Un studio de radio
Photo Credit: iStockphoto

La radio n’a pas dit son dernier mot!

Share

Chaque année, le 13 février, la planète « célèbre la place et le rôle exceptionnels d’un moyen de communication qui touche le plus large public dans le monde », comme l’a souligné il y a quelques années Ban Ki-Moon, alors qu’il était Secrétaire général de l’ONU.

Un média en constante transformation

La télévision d’abord et maintenant les nouvelles technologies n’ont pas eu raison de cette industrie qui rejoint des milliards de personnes à travers la planète quotidiennement.

Il y aurait à peu près 45 000 stations de radio à travers le monde et il s’en crée chaque jour de nouvelles, que ce soit des stations locales commerciales ou des radios communautaires.

Pourtant, on évalue que près d’un milliard de personnes, soit 25 % des foyers des pays en voie de développement, n’ont toujours pas accès à la radio.  Difficile à imaginer dans un monde hyper connecté!

La radio a beaucoup évolué depuis sa création à la fin du 19e siècle.  Aujourd’hui, écouter la radio prend diverses formes : outre le traditionnel poste de radio à la maison, beaucoup d’auditeurs sont à l’ère de la web radio.  Il y a ceux qui l’écoutent en direct et ceux qui préfèrent « consommer » des contenus en baladodiffusion au moment qui leur convient.

Et la radio n’a pas fini de connaitre des transformations.  Voici les treize mutations qui sont en train de révolutionner la radio selon un article publié dans le magazine Slate en 2016.

« La radio, c’est vous » 

Le 13 février 1946  fut créée la Radio des Nations Unies.  66 ans plus tard, les États membres de l’UNESCO instauraient une journée spéciale pour rendre hommage à cette radio qui sert à se divertir, à s’informer mais qui ne serait rien sans ses auditeurs.

Le thème choisi cette année veut souligner « la position unique de la radio pour rassembler les communautés et promouvoir un dialogue positif pour le changement. »

© IS/iStock

L’histoire de la radio au Canada

En 1919 Montréal devient la première ville au monde où une station de radio diffuse du contenu, il s’agit de XWA, qui devient l’année suivante CFCF.

En 1922 les premières licences sont octroyées aux stations de radio commerciales.

Le quotidien montréalais La Presse lance cette année-là CKAC, la première station francophone en Amérique du Nord.

Mais ce n’est pas avant novembre 1936 que naîtra le radiodiffuseur public CBC/Radio-Canada. Radio-Canada est chargée des services en langue française et CBC des services en langue anglaise.  Un an plus tard, CBF, la première station de radio de Radio-Canada, entre en ondes en décembre 1937 alors que la voix du Canada à l’étranger, Radio Canada International, commencera à se faire entendre le 25 février 1945.

Selon Statistique Canada, en 2007 le Canadien moyen écoutait environ 19 heures de radio par semaine.

Le physicien et inventeur canadien Reginald Fessenden © Photo : Libre de droits

Le saviez-vous?

 En 1900, le Québécois Reginald Fessenden transmettait un premier message par la voix des ondes.

Un, deux, trois, quatre, est-ce qu’il neige où vous êtes, monsieur Thiesen? Si oui, voulez-vous me télégraphier?

Son collègue, M. Theissen, put confirmer la bonne réception de celui qui deviendra le père de la radio.  

En 1906, Fessenden présentera la première émission de radio de l’histoire, diffusée à partir du Massachusetts aux États-Unis. 

Le 24 décembre, il lira quelques versets de la Bible et fera entendre un enregistrement musical.

L’émission sera entendue à des milliers de kilomètres de là, jusqu’en Écosse.

Share
Catégories : Histoire, Internet et technologies, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*