Andrea-Giesbrecht, accusée d’avoir dissimulé des cadavres de bébés à Winnipeg

Andrea-Giesbrecht, accusée d’avoir dissimulé des cadavres de bébés dans son appartement à Winnipeg

Coupable d’avoir caché les cadavres de ses bébés

Share

Une Canadienne de 42 ans a été reconnue coupable lundi par un tribunal de Winnipeg (centre du Canada) d’avoir dissimulé les corps de six bébés dans un local qu’elle louait.

Andrea Giesbrecht était accusée de six chefs pour avoir « fait disparaître le cadavre d’un enfant » avec « l’intention de cacher le fait » qu’elle lui avait donné naissance.

Elle encourt deux ans d’emprisonnement pour chacun des six chefs d’accusation. Aucune date n’a été fixée à ce stade pour la détermination de la peine.

« Tous ces bébés étaient vraisemblablement vivants à la naissance. Rien n’indique qu’il y ait eu des complications pendant les grossesses », a déclaré le juge Murray Thompson, en annonçant le jugement.

 rci-murray
Selon le juge Murray Thomson, tous les enfants de Mme Giesbrecht sont probablement nés vivants. Il n’y a aucune preuve de complications pendant ses grossesses,

La cause de la mort n’a pu être établie en raison de l’état de décomposition des corps lors de leur découverte. Ils avaient été retrouvés dans des sacs poubelles et dans des récipients en plastique. L’un d’entre eux avait été coulé dans du ciment.

Andrea Giesbrecht a été inculpée le 20 octobre 2014, jour de la découverte des premières dépouilles par des employés d’un centre de stockage dans lequel elle louait un espace. Les employés voulaient vider et nettoyer l’emplacement, car elle était en défaut de paiement.

Mariée et mère de deux adolescents, elle avait plaidé non coupable à l’ouverture de son procès le 18 avril dernier. Elle avait échappé à une inculpation pour meurtres, la Couronne n’étant pas en mesure de prouver que les bébés, cinq garçons et une fille, étaient vivants à la naissance.

Son avocat, Greg Brodsky, a déclaré que Mme Giesbrecht est soulagée que le juge soit parvenu à une conclusion dans son cas. « Elle n’est pas satisfaite du résultat, mais elle est heureuse de la fin du processus », a-t-il dit.

 rci-andra
Andrea Giesbrecht a été inculpée le 20 octobre 2014. © CBC

Des questions sans réponses

Lorsqu’on lui a demandé s’il savait pourquoi sa cliente conservait les cadavres de ses enfants dans un casier, Me Brodsky a répondu : « Non. » L’avocat a ajouté que sa cliente attendra les détails de la peine avant de décider de faire appel ou non.

Le juge Thomson a indiqué dans sa décision qu’il était convaincu que Giesbrecht était la mère de tous les six nourrissons et qu’elle les a stockés avec l’intention de cacher leurs naissances pendant qu’ils se décomposaient dans des casiers en plastique et des seaux. « Ces corps n’ont pas été entreposés à des fins de préservation », a-t-il dit.

Ce qui a causé la mort des nourrissons n’a pas pu être déterminé parce que les restes étaient dans un état de décomposition avancée. Andrea Giesbrecht n’a pas témoigné pendant son procès, laissant sans réponse beaucoup de questions entourant les bébés.

(Avec L’AFP et CBC)

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Coupable d’avoir caché les cadavres de ses bébés»
  1. Avatar Serge Lamarche dit :

    Deux ans par bébé tué. La justice n’est pas forte au Canada. C’est considéré comme des avortements post-naissance? Que dire du traitement des corps? Autre détail, ils n’ont pas vérifié que les bébés sont les siens. Les tests adn ne sont pas dispendieux…
    Les femmes ne sont pas maltraitées par le système judiciaire!