Le joueur de baseball montréalais Jackie Robinson, ici photographié en 1954, fait partie de ceux dont le nom a été soumis à la Commission de la toponymie du Québec.   Photo : Bob Sandberg / Bibliothèque du Congrès des États-Unis

Le joueur de baseball montréalais Jackie Robinson, ici photographié en 1954, fait partie de ceux dont le nom a été soumis à la Commission de la toponymie du Québec. Photo : Bob Sandberg / Bibliothèque du Congrès des États-Unis

Plus de « nègres » dans la toponymie du Québec, mais peu de Noirs

La Commission de la toponymie du Québec a la réputation de ne pas agir de manière précipitée et de bien peser ses choix lorsqu’il s’agit d’ajouter ou de retirer des noms aux lieux, agglomérations et routes de la province.

Pour ce qui est d’aller de l’avant et d’adopter une toponymie plus sympathique aux exploits des personnalités noires de l’histoire du Québec, certains seraient tentés de croire que la Commission se traîne les pieds et voudraient lui tirer l’oreille.

Des Montréalais, qui souhaitent une plus grande reconnaissance des Noirs, lui ont soumis une liste d’une cinquantaine de personnalités noires.

La Commission apprécie l’initiative, mais affirme que la tâche s’annonce plus délicate que de coutume, car elle doit faire une plus grande place non seulement aux Noirs, mais aussi aux Autochtones et aux femmes. La Commission prévient donc qu’il s’agit d’un processus long et complexe.

Personnalités noires dans la toponymie du Québec encore trop rare – 5:36

La fois  la Commission de la toponymie a agi rapidement ou presque

Il y a deux ans, une plainte formelle a été déposée par un citoyen à la Commission de la toponymie du Québec.

Une militante pour les droits des Noirs s’est mise à dénoncer l’appellation du plan d’eau « rapides des Nègres » dans la région de l’Outaouais. On demandait à la Commission de la toponymie du Québec de retirer tous les noms dans la toponymie québécoise qui comprend le mot nègre. Il y en avait 11 en tout.

Cette dernière a toutefois d’abord répondu qu’« au cours de consultations menées dans le cadre de la démarche de révision des toponymes avec les spécifiques « Nigger » ou « Nègre », des représentants de la communauté noire du Québec nous ont demandé de ne pas les retirer de la nomenclature géographique du Québec ».

Le Québec était alors la seule province au pays qui possédait des noms de lieux publics comprenant le mot « nègre ». Ailleurs au Canada, les noms avaient tous été changés.

Finalement, quelques semaines après le dépôt de la plainte, la Commission de toponymie a fini par se raviser et affirmait que les noms de lieux du territoire québécois qui comportaient le mot anglais « Nigger » ou le mot français « Nègre » seraient immédiatement changés.

Elle expliquait que même si ces mots sont d’usage ancien, ils pouvaient effectivement porter atteinte à la dignité des membres de la communauté noire.

Découvrez :
Quelles sont les différentes origines amérindiennes des noms de villes canadiennes?

Un village amérindien dans le Grand Nord de la province du Québec.Photo Credit: Bonjour Québec
Un village amérindien dans le Grand Nord de la province du Québec.Photo Credit: Bonjour Québec

RCI avec la contribution de Annie Desrochers, Marie-Ève Tremblay, Rudy Desjardins, Dominique Brassard et Martine Bordeleau de Radio-Canada

Sur le même thème

Quelles sont les différentes origines amérindiennes des noms de villes canadiennes? – RCI

Quels sont les meilleurs outils de la généalogie québécoise? – RCI

La toponymie, cette opération identitaire sacrée – Radio-Canada

Catégories : Histoire
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.