Les billets d’avion dans les aéroports régionaux aussi bien au Québec que dans le reste du Canada coûtent cher, voire plus cher que pour les vols à destination de pays étrangers. Ces prix se situent à 57 % du montant facturé aux usagers, contrairement aux États-Unis où ils représentent 80 % du prix total.

Les billets d’avion dans les aéroports régionaux aussi bien au Québec que dans le reste du Canada coûtent cher, voire plus cher que pour les vols à destination de pays étrangers. Ces prix se situent à 57 % du montant facturé aux usagers, contrairement aux États-Unis où ils représentent 80 % du prix total.
Photo Credit: iStockphoto

Résoudre la question des billets d’avion très chers pour les vols internes au Québec et au Canada

Share

Les membres du Comité sur les aéroports régionaux de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) étaient réunis à Québec pour faire le point sur les priorités en matière de transport aérien en région.

Les enjeux des billets d’avion aux prix astronomiques et des immobilisations aéroportuaires 

Daniel Côté, maire de Gaspé et président du Comité sur les aéroports régionaux de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) © Patrick Lemieux, UMQ

C’est la troisième fois que différents maires et différents partenaires se réunissent sur ces enjeux-là, relève Daniel Côté, maire de Gaspé, ville située sur la pointe est de la Gaspésie, et président du Comité sur les aéroports régionaux de l’Union des municipalités du Québec.

Quand on regarde Québec et Montréal par exemple, les infrastructures, les immobilisations sont bien développées, mais quand on retourne dans des régions un peu plus excentrées, un peu plus loin des grandes villes, on a des enjeux d’immobilisation, des enjeux d’infrastructures, sur lesquels il faut vraiment travailler, constate M. Côté.

La deuxième priorité est la question du prix des billets d’avion. À titre d’exemple, Daniel Côté relève que souvent, un billet d’avion entre Montréal et Gaspé va coûter plus cher qu’un billet entre Paris et Montréal, alors que la distance est quasiment différente et le prix du billet d’avion à l’intérieur du Québec et à l’intérieur même du Canada est énormément plus élevé que ce que l’on retrouve sur la scène internationale.

Quand on fait un comparatif avec par exemple les États-Unis, avec un vol intra-États-Unis, on constate qu’il est à peu près deux à trois fois moins cher qu’un vol à l’intérieur du Québec ou à l’intérieur du Canada pour des distances similaires. Décrit Daniel Côté.

L’un des premiers constats faits par le maire de Gaspé sur la question du prix des billets d’avion quand on compare le Québec ou le Canada avec les États-Unis, c’est qu’aux États-Unis, c’est environ 14 % du prix des billets d’avion qui sont refilés en termes de taxes, de frais ou de droits aux transporteurs, alors qu’au Canada, au lieu de 14 %, c’est 43 %.

À la base, si le prix des billets est aussi élevé pour les vols régionaux, si on se compare avec les États-Unis ou avec l’Europe, c’est parce qu’il y a une grosse question fiscale qu’il faut résoudre en partenariat avec les gouvernements fédéral et provincial, ainsi que les experts du domaine qui doivent bientôt produire des rapports sur la situation, explique Daniel Côté.

Écoutez
Les membres du Comité sur les aéroports régionaux de l’UMQ en réunion ont souligné que le cadre réglementaire canadien n’avait pas évolué depuis 20 ans et que les tarifs de base des billets d’avion pour les vols internes étaient très élevés par rapport aux États-Unis. © Patrick Lemieux, UMQ

Des vides dans les budgets au niveau fédéral et provincial

L’État doit absolument reconnaître l’importance du transport aérien comme outil ou levier de développement régional pour accompagner les aéroports dans le financement de l’entretien des pistes, des aérogares et autres infrastructures.

Selon les observations de M. Côté, cela permettrait que la facture ne soit plus refilée aux transporteurs et entraînerait automatiquement une baisse des prix des billets pour le transport aérien à l’intérieur du Canada.

Les membres du Comité qui ont répondu favorablement au dépôt, en 2017, d’une politique québécoise sur la mobilité durable qui couvre l’ensemble des modes de transport dont le transport aérien, se sont montrés déçus de noter que les budgets, aussi bien au niveau provincial que fédéral, ne contiennent aucune mesure financière additionnelle pour les aéroports régionaux en ce qui concerne leur développement.

Des demandes précises avaient pourtant été faites aux deux paliers de gouvernements, pourtant, les budgets 2017 n’y ont pas apporté de réponses, relève pour le déplorer Daniel Côté.

Une vaste étude a été lancée pour documenter et évaluer les coûts reliés au maintien et au développement des pistes, des voies de circulation et des aires de stationnement, ainsi qu’à l’acquisition et à la réfection d’équipements de service, de sécurité, d’entretien et d’accueil.

La publication des  résultats de cette étude, en mai prochain, permettra de solliciter une aide des deux paliers gouvernementaux sur une base documentée, avec des informations précises sur l’état des lieux des infrastructures et les coûts qui seront reliés à leur réparation et à leur modernisation.

En attendant, Daniel Côté dépeint une situation de ces infrastructures qui peut être très variable d’une ville à une autre, selon que les aéroports ont des vols réguliers, comme c’est le cas à Rouyn-Noranda, à Gaspé ou à Sept-Îles, les infrastructures sont bien développées et régulièrement entretenues.

Par contre, selon que les aéroports sont plus petits et ne connaissent que rarement des vols avec des investisseurs privés ou une clientèle plus touristique, ou constituée de malades en cas d’évacuation médicale, la situation des infrastructures peut parfois laisser à désirer.

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*