Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer a comparu mardi matin et elle demeure en détention.Photo: Citynews Toronto / La Presse canadienne

Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer a comparu mardi matin et elle demeure en détention.Photo: Citynews Toronto / La Presse canadienne

Une infirmière canadienne est accusée d’avoir tué huit personnes âgées

Une infirmière de 49 ans a été accusée d’avoir tué huit résidents de foyers pour personnes âgées dans le Sud-Ouest de l’Ontario, a indiqué la police mardi.

Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer ( Facebook - Canadian Press)
Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer ( Facebook – Canadian Press)

Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer, de Woodstock, a été formellement accusée de huit meurtres prémédités, qui auraient été commis entre 2007 et 2014. Selon la Police provinciale de l’Ontario, elle aurait administré aux victimes des médicaments que l’on retrouve habituellement dans les pharmacies de résidences pour personnes âgées. La police n’a pas voulu préciser les mobiles des meurtres allégués.

L’identité des victimes a été dévoilée. Il s’agit de James Silcox (84 ans), Maurice Granat (84 ans), Gladys Millard (87 ans), Helen Matheson (95 ans), Mary Zurawinski (96 ans), Helen Young (90 ans), Maureen Pickering (79 ans) et Arpad Horvath (75 ans). Les sept premières victimes résidaient au centre Caressant Care, à Woodstock, alors que la huitième habitait le centre Meadow Park à London.

La police croit que l’accusée a aussi travaillé dans d’autres centres de soins de longue durée en Ontario, sans donner plus de détails. Les registres du Collège des infirmières de l’Ontario révèlent que Mme Wettlaufer s’est inscrite en août 1995 et qu’elle a quitté la profession le 30 septembre dernier. Elle n’était plus autorisée à pratiquer son métier.

L’entreprise Caressant Care Nursing and Retirement Homes, qui exploite 15 centres de soins de longue durée en Ontario, surtout dans de petites villes, a simplement indiqué qu’une ancienne employée, qui a quitté l’entreprise il y a deux ans et demi, faisait l’objet d’une enquête policière.

La Police provinciale a indiqué que l’accusée a comparu mardi matin et qu’elle demeure en détention. Par ailleurs, l’enquête se poursuit et d’autres accusations pourraient être portées, a-t-on précisé.

L’accusée Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer Photo : Facebook
L’accusée Elizabeth Tracey Mae Wettlaufer Photo : Facebook

Les « anges de la mort » dans le secteur de la santé ailleurs dans le monde

telechargementCharles Cullen a été l’un des plus prolifiques infirmiers tueurs dans l’histoire moderne. Il a avoué avoir tué entre 30 et 40 patients au cours de sa carrière de 16 ans comme infirmier dans les hôpitaux du New Jersey et de la Pennsylvanie. La police croit qu’il y avait des centaines d’autres victimes.

Il donnait des injections de digoxine pour soulager la douleur de ses patients. «Je pensais que les gens ne devaient plus souffrir. Donc, dans un sens, je pensais que j’aidais », a-t-il déclaré à l’émission de télévision 60 minutes. Il a été condamné à 17 peines d’emprisonnement à perpétuité en 2006.

Pour d’autres, il semble que le pouvoir enivrant qui vient avec le fait de jouer à Dieu à déterminer qui allait vivre et qui allait mourir.

Robert Diaz a été reconnu coupable d’avoir tué 12 patients âgés dans trois hôpitaux de Los Angeles avec des surdoses de lidocaïne. Le médicament pouvait déclencher une réaction fatale. Diaz se précipitait ensuite pour tenter de sauver ses victimes et ainsi s’attirer la reconnaissance du personnel médical autour de lui. Malheureusement, beaucoup sont morts avant de pouvoir être réanimés.

Stephan Letter a tué au moins 28 de ses patients âgés en Allemagne en 2003-2004, affirmant aussi qu’il mettait fin à leur misère. Mais beaucoup n’étaient pas gravement malades.

Serial killer Charles Cullen – 60 minutes

RCI avec la Presse canadienne, Radio-Canada et CTV News

Sur le même thème

Une ex-infirmière accusée des meurtres de huit personnes – Radio-Canada

Former nursing home employee charged with 8 counts of 1st degree murder – CBC

Ontario nursing home murder suspect talked God – Toronto Star

What we know about the nurse charged with 8 counts of murder – CTV

Catégories : Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*