L’arrivée d’un réfugié syrien et sa fille à l’aéroport international Pearson de Toronto, décembre, 2015

Ottawa va offrir aux personnes en transit vers les États-Unis et bloquées au Canada, recevront un titre de séjour temporaire
Photo Credit: Mark Blinch / Reuters

Le Canada ouvre ses portes aux personnes empêchées d’entrer aux États-Unis

Share

Le Canada va accorder des permis de résidence temporaire aux ressortissants des sept pays musulmans visés par le décret américain qui seraient bloqués au Canada.

Le ministre canadien de l’immigration Ahmed Hussen, a annoncé dimanche que les personnes originaires de pays mis à l’index par l’administration Trump, en transit vers les États-Unis et qui seraient bloquées au Canada, recevront un permis de résidence temporaire en cas de nécessité.

Hussen n’a pas cité de nombre de personnes qui pourraient être concernées par cette mesure. Il a indiqué que quelques passagers s’étaient vus refuser l’embarquement au départ du Canada, tout en précisant qu’en début d’après-midi dimanche, les autorités n’avaient connaissance d’aucun cas de personne bloquée au Canada.

Le ministre a également confirmé que Washington avait assuré à Ottawa que le décret migratoire ne s’appliquera pas aux ressortissants canadiens ayant la double nationalité de l’un des sept pays visés par l’interdiction américaine.

Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, dit que le Canada est prêt à accueillir tous ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre. © CBC

Un décret décrié

Le décret du président américain Donald Trump interdit pendant trois mois l’entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans: Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen

Hussen, qui est d’origine somalienne, a aussi indiqué que les ressortissants des sept pays, disposant d’une carte valide de résident permanent canadien, pouvaient toujours entrer aux Etats-Unis. Le décret américain s’applique en revanche aux ressortissants des sept pays visés qui seraient en transit au Canada. Plus de 35.000 ressortissants canadiens binationaux possèdent aussi la nationalité d’un des sept pays, a précisé le ministre

Hussen a évité de condamner la mesure américaine, mais il a souligné que le Canada continuerait à mener une politique d’immigration basée sur la « compassion », tout en assurant la sécurité des Canadiens. « Nous accueillons ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre », a-t-il dit en reprenant les termes d’un message sur Twitter du Premier ministre Justin Trudeau.

Des manifestants rassemblés pour protester contre le décret imposé par Donald Trump à l’aéroport international John F. Kennedy, New York, 29 janvier 2017
Les protestations contre le décret de Donald Trump se multiplient au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde © Andrew Kelly / Reuters

Ottawa est pressé d’agir

Au moment où les projecteurs étaient braqués sur les protestations contre le décret de Donald Trump, un groupe de chefs de file de la communauté technologique canadienne a appelé dimanche Ottawa à accorder des visas aux personnes empêchées d’entrer ou de retourner aux Etats-Unis.

« Les entreprises technologiques canadiennes ont conscience de la puissance de l’inclusion et de la diversité des courants de pensée, et que les talents et compétences ne connaissent pas de frontières », soulignent les signataires de cette lettre ouverte. Ils demandant à Ottawa d’accorder des visas pour permettre à ces personnes de venir vivre et travailler au Canada.

Interrogé à ce propos, le ministre a indiqué que les autorités canadiennes continuaient à suivre l’évolution de la situation, mais n’a pas pris d’engagement.

Jenny Kwan
Jenny Kwan, députée néo-démocrate de Vancouver-Mount Pleasant dit que les parlementaires ont besoin d’une large discussion sur les politiques en immigration au Canada en raison de ce qui se passe aux États-Unis

Un parti d’opposition canadien, le Nouveau Parti démocratique (NPD), a par ailleurs réclamé  dimanche la tenue d’un débat d’urgence au Parlement sur le décret Trump, qui aura des « répercussions désastreuses sur des milliers de personnes », a estimé la porte-parole du parti en matière d’immigration, Jenny Kwan. L’opposition néo-démocrate souhaite que les parlementaires en sachent davantage sur les « importantes conséquences »  que cette politique aura sur les citoyens ciblés, dont les Canadiens.

Pour Mme Kwan, les parlementaires canadiens doivent aborder des questions comme l’abolition du visa pour les visiteurs mexicains, l’installation au pays des réfugiés yézidis, le coût de la formation linguistique visant à mieux intégrer les réfugiés syriens après leur arrivée au Canada.

(Avec l’AFP et la Presse Canadienne)

Lire aussi

Le Canada double son objectif d’accueil en 2016 à… 50 000 réfugiés syriens!

Réfugiés palestiniens : le Canada rétablit le financement coupé sous Stephen Harper

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada doit améliorer son système de détection de la fraude

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*