Hilfa, membre du comité d’eau potable, devant un lavadero en ciment construit pour chacune des familles de Cuchoquesera au Pérou

Hilfa, membre du comité d’eau potable, devant un lavadero en ciment construit pour chacune des familles de Cuchoquesera au Pérou
Photo Credit: Facebook

L’eau potable fait cruellement défaut à 1 personne sur 10 dans les pays en développement

Share

Le Forum économique mondial s’ouvre à Davos (Suisse) et il se déroulera jusqu’au 20 janvier. Parmi les priorités, la question de l’accès à l’eau potable pour des milliers de personnes dans les pays en développement.

Dans un contexte international où plusieurs personnes, des femmes et des enfants notamment, parcourent des milliers de kilomètres pour se procurer cette denrée incontournable pour la vie, une initiative en faveur de l’accès à l’eau potable partout dans le monde au Forum mondial arrive à point nommé.

Un point d'eau dans certaines régions en Afrique peut ravitailler plus d'un village
Un point d’eau dans certaines régions en Afrique peut ravitailler plus d’un village © Radio-canada

Cette initiative est portée par deux organismes : Stella Artois et Water.org qui souhaitent que, d’ici 2030, le problème de l’accès à l’eau potable soit résolu dans son ensemble pour la rendre disponible et abordable pour tous.

Pour y parvenir, il faut une mobilisation internationale et une étroite collaboration entre les pays et tous les acteurs susceptibles d’influencer le processus de prise de décision sur la planète.

Il est inutile et inacceptable qu’un enfant meure toutes les 90 secondes d’une maladie liée à l’eau. Nous avons besoin de partenaires et de ressources dédiées – à la fois humaines et financières – pour en finir avec la crise mondiale de l’eau.

Gary White, chef de la direction et cofondateur de Water.org. 

À lire aussi : 

Canada : De nombreux membres des Premières Nations n’ont pas accès à de l’eau potable

Les Ailes de l’espérance: des nouvelles du projet d’eau potable de Tzipani, Amazonie

Des problèmes d’accès à l’eau potable existent également dans les communautés autochtones au Canada.
Des problèmes d’accès à l’eau potable existent également dans les communautés autochtones au Canada. © CBC

La solution par l’accroissement des investissements

Les organismes engagés dans la sensibilisation pour rendre l’eau potable disponible veulent accroître leurs investissements dans les pays où le problème se pose avec acuité.

C’est ainsi que depuis plusieurs années, ces entreprises sont engagées dans une campagne de financement pour collecter les fonds nécessaires à ces investissements.

Au Forum mondial, des projections de films sont prévues pour inciter les donateurs à s’impliquer davantage pour soutenir cette initiative dont les effets sont perceptibles dans certains pays d’Afrique comme le Kenya, où les femmes peuvent désormais développer de nouvelles activités professionnelles, au lieu de marcher des heures à la recherche de l’eau, et les enfants aller à l’école sans plus avoir à se soucier de la collecte du précieux liquide.

Le Canada compte parmi les pays qui soutiennent cette initiative mondiale au profit de cette denrée vitale dont le corps peut difficilement se passer pendant plus de trois jours.

L’implication des artistes internationaux comme Lisa Mam, du Cambodge, Fernando Chamerelli, du Brésil, Éria Nsubuga, de l’Ouganda, est soulignée par les promoteurs de l’initiative mondiale pour développer et apporter des solutions durables à la crise de l’eau.

Share
Catégories : International, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*