourrait les appeler les millionnaires du sang, car chacun d’entre eux a donné plus de 1000 fois de son sang dans sa vie.

Par exemple, en décembre dernier, une donneuse de sang de 78 ans de la région de Québec, Mme Laureen Corcoran, a été honorée pour son 1000e don. C’est la première femme à avoir réalisé un tel exploit au Québec. Elle effectue des dons de sang régulièrement depuis 1978.

Toujours dans la ville de Québec, Michel Thérien a été le premier donneur à atteindre le plateau des 1000 dons, il y a près de deux ans.

Michel Thérien, le plus grand donneur de sang d’Héma-Québec
Michel Thérien, l’un des plus grands donneurs de sang d’Héma-Québec. © Héma-Québec

Jacques Chouinard est un autre de ces champions donneurs. Comme tous les autres millionnaires, il est un résident du Québec. Cette situation s’explique par le fait que le programme de don de plasma a été implanté plus tôt à Québec qu’ailleurs au Canada. Une personne peut donner du plasma tous les six jours, contrairement à tous les 56 jours seulement pour le don de sang total.

Jacques Chouinard célèbre en juillet 2015 son 1005e don de sang. PHOTO : JEAN-FRANÇOIS NADEAU
Jacques Chouinard célèbrait en juillet 2015 son 1005e don de sang. PHOTO : JEAN-FRANÇOIS NADEAU

Un peu d’histoire…
Les Canadiens ont de longues et prestigieuses traditions concernant le don de leur sang sur le champ de bataille à des fins de transfusions.
Pendant la guerre civile d’Espagne (1936-1939), le Dr Norman Béthune a introduit les banques de sang mobiles sur les champs de bataille.
Puis, durant la Seconde Guerre mondiale, le Dr Charles Best, connu dans le monde entier pour sa participation à la découverte de l’insuline, séparait le plasma du sang et l’utilisait pour le traitement du choc nerveux chez les militaires.

Le Dr Norman Bethune à gauche lors de la guerre civile espagnole, et à droite, dans un hôpital de Songyankou en Chine.
Le Dr Norman Bethune à gauche lors de la guerre civile espagnole, et à droite, dans un hôpital de Songyankou en Chine. © XYZ éditeur/shafei.cn

Allez! Posez-moi une question sur le Canada : Stéphane.parent@radio-canada.ca

column-banner-stephen

Sur le même thème

Don de sang, de tissus et d’organes – Gouvernement du Canada 

Les dons de plasma au Canada – Santé Canada 

La route du sang: que se passe-t-il après un don? – Journal Metro 

Catégories : Santé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*