Les jeunes qui ont déclaré fumer de la marijuana ont dit croire qu'elle offre des avantages physiques et influence positivement leur santé

Les jeunes qui ont déclaré fumer de la marijuana ont dit croire qu'elle offre des avantages physiques et influence positivement leur santé
Photo Credit: Associated Press/Brennan Linsley

Les jeunes Canadiens pensent que la marijuana n’est pas nocive et ne peut créer de dépendance.

Share

L’étude intitulée les Perceptions des jeunes Canadiens sur le cannabis révèle que ces derniers ne croient pas aux effets dommageables de cette drogue sur la santé ni à son pouvoir de créer une accoutumance à force de la consommer.

Alors qu’un groupe de travail analyse les possibilités de la légalisation du cannabis à des fins récréatives au Canada, l’étude du Centre canadien de lutte contre la toxicomanie (CCLT) se penche sur la façon dont les jeunes Canadiens perçoivent cette drogue.

Ayant constitué des groupes de travail, les promoteurs de cette étude ont sondé des Canadiens âgés de 16 à 19 ans pour offrir une compréhension plus approfondie des conversations qu’ils ont à l’école, dans la communauté ou chez eux sur la marijuana.

C’est ainsi qu’ils ont pu se faire une idée de l’opinion de ces jeunes, de leurs sources de renseignement et de la manière dont ils interprètent les informations sur ce produit.

L’étude met en lumière plusieurs idées erronées qu’entretiennent ces jeunes sur la marijuana ainsi que plusieurs lacunes en ce qui concerne les effets possibles de son usage sur leur santé.

Selon l'Étude du CCLT, les jeunes fument de la marijuana pour calmer certains troubles comme l'anxiété, l'état de stress post-traumatique et la dépression
Selon l’Étude du CCLT, les jeunes fument de la marijuana pour calmer certains troubles comme l’anxiété, l’état de stress post-traumatique et la dépression © Al Stewart/ICI Radio-Canada

À titre d’exemple, il est mentionné le fait que certains de ces jeunes se prescrivent des doses de marijuana pour gérer leurs problèmes de stress ou de santé mentale.

D’autres s’en servent pour se divertir ou se détendre tout en pensant que les conséquences nuisibles à long terme ne se manifestent que chez ceux qui consomment souvent de la marijuana, et non chez ceux qui, comme eux, ne la consomment qu’à des fins récréatives.

Une autre catégorie de jeunes estime que les effets de la marijuana sont moindres par rapport à ceux de l’alcool, bien qu’ils concèdent qu’en consommer avant de prendre le volant peut être dangereux.

 

Un jeune homme fume un joint
Un jeune homme fume un joint © ? Rick Wilking / Reuters

À lire aussi : 

Légalisation de la marijuana : les organismes de prévention veulent participer au débat

Fumer du pot à partir de 17 ans n’aurait pas d’impact sur le cerveau
Légalisation du cannabis : les risques chez les jeunes

Rôle d’Internet, des médias sociaux et de l’idée de la légalisation

Selon l’étude, plusieurs facteurs influencent la perception qu’ont les jeunes du cannabis.

Encouragés par les intentions du gouvernement libéral de légaliser cette substance, ces derniers ont le sentiment que la consommer peut être acceptable.

Certains des jeunes qui la consomment sont influencés par toutes sortes d’idées contradictoires qu’ils reçoivent et qu’ils peinent à déchiffrer.

Ils sont ainsi facilement séduits par ce que leur disent leurs amis ou leurs familles, des membres de leurs réseaux lors de leurs interactions sur Internet, des échanges avec leurs fournisseurs.

Ces jeunes, qui ont très souvent un accès facile au produit, arrivent même à décider de façon subjective du moment où la consommation peut être sécuritaire ou nocive, parce qu’ils sont influencés par l’idée reçue selon laquelle les effets de la marijuana varient en fonction des consommateurs et selon leurs attitudes, et non en fonction de la drogue en elle-même.

Évoquant le fait que les services policiers réagissent de façon variable aux infractions liées à la marijuana, les jeunes estiment que le statut réglementaire de cette drogue devrait être revu.

L’étude conclut que les jeunes préfèrent après tout avoir des données factuelles concernant la science sur les effets de la marijuana et elle invite les intervenants en promotion de la santé ainsi que tous ceux qui œuvrent auprès des jeunes à prendre en compte les principaux résultats obtenus.

C’est en cela qu’ils pourront mieux faire face aux idées erronées qui influencent la perception qu’ont les jeunes de la marijuana et les incitent à la consommer, malgré les risques importants pour leur santé et pour la société.

Nous espérons que les conclusions de notre deuxième rapport sur le sujet, Les perceptions des jeunes canadiens sur le cannabis, appuieront les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral dans leur élaboration d’un cadre de légalisation, lequel veillera tout particulièrement à ce que la substance ne tombe pas entre les mains des jeunes, et au développement d’efforts en éducation publique qui reflètent nos connaissances basées sur les données probantes.

– Rita Notarandrea, première dirigeante, Centre canadien de lutte contre les toxicomanies

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*