Un cachalot en captivité
Photo Credit: IS / iStock

Nouvelle-Écosse: un sanctuaire possible pour baleines et dauphins en captivité dans le monde

Share

Un OBNL américain songe à créer le premier « établissement de retraite » – le terme doit être pris dans son sens le plus vaste – pour baleines et dauphins en captivité et les eaux de la Nouvelle-Écosse semblent répondre aux critères essentiels pour l’établissement de ce sanctuaire.

Le projet consiste en réservant une section de 26 hectares d’océan en bloquant l’entrée d’une baie, d’une anse ou encore d’un bras de mer dans un secteur maritime où l’on retrouve une  profondeur adéquate pour à ces mammifères marins.

De plus, il y aurait sur la rive des installations permanentes pour le personnel qui coordonnera les soins de santé et l’alimentation des mammifères.

Aurora, une femelle beluga de 20 ans, et son veau dans un des bassins de l’aquarium du Vancouver. Photo de 2009 (Darryl Dyck/The Canadian Press)

Aurora, une femelle beluga de 20 ans, et son veau dans un des bassins de l’aquarium du Vancouver. Photo de 2009 (Darryl Dyck/The Canadian Press)

Outre la Nouvelle-Écosse, l’organisation à but non lucratif The Whale Sanctuary Project, incorporée à Washington explore également des sites possibles  sur les côtes du Maine – très similaires aux côtes néo-écossaises en Atlantique – et dans l’état de Washington sur la côte du Pacifique.

Confinés dans des réservoirs en béton

On retrouve des sanctuaires pour toutes sortes d’animaux, des mammifères terrestres aux oiseaux, mais rien encore pour les gros mammifères marins.

La vie dans les réservoirs de béton pour les baleines et les dauphins en captivité est encore aujourd’hui la seule option que nous connaissons. De plus, comme le souligne l’ensemble de la communauté scientifique qui s’est penchée sur le sujet. Il est impossible de relâcher ces animaux dans la nature après une vie de captivité, car ils n’ont pas développé les aptitudes nécessaires à la survie en océan.

Des avantages pour la Nouvelle-Écosse

Outre l’aspect touristique évident, un tel sanctuaire créerait de l’emploi dans une province qui en a grand besoin. De plus, nombre de chercheurs pourraient y poursuivre des études et recherches de pointe tant sur la santé de ces magnifiques mammifères que sur l’éthologie marine.

Quel serait l’impact sur les écosystèmes en place?

Pour le moment, le ministère Pêche et Océans Canada n’est pas partie prenante au projet. Si le choix de la Nouvelle-Écosse s’avère être celui qui sera retenu, une demande en ce sens devra être déposée à Ottawa pour étude et approbation.

À ce jour, on croit que The Whale Sanctuary Project pourrait voir le jour avec un investissement initial de 20 millions de dollars américains, soit près de 27 millions de dollars canadiens.

Dauphins en captivié (IStock)

Dauphins en captivié (IStock)

RCI, The Whale Sanctuary Project, CBC, CP

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Internet et technologies, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*