Image de Jorge Vinicio Orantes Sosa tirée d’une vidéo amateur

Image de Jorge Vinicio Orantes Sosa tirée d’une vidéo amateur
Photo Credit: Youtube

Accusé d’avoir participé à un massacre, ce Canadien pourrait perdre sa citoyenneté

Share

Le gouvernement fédéral souhaite retirer la citoyenneté canadienne à un homme accusé d’avoir assassiné il y a plus de trente ans des villageois au Guatemala en utilisant une grenade, un fusil et une massue.

Jorge Vinicio Sosa Orantes, 53 ans, avait préféré taire son rôle dans le massacre commis en 1982 par l’armée guatémaltèque lorsqu’il a obtenu sa citoyenneté canadienne selon des documents remis par le gouvernement à la Cour fédérale.

L’individu âgé de 59 ans purge une peine d’emprisonnement de 10 ans aux États-Unis pour une fraude liée à l’immigration. Il détenait également la citoyenneté américaine jusqu’à ce que celle-ci soit révoquée en 2014.

Aide-mémoire…
– Le Canada peut retirer la citoyenneté à un individu si ce dernier est lié à un crime de guerre.
– Notre pays n’a recouru à cette option que très rarement dans les dernières années.

Les détails du présumé crime de Jorge Vinicio Sosa Orantes

Dans les années 80, une guerre civile s’est intensifiée au Guatemala. La junte militaire avait alors entrepris une campagne de destruction qui avait éliminé 440 villages et tué plus de 75 000 personnes. Elle avait aussi déplacé plus de 250 000 personnes, indique le gouvernement canadien.

Sosa Orantes était un officier des forces spéciales de l’armée guatémaltèque. Il avait dirigé une section vers le village de Las Dos Erres, en décembre 1982, pour y interroger des habitants. Les soldats y ont tué au moins 162 civils, dont 67 enfants. Des cas de viol ont été rapportés. Des enfants ont été plongés dans un puits sec d’une profondeur de 18 mètres.

Il a quitté le Guatemala trois ans plus tard pour se rendre en Californie. Après s’être vu refuser l’asile aux États-Unis, Sosa Orantes a visité le consulat général du Canada à San Francisco pour demander le statut de réfugié au Canada. Après l’avoir obtenu, il est ensuite devenu résident permanent, puis citoyen canadien.

Jorge Vinicio Orantes Sosa
Jorge Vinicio Orantes Sosa en cours aux États-Unis en septembre dernier.

La citoyenneté canadienne lui aurait normalement été refusée

Selon le gouvernement canadien, si Sosa Orantes avait révélé son passé militaire, il n’aurait pas été accepté au pays.

Sosa Orantes a obtenu sa citoyenneté américaine en septembre 2008. Deux ans plus tard, les autorités américaines ont découvert qu’il leur avait caché son passé militaire. Il a été arrêté l’année suivante à Lethbridge, en Alberta, alors qu’il visitait sa famille. Il a été extradé aux États-Unis où il a été jugé.

L’homme a nié avoir été impliqué dans le massacre de Las Dos Erres.

Le gouvernement révoque la citoyenneté aux immigrants à un taux beaucoup plus élevé
Selon une analyse de la CBC, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a utilisé à un rythme accéléré les nouveaux pouvoirs accordés par une loi controversée sur la citoyenneté adoptée par le précédent gouvernement de Stephen Harper.
– Entre novembre 2015 et la fin d’août 2016, le gouvernement a soumis à l’examen 184 demandes de révocation sans audiences juridiques. Dans environ 90 % des cas, cela a donné lieu au retrait de la citoyenneté d’une personne.
– Les chiffres montrent que le gouvernement Trudeau a utilisé la loi de manière beaucoup plus agressive que le gouvernement Harper lui-même.
Lisez la suite…

Le gouvernement libéral dit qu'il vise la fraude. Mais les avocats représentant certains citoyens ciblés pour la révocation de leur citoyenneté disent qu'ils voient des cas qui ne correspondent pas à cette description. Photo Credit: (Sean Kilpatrick/Canadian Press)

Le gouvernement libéral dit qu’il vise la fraude. Mais les avocats représentant certains citoyens ciblés pour la révocation de leur citoyenneté disent qu’ils voient des cas qui ne correspondent pas à cette description.
Photo Credit: (Sean Kilpatrick/Canadian Press)

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Le Canadien Jorge Sosa jugé aux États-Unis – Radio-Canada

Le Canada a extradé Jorge Sosa – Radio-Canada

Accused Guatemalan war criminal to be extradited – CBC

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*