Len Van Heest espère pouvoir revenir au Canada. « Merci à tous les Canadiens d’avoir contribué positivement à ma vie pendant mes soixante ans ici », a-t-il déclaré. Photo : CBC

Len Van Heest espère pouvoir revenir au Canada. « Merci à tous les Canadiens d’avoir contribué positivement à ma vie pendant mes soixante ans ici », a-t-il déclaré. Photo : CBC

Déporté aux Pays-Bas après près de 6 décennies de vie au Canada : « Je ne sais pas ce que je vais faire »

Share

L’homme qui a vécu au Canada depuis sa tendre enfance est arrivé mardi à Amsterdam après avoir été expulsé du Canada en raison de ses infractions pénales, ce qui, selon lui, est dû à sa maladie mentale. « C’est dévastateur, dit Len Van Heest, 59 ans, qui affirme que ses troubles bipolaires sont responsables de ses antécédents criminels.

Len Van Heest a été accueilli à l’aéroport d’Amsterdam Schiphol par sa cousine Monique Lemstra et les parents de celle-ci qui vont héberger l’expulsé du moins temporairement.

« Ils m’envoient dans un pays étranger, ils m’enlèvent ma mère, tous mes amis. Je suis dévasté », dit l’homme qui a  déménagé au Canada avec ses parents à l’âge de 8 mois.

Il est l’un de ces nombreux immigrants qui sont renvoyés du Canada dans la foulée des décisions du précédent gouvernement conservateur canadien qui a durci les lois concernant l’expulsion de criminels non citoyens.

Un passé criminel qui ne pardonne pas

Van Heest avait été déporté une première fois en janvier 2008 après avoir été jugé inadmissible pour rester au Canada en raison d’une condamnation en 2001 pour voies de fait avec une arme.

Selon les documents du tribunal, il a été reconnu coupable de plus de 40 accusations criminelles entre 1976 et 2013. Il a été privé d’une résidence permanente au Canada en raison de son casier judiciaire.

Van Heest dit que ses crimes étaient le résultat d’ennuis bipolaires qu’il a développé alors qu’il était un adolescent. Il a effectué neuf mois de prison pour une agression, mais il affirme qu’il est aujourd’hui en pleine maîtrise de sa maladie mentale et qu’il ne boit ni ne se drogue.

Len Van Heest, à droite, son grand-neveu, Kaine Miranda, et sa mère, Trixie Van Heest. (Nouvelles CHEK)
Len Van Heest, à droite, son grand-neveu, Kaine Miranda, et sa mère, Trixie Van Heest. (Nouvelles CHEK)

Dernière demande pour rester au pays refusée

Après des années de retard, sa dernière demande pour rester à Vancouver a été refusée jeudi dernier. Il avait demandé un statut de résident permanent fondé sur des motifs humanitaires.

Juste avant 15 h lundi, les agents de la frontière canadienne ont escorté Van Heest ​jusqu’à l’avion en partance de Vancouver.

Dans les documents judiciaires, il a déclaré qu’il ne serait pas capable d’obtenir des soins de santé, un logement, un revenu ou un réseau social aux Pays-Bas.

Van Heest laisse au Canada sa mère, Trixie, 81 ans, avec qui il a vécu, ainsi que son frère et ses nièces et neveux.

« Nous jouons au Scrabble, elle fait ma lessive, je l’aide à couper l’herbe et tout ça… Nous sommes juste les meilleurs amis, ça dévaste ma mère, ça me dévaste, ça dévaste toute ma famille. »

La chef du Parti vert Elizabeth May avait fait appel aux ministres fédéraux de la Sécurité publique, Ralph Goodale, et de l’Immigration, Ahmed Hussen, pour arrêter les procédures de déportation.

« Je suis très inquiète parce qu’une fois qu’une personne est expulsée, il devient extrêmement difficile pour elle de revenir au Canada », a déclaré Mme May dans une interview.

Van Heest affirme que le Canada est « le seul pays que j’aie jamais connu. Et ils me chassent maintenant. »
Van Heest affirme que le Canada est « le seul pays que j’aie jamais connu. Et ils me chassent maintenant. »

RCI avec CBC News et Radio-Canada

Sur le même thème

Déporté aux Pays-Bas alors qu’il a passé toute sa vie au Canada – Radio-Canada 

‘No idea what I’m going to do,’ says man deported to Netherlands – CBC 

After nearly 60 years in Canada, B.C. man faces deportation to the Netherlands – CBC 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*