Le suicide de deux jeunes filles dans la communauté autochtone de Wapekeka suscite l'inquiétude des chefs locaux qui appellent Ottawa à l'action

Le suicide de deux jeunes filles dans la communauté autochtone de Wapekeka suscite l'inquiétude des chefs locaux qui appellent Ottawa à l'action
Photo Credit: iStock

Ottawa aurait-il vu venir le suicide de deux jeunes Autochtones et n’aurait rien fait?

Share

Deux adolescentes autochtones, Jolynn Winter et Chantel Fox, se sont suicidées au début du mois de janvier dans la communauté de Wapekeka, dans le Grand Nord ontarien. Dans une conférence de presse à Ottawa, les chefs autochtones ont soutenu que Santé Canada avait été mis au courant d’un possible pacte de suicide entre des jeunes de ce village et qu’ils avaient demandé en vain une subvention pour gérer la situation.

26 jeunes désignés comme étant à risque élevé

C’est depuis l’été dernier que la petite communauté des Premières Nations de Wapekeka, à 600 km au nord de Thunder Bay, avait tiré la sonnette d’alarme sur la situation préoccupante de 26 jeunes du village désignés comme étant à « risque élevé ».

Le porte-parole des chefs de ce village, Joshua Frogg, a relevé le fait que ces jeunes étaient aux prises avec des problèmes de santé mentale et qu’ils étaient susceptibles de s’enlever la vie à tout moment.

Selon M. Frogg, quatre de ces jeunes avaient d’ailleurs été conduits hors de la communauté pour recevoir de l’aide médicale, à cause du choc causé par le suicide de leurs deux camarades.

La santé mentale des jeunes adolescents autochtones doit faire l'objet de surveillance et les chefs communautaires demandent de l'aide.
La santé mentale des jeunes adolescents autochtones doit faire l’objet de surveillance et les chefs communautaires demandent de l’aide. © CBC

Possible pacte de suicide entre les jeunes filles et demande d’aide rejetée

Dix-sept autres personnes se sont suicidées entre-temps, depuis que les deux adolescentes de 12 ans ont mis fin à leurs jours.

En raison du nombre de tentatives de suicide qui reste élevé depuis un an parmi les adolescentes de cette communauté, les chefs avaient soupçonné l’existence d’un pacte de suicide entre elles. C’est pourquoi ils avaient sollicité une aide financière d’Ottawa pour tenter de maîtriser la situation.

Les chefs autochtones avaient souhaité recevoir 376 706 $ mais, apparemment, leur demande n’avait pas connu une suite favorable.

Selon un rapport de l’Association médicale canadienne sur le suicide au sein des communautés autochtones, le phénomène est particulièrement marqué chez les jeunes. Le chercheur associé au centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, Gerald McKinley, a parcouru les rapports du bureau du coroner en chef de l’Ontario entre 1991 et 2013. Il a noté que 468 Autochtones se sont enlevé la vie durant cette période et que près de la moitié [d’entre eux] étaient âgés de 25 ans ou moins.

La prévalence des idées suicidaires est presque deux fois plus élevée chez les Autochtones que chez les non-Autochtones, selon Statistique Canada.
La prévalence des idées suicidaires est presque deux fois plus élevée chez les Autochtones que chez les non-Autochtones, selon Statistique Canada. © CBC

À lire aussi

Suicides d’adolescents : les Premières Nations demandent au gouvernement fédéral d’agir

Les solutions à la vague de suicides dans les communautés autochtones

Le suicide de deux jeunes de la nation ontarienne Nishnawbe Aski  force les gouvernements à réagir

Clarifications de Santé Canada

Selon un communiqué diffusé par l’organisme fédéral mercredi soir, il y aurait eu une promesse faite aux chefs de la communauté de Wapekeka en automne dernier.

La proposition de Santé Canada était d’essayer de trouver de l’argent pour soutenir cette communauté dans ses efforts pour contrer le suicide des filles du village.

La seule école de ce village demeure jusqu’à présent fermée depuis que les deux adolescentes autochtones de 12 ans se sont enlevé la vie.

L’École de la réserve autochtone de Wapekeka
L’École de la réserve autochtone de Wapekeka © Martine Laberge

Joshua Frogg, Alvin Fiddler, le chef de l’organisme Nishnawbe Aski qui représente 49 communautés du nord de l’Ontario, Jonathan Solomon, le grand chef du Conseil Mushkegowuk qui représente 7 Premières Nations de la baie James et de la baie d’Hudson, en Ontario, sont profondément préoccupés par la situation et les risques de suicide qui continuent de peser sur les jeunes adolescents de leur localité.

C’est ainsi qu’ils se sont fortement mobilisés pour aller à la rencontre du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, afin de réitérer leur demande du mois de janvier 2016 d’accroître les ressources pour l’amélioration de la santé des Autochtones et de préparer une véritable stratégie nationale pour prévenir le suicide au sein de cette population.

RCI avec La Presse canadienne

Share
Catégories : Autochtones, Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*