Patrick Lagacé. Le service de police de Montréal a eu accès aux numéros des appels entrants et sortants du téléphone intelligent d'un journaliste du quotidien La Presse et il a pu obtenir auprès des fournisseurs de téléphonie les noms de tous les individus qui ont pu contacter ce journaliste.

Patrick Lagacé. Le service de police de Montréal a eu accès aux numéros des appels entrants et sortants du téléphone intelligent d'un journaliste du quotidien La Presse et il a pu obtenir auprès des fournisseurs de téléphonie les noms de tous les individus qui ont pu contacter ce journaliste.
Photo Credit: Radio-Canada

Espionnage électronique par les policiers d’un journaliste canadien : du jamais vu!

Share

Tout le Canada en parle : un chroniqueur de l’important quotidien La Presse a été placé sous surveillance par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), avec la permission d’une juge de paix.

Patrick Lagacé
Patrick Lagacé

Selon La Presse, ce n’est pas un seul mandat de surveillance, mais une succession étonnante de 24 mandats de surveillance qui auraient été accordés par la justice pour espionner à son insu le journaliste Patrick Lagacé.

On a espionné non seulement les conversations téléphoniques du journaliste, mais aussi ses déplacements grâce aux informations de géolocalisation qui étaient transmises par son téléphone.

Les policiers visaient l’un des leurs et non la liberté de presse

Philippe Pichet
Philippe Pichet

La surveillance de Patrick Lagacé était « une exception », a expliqué lundi après-midi le directeur du SPVM, Philippe Pichet, affirmant que l’enquête visait d’abord et avant tout un policier de son service.

Ce policier était soupçonné de divulguer de l’information aux médias.

 Fayçal Djelidi
Fayçal Djelidi

L’agent en question, qui était soupçonné aussi par son employeur de fabriquer des preuves, était Fayçal Djelidi, un enquêteur spécialisé dans les gangs de rue.

Selon ce qu’a appris le journal, le SPVM constatait fin 2015 que des informations auxquelles M. Djelidi avait accès dans le cadre de ses enquêtes étaient publiées dans les médias. Le corps de police voulait donc savoir à qui parlait Fayçal Djelidi.

Il a été formellement accusé à l’été 2016 de « parjure et de tentative d’entrave à la justice » et d’« abus de confiance et de sollicitation et d’obtention de services sexuels moyennant rétributions ».

Écoutez

Écoutez ou regardez notre reportage – Durée : 4:58

Les patrons de tous les grands médias québécois sont révoltés

Les grandes salles de rédaction du Québec sont fortement ébranlées par toute cette affaire et leurs dirigeants viennent de se rallier pour exprimer unanimement leur colère dans une lettre ouverte conjointe, publiée mardi matin sur toutes les grandes tribunes médiatiques. 

Ils précisent dans cette lettre : « Il est inacceptable que des enquêteurs aient pu obtenir accès aux données téléphoniques et à la géolocalisation d’un journaliste sans autre motif que d’identifier des sources journalistiques à l’intérieur du corps de police.  La procédure pour obtenir un mandat de surveillance contre un journaliste doit être plus contraignante pour les corps policiers. Le directeur du Service de police de la Ville de Montréal, Philippe Pichet, doit répondre à la question que tous les professionnels des médias se posent aujourd’hui : quels journalistes ont été espionnés, lesquels le sont encore? »

Le chef du SPVM Philippe Pichet, le 31 octobre 2016
Le chef du SPVM Philippe Pichet, le 31 octobre 2016. Le chef du SPVM Philippe Pichet, le 31 octobre 2016. Philippe Pichet Les policiers du SPVM réclament maintenant la tête de leur propre directeur. © PC/Ryan Remiorz

Le journaliste ciblé par l’espionnage des policiers est inquiet

« C’est du jamais vu que la police obtienne un mandat pour des métadonnées semblables », affirme le chroniqueur. Le SPVM aurait eu accès à de l’information sur ses appels et ses messages textes pendant plus de six mois, soit du 13 janvier au 7 juillet 2016. « Je trouve ça inquiétant. Moi, je ne fais même pas d’enquête […] S’ils ont fait ça à moi, qu’est-ce qu’ils peuvent faire à (d’autres)?

Le chroniqueur Patrick Lagacé, en entrevue à Radio-Canada, le 31 octobre
Le chroniqueur Patrick Lagacé, en entrevue à Radio-Canada, le 31 octobre

RCI avec les informations de Radio-Canada et la contribution d’Annie Desrochers, Claude Bernatchez et Alain Gravel de Radio-Canada

Sur le même thème

Liberté de presse et protection des sources journalistiques : les élus doivent passer aux actes – Radio-Canada

L’affaire d’espionnage du chroniqueur Patrick Lagacé décortiquée – Radio-Canada 

Share
Catégories : Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Espionnage électronique par les policiers d’un journaliste canadien : du jamais vu!»
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    Ont a pris une pelle a neige pour tuer une mouche L’opposition ce réjouis de tout ce vacarme médiatique.Ont blame les libéraux de M Couillard pour une action qui a été prise A plusieurs occasions pour de multiple raisons Les journalises ont exagérer sur le droits du secret et l’opposition neutralise l’administration de nos dirigeants Ont ne les accuse pas de vol? Et pourtant c’est ce qui ce passe .