Un CF-18 canadien obtient le feu vert pour le décollage au crépuscule à la base militaire de Dohar, au Qatar, le 3 décembre 1990, peu de temps avant le début de la guerre du Golfe persique en 1991. Le plan du gouvernement libéral permettra à une grande partie de la flotte de voler dans les années 2020, peut-être aussi tard que 2032. (Paul Chiasson / Canadian Press)

Un CF-18 canadien obtient le feu vert pour le décollage au crépuscule à la base militaire de Dohar, au Qatar, le 3 décembre 1990, peu de temps avant le début de la guerre du Golfe persique en 1991. Le plan du gouvernement libéral permettra à une grande partie de la flotte de voler dans les années 2020, peut-être aussi tard que 2032. (Paul Chiasson / Canadian Press)
Photo Credit: MDN

Des CF-18 du Canada voleraient jusqu’en 2032 : une solution coûteuse et à haut risque selon un rapport secret

L’extension de la durée de vie opérationnelle des avions de chasse canadiens CF-18 après 2025 et peut-être même jusqu’en 2032 est décrite comme étant une « solution à haut risque, tant du point de vue technique qu’opérationnel » selon un rapport interne du gouvernement obtenu par CBC News.

Le plan du gouvernement libéral de maintenir un certain nombre de ses avions de combat achetés en 1980 serait aussi une option coûteuse, dit le rapport d’ingénierie technique rédigé pour le groupe de la Défense nationale à la suite de la décision prise par le gouvernement conservateur il y a deux ans de prolonger la durée de vie des jets de première ligne jusqu’en 2025.

Ce rapport prend une nouvelle pertinence à la lumière de la décision du gouvernement la semaine dernière de reporter la tenue d’une compétition ouverte et transparente pour le choix d’un nouvel avion de combat. L’appel d’offres ne devrait débuter que l’année prochaine après la publication de la nouvelle politique de défense et pourrait prendre jusqu’à cinq ans, soit après la prochaine élection fédérale canadienne.

L’analyse est également importante dans le conteste de l‘écrasement fatal lundi de cette semaine d’un CF-18 dans une zone d’entraînement près de la base des Forces canadiennes Cold Lake en Alberta.

La Défense nationale a indiqué qu’elle comptait acheter jusqu’à 18 Boeing Super Hornets comme mesure provisoire jusqu’à ce qu’une flotte flambant neuve arrive.

Voyez le plan d’attaque proposé par le gouvernement concernant ses vieux CF-18 – 5:09

Une politique de remplacement par étape coûteuse

C’est après 2025 que les préoccupations majeures commencent à émerger. Les CF-18 exigeraient une révision majeure – connue sous le nom de prolongation de la durée de vie du point de contrôle 3 – pour rester opérationnelle après cette date. Le tout pourrait coûter plus de 1,3 milliard.

« Cette option est une solution à haut risque, tant du point de vue technique que du point de vue opérationnel », déclare le rapport interne du ministère de la Défense.

« Un important et coûteux achat de nouvelles ailes et de nouveaux contrôles de vol serait nécessaire pour soutenir cet effort, car la durée de vie de ces composants expirerait pour bon nombre des avions de la flotte. »

Le rapport note également que les transpondeurs des avions de chasse, qui les identifient comme des amis ou des ennemis par d’autres aéronefs, devront être améliorés.

Le système d’avionique sera considéré comme obsolète au début des années 2020 et ne répondra pas aux exigences des États-Unis pour les communications cryptées, ce qui menace les opérations militaires communes avec les Américains et le North American Aerospace Defence Command (Norad).

« D’un point de vue opérationnel, la flotte sera exposée à un environnement de menace plus mortel, dit l’analyse. En outre, il y aura une diminution de l’interopérabilité avec les nouveaux aéronefs utilisés par les alliés du Canada. »

Le ministre se fait rassurant…

Dans une entrevue avec CBC News, Harjit Sajjan a minimisé l’analyse, disant que les libéraux ont mené leurs propres études plus récentes qui leur donnent du réconfort.

«Les ingénieurs nous ont assuré que la prolongation de la durée de vie peut se faire en toute confiance et que nous pouvons répondre à nos besoins », a-t-il dit, ajoutant que les préoccupations concernant l’état général de la flotte sont une des raisons qui ont poussé les libéraux à recommander l’achat provisoire de Super Hornets.

Le ministre de la Défense du Canada la semaine dernière – 0:50 (anglais)

Découvrez :
L’écrasement d’un autre CF-18 creuse encore un peu plus le « fossé des capacités » du Canada à l’étranger

Pas moins de 19 chasseurs F-18 se sont écrasés depuis l’acquisition de cette flotte de 138 appareils par l’Aviation royale canadienne au tout début des années 1980 au prix de 5 milliards de dollars. Dix pilotes ont perdu la vie dans ces écrasements.

Pas moins de 19 chasseurs F-18 se sont écrasés depuis l’acquisition de cette flotte de 138 appareils par l’Aviation royale canadienne au tout début des années 1980 au prix de 5 milliards de dollars. Dix pilotes ont perdu la vie dans ces écrasements.

Lisez la suite… 

RCI avec CBC et Radio-Canada

Sur le même thème

Ottawa fait disparaître une étude qui lui est dommageable – Radio-Canada

Majority of CF-18s will fly beyond ‘certified safe life’: internal report – CBC

Remplacement des CF-18 : la solution provisoire dénigrée – Radio-Canada 

Catégories : International, Internet et technologies, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*