Teamsters estime que «la gestion de la fatigue grâce à la présence d’un plus grand nombre d’inspecteurs ferroviaires ayant pour mandat de vérifier l’état des voies ferrées et d’autoriser les travailleurs à se reposer lorsque ces derniers sont fatigués est la seule solution viable et efficace pour veiller à la sécurité du système ferroviaire et protéger à la fois les travailleurs et la population canadienne»

Teamsters estime que «la gestion de la fatigue grâce à la présence d’un plus grand nombre d’inspecteurs ferroviaires ayant pour mandat de vérifier l’état des voies ferrées et d’autoriser les travailleurs à se reposer lorsque ces derniers sont fatigués est la seule solution viable et efficace pour veiller à la sécurité du système ferroviaire et protéger à la fois les travailleurs et la population canadienne»
Photo Credit: Radio-Canada

Les caméras de surveillance peuvent-elles accroître la sécurité du transport ferroviaire?

Share

Dans le but d’accroître la sécurité dans l’industrie ferroviaire, le Canadien Pacifique a récemment préconisé que les compagnies aient accès au contenu audio-vidéo issu des enregistreurs à bord des locomotives. Cette recommandation est mal accueillie par la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada qui représente les intérêts de la majorité des travailleurs qui opèrent les trains du pays.

L’un des éléments figurant dans les mesures du transporteur ferroviaire en vue d’assurer la sécurité des Canadiens suscite une vive réaction de Teamsters Canada.

Le transporteur a en effet estimé que la loi actuelle, qui permet l’installation d’enregistreurs audio-vidéo à bord des locomotives, empêcherait aux compagnies ferroviaires d’utiliser les données pour prendre des mesures visant à accentuer la sécurité du transport ferroviaire.

C’est ainsi qu’il a relevé qu’il serait opportun de modifier cette loi pour limiter les accidents ferroviaires et leurs conséquences dramatiques.

La catastrophe survenue il y a quelques années à Lac-Mégantic rappelle de douloureux souvenirs et met en évidence la nécessité de mieux encadrer l’industrie ferroviaire, reconnaît le président de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC), Doug Finnson.

Il croit que cela ne devrait pas servir de prétexte aux dirigeants du Canadien Pacifique pour instaurer une culture de la peur, pour intimider les travailleurs et pour les mettre sous pression.

Selon Teamsters «aucune preuve concrète ne démontre que la surveillance excessive des travailleurs par les transporteurs ferroviaires améliore la sécurité dans l’industrie»
Selon Teamsters «aucune preuve concrète ne démontre que la surveillance excessive des travailleurs par les transporteurs ferroviaires améliore la sécurité dans l’industrie» © Marie-Maude Pontbriand

À lire aussi :

Transport de produits dangereux: Ottawa se fait tirer l’oreille

Ottawa adopte discrètement de nouvelles règles de sécurité ferroviaire

Transport du pétrole brut au Canada: bientôt classé matière dangereuse

Une seconde tragédie ferroviaire ébranle les Canadiens

Une mesure punitive alors que les relations sont mauvaises entre les parties?

Le porte-parole des Teamsters du Canada, Stéphane Lacroix
Le porte-parole des Teamsters du Canada, Stéphane Lacroix © Radio-Canada

Interrogé sur les déclarations du président de la CFTC, le directeur des relations publiques de Teamsters, Stéphane Lacroix, a expliqué que c’est à des fins de protection de la vie des travailleurs que l’accès aux enregistrements ne devrait pas être permis.

Selon M. Lacroix, la présence des enregistreurs à bord des trains ne pose pas de problème, mais seuls les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports devraient avoir accès aux enregistrements.

Il dénonce une culture organisationnelle basée sur la violation du droit à la vie privée des travailleurs, surtout si les transporteurs ferroviaires peuvent les surveiller 24 h sur 24.

D’un autre côté, il fustige les relations acrimonieuses entre les patrons et les employés. Il met en garde contre une possible dégradation de ces relations, advenant la surveillance qu’offrirait aux transporteurs leur accès aux enregistrements.

Rappelant que les enregistreurs audio-vidéo avaient été approuvés au départ dans les locomotives, avec pour objectif de faciliter les enquêtes du Bureau de la sécurité des transports, M. Lacroix craint qu’ils soient utilisés pour punir les travailleurs.

C’est ainsi qu’il suggère que d’autres mesures soient prises pour sécuriser davantage le transport ferroviaire, dont l’embauche d’un plus grand nombre d’inspecteurs de voies ferrées et l’élaboration d’horaires plus humains.

Écoutez
Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Les caméras de surveillance peuvent-elles accroître la sécurité du transport ferroviaire?»
  1. Avatar Francois Boulet dit :

    J’ai donné 27 ans de ma vie au chemin de fer. En tant que mécanicien de locomotive, chef de train et superviseur au transport. J’ai vécu énormément de transformations de l’opération des chemins de fer durant cette période (1984-2011). Le gros problème des 2 principaux chemins de fer est qu’ils sont trop près des gouvernements et les influencent trop étant grands donateurs des 2  » vieux » partis. Tout d’abords, il y a eu l’autoréglementation approuvée par Le gouvernement Mulroney. Dès lors, il y a eu une recrudescence d’incidents et d’accidents tout en camouflant le tout des yeux de Transports Canada. S’en sont suivies des coupures drastiques dans l’entretien des infrastructures,de l’équipement et du harcèlement des employés. Je n’ai rien contre Le fait qu’une entreprise réalisé des profits, mais pas sur Le dos de la sécurité publique, des employés et de l’environnement. Je suis très déçu des gouvernements qui n’osent pas prendre position devant ces criminels à cravate. À mes débuts au CN , lorsque nous avions la visite de Transports Canada, nous marchions les  » fesses serrées ». Maintenant, c’est presqu’une farce. Car les inspecteurs de TC, n’ont plus aucun pouvoir et si ils doivent prendre une décision au détriment du chemin de fer, ça se rend jusqu’au ministre et ça s’arrête là. Enquête devrait travailler sur ce dossier. Ce serait intéressant de voir les résultats.