Plusieurs demandeurs d’asile somaliens traversent au Canada en provenance des États-Unis tôt dimanche matin en marchant sur les voies ferrées dans la ville d’Emerson, Manitoba.

Plusieurs demandeurs d’asile somaliens traversent au Canada en provenance des États-Unis tôt dimanche matin en marchant sur les voies ferrées dans la ville d’Emerson, Manitoba.
Photo Credit: PC / JOHN WOODS

Une avocate de l’ONU observera l’afflux des demandeurs d’asile au Manitoba

Share

« Nous sommes très satisfaits du système (d’immigration) du Canada. C’est un système très robuste. Nous souhaitons voir quelle est la situation.a Ce sera simplement une mission d’observation», a déclaré Azadeh Tamjeedi, avocate canadienne œuvrant au sein du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Azadeh TamjeediMe Tamjeedi a été mandatée par l’organisme onusien pour visiter le Manitoba prochainement dans le but de voir de quelle manière évolue l’afflux de réfugiés qui arrive dans la province à pied après avoir fui les États-Unis. 

Tel que la presse du pays l’a révélé récemment, depuis une dizaine de mois des demandeurs d’asile qui se comptent parfois en centaines font la traversée à la frontière qui sépare le Manitoba et l’État du Minnesota aux États-Unis, près de la localité d’Emerson.

Beaucoup d’entre eux risquent leur vie puisqu’ils passent à travers des champs enneigés, parfois dans des températures glaciales.

Plusieurs des personnes qui ont traversé la frontière près de la ville d’Emerson sont originaires d’Afrique. Ils sont en majorité des citoyens de la Somalie, du Djibouti, du Congo et du Ghana. Certains d’entre eux ont payé un fort prix. En raison des engelures, ils ont perdu des doigts ou des orteils. Les températures à Emerson ont chuté parfois à 35 degrés au-dessous de zéro. Ces températures peuvent même coûter la vie.

Ghana Seidu Mohammed, 24 ans, a subi le gel des mains en traversant la frontière vers le Canada. © Radio-Canada / Austin Grabish

Selon les informations publiées par CBC news, Me Tamjeedi affirme que sa visite se concentrera sur la Convention sur les réfugiés des Nations unies de 1951, qui oblige le Canada à prendre des demandeurs d’asile qui arrivent au pays. Mais elle a aussi affirmé que l’ONU n’a pas d’inquiétude quant à la façon dont les fonctionnaires canadiens gèrent la situation jusqu’à présent.

Il est important de rappeler que l’Entente sur les tiers pays sûrs entre le Canada et les États-Unis exige que les demandeurs d’asile fassent leurs démarches de refuge dans le premier pays où ils arrivent. Mais une exemption permet à ceux qui entrent dans le pays par un autre endroit qu’un port d’entrée officiel de faire une demande d’asile.

Par ailleurs, un collègue de Mme Tamjeedi, Jean-Nicolas Beuze, a déjà visité le poste frontalier de Lacolle, au Québec, où d’autres demandeurs d’asile en provenance des États-Unis ont traversé la frontière du Canada à la marche. Selon elle, l’ONU est satisfaite de la façon dont les autorités de Lacolle ont géré la situation.

La localité d’Emerson, au Manitoba

Carte montrant les autoroutes 75 et 200 à Emerson, au Manitoba. Les deux configurations originales et actuelles. ©Rkehler3/Wikimedia Commons

Avec une population d’environ 650 habitants, la ville d’Emerson est devenue l’un des endroits de prédilection de dizaines de réfugiés fuyant les mesures contre les réfugiés et les personnes sans papiers mis en œuvre par le président Donald Trump depuis son arrivée au pouvoir.

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*