Image d'une campagne contre l’intimidation

Image d'une campagne contre l’intimidation
Photo Credit: YouTube

Corrélation directe entre embonpoint et intimidation en cours de récréation

Share

Le cycle de l’intimidation commence au moment où l’identité sociale de nos enfants se forme, principalement à l’école, donc notamment dans le cadre des activités récréatives dans les cours de récréation et dans les cours d’éducation physique.

Or, le poids serait la principale source d’intimidation chez les adolescents, selon une étude réalisée pour l’Association québécoise pour la santé publique (AQPS).

Ainsi, pas moins de 90 % des adolescents interrogés par les chercheurs québécois disent avoir été témoins d’intimidation par rapport au surpoids dans leur école. Près de la moitié d’entre eux estiment que le surpoids est le principal facteur pour lequel un compagnon de leur âge risque de se faire intimider.

Une stratégie pour contrer l’intimidation muette sur le problème de l’embonpoint

« On soupçonnait fortement que le poids était une dimension importante de l’intimidation chez les jeunes. Et pourtant, en regardant la loi 56 sur l’intimidation (adoptée par la province du Québec en 2012), on ne parle de surpoids nulle part », souligne la chercheuse Annie Aimé, du département de psychoéducation et de psychologie à l’Université du Québec en Outaouais.

« Je pense que ça prend un changement. Il faut agir au même titre que pour les autres causes d’intimidation et clamer haut et fort que ce n’est pas acceptable. »

Selon Mme Aimé, les écoles devraient avoir des stratégies particulières par rapport au poids dans leur plan de lutte contre l’intimidation.

Regardez les explications – 6:15

Des parents et des éducateurs qui discriminent eux aussi sur la base du poids

Les jeunes Québécois souffrants d’embonpoint et qui se disent victimes d’intimidation affirment aussi recevoir des commentaires négatifs de la part des professeurs, notamment ceux d’éducation physique.

« On doit être vigilant, comme adulte, de la façon dont on communique avec eux, estime la chercheuse. Leur dire qu’ils ont besoin de perdre du poids ou les culpabiliser, ce n’est pas les aider. Plusieurs ne voudront plus se présenter aux cours par la suite, ce qui ne règle pas le problème.»

« On est tellement préoccupés par le fait que le surpoids est dangereux pour la santé physique, qu’on induit peut-être des problèmes psychologiques », avance-t-elle.

Un jeune canadien sur quatre a un surplus de poids.
Un jeune canadien sur quatre a un surplus de poids. © iStock

Le Canada est sur la liste des 10 pays où l’intimidation est le plus répandue

Sur 35 pays, le Canada occupe le neuvième rang en ce qui a trait à la prévalence de l’intimidation chez les adolescents si bien qu’au moins un adolescent à l’école sur trois au pays a déjà été victime d’intimidation.

Chez les Canadiens adultes, 38 % des hommes et 30 % des femmes déclarent avoir été victimes d’intimidation à l’école, occasionnellement ou fréquemment.

Au Canada, 47 % des parents affirment qu’un de leurs enfants a été victime d’intimidation.

Découvrez :
Le Canada dit « stop » à la cyberintimidation et non à l’extorsion sexuelle sur le web
Un site Internet a également été lancé le site Internet Canada.ca/Nonalacyberintimidation à l’intention des parents et de leurs enfants. Le gouvernement souhaite qu’il devienne une source de conseils, de renseignements et d’outils pour toute la famille afin de lutter contre la cyberintimidation.
Lisez la suite…

Qu'on en soit l'instigateur ou la victime, l'intimidation augmente le risque d'idées suicidaires chez les jeunes.
Qu’on en soit l’instigateur ou la victime, l’intimidation augmente le risque d’idées suicidaires chez les jeunes. © iStock

 

RCI avec la contribution de Rudy Desjardins, Marie Villeneuve, Marie-Lou St-Onge, Éric Gagnon et de Isabelle Fleury de Radio-Canada

Sur le même thème

7 conseils pour ne pas tomber dans les pièges des cybercriminels – Gouvernement du Canada 

Prévention de l’intimidation et du harcèlement – Croix-Rouge 

Intimidation et cyberintimidation – Gendarmerie Royale du Canada 

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Corrélation directe entre embonpoint et intimidation en cours de récréation»
  1. Avatar Yanick dit :

    Ces quoi cet article la? Je ne suis tellement pas d’accord avec cet article. Peut-importe la différence physique du jeune, si il a confiance en lui et qu’il apprend à s’affirmer de façons intelligente et positive, il va s’entourer de gens qui vont attirer l’amitié et non l’intimidation. Cet article fait preuve lui même d’intimidation et mettant en corrélation la pratique de saine habitude de vie et l’intimidation. Command gang, vous êtes plus intelligent que ça. Parlez à de vrai experts s.v.p.