Selon Reporters sans frontières, la liberté de la presse est malmenée dans plusieurs pays du monde, y compris dans les nations démocratiques

Selon Reporters sans frontières, la liberté de la presse est malmenée dans plusieurs pays du monde, y compris dans les nations démocratiques.
Photo Credit: Istock

La liberté de la presse en recul au Canada selon Reporters sans frontières

Share

Si la liberté de la presse au Canada a connu un léger déclin au cours des deux dernières années, la situation est de loin meilleure par rapport à des pays comme la Chine, la Russie, l’Inde et bien d’autres pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Amérique latine. Globalement, dans le monde d’aujourd’hui, la liberté de la presse semble ébranlée et Reporters sans frontières tire la sonnette d’alarme après avoir passé au peigne fin le diagnostic dans 180 pays.

Comprendre le recul du Canada

Le Canada figure au 22e rang sur les 180 pays évalués par Reporters sans frontières en 2016. Ce classement montre une perte de 4 places par rapport à 2015.

Ce recul est attribué à plusieurs facteurs, notamment le projet de loi C-51 qui instaure une surveillance de masse, au nom de la lutte contre le terrorisme, ce qui n’est pas de nature à protéger les professionnels de la communication.

Des journalistes affectés à la couverture de sujets d’enquêtes jugés sensibles, principalement au Québec, ont été pendant des mois espionnés par la police.

Même les lanceurs d’alerte, qui sont censés aider à la collecte des informations et faciliter le travail de communication, n’échappent pas à cette surveillance.

D’autres pays démocratiques font également piètre figure

Le Canada n’est pas la seule nation démocratique qui connaît un déclin de la liberté d’expression. La situation n’est guère reluisante dans d’autres pays. Les États-Unis occupent le 43e rang, soit une perte de 2 places. Le Royaume-Uni se trouve au 40e rang, avec également une baisse de 2 places. Quant à la France, elle s’est classée au 39e rang.

« L’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis et la campagne du Brexit au Royaume-Uni ont offert une caisse de résonance au média bashing et aux fausses nouvelles », déplore RSF.

À côté de ces pays considérés traditionnellement comme vertueux, figurent d’autres nations, à l’instar du Chili qui a perdu 2 places, glissant au 33e rang, ou la Nouvelle-Zélande classée 13e, après avoir perdu 8 places.

Reporters sans frontières estime que la situation de journalistes est préoccupante dans presque tous les pays du Moyen-Orient, d'Asie centrale, d'Amérique latine et deux tiers des pays africains
Reporters sans frontières estime que la situation de journalistes est préoccupante dans presque tous les pays du Moyen-Orient, d’Asie centrale, d’Amérique latine et deux tiers des pays africains © IS/iStockphoto

Liberté de la presse bafouée dans au moins 72 pays

Le rapport de Reporters sans frontières constate que « partout où le modèle de l’homme fort autoritaire triomphe, la liberté de la presse recule ».

Il en est ainsi des États-Unis de Donald Trump, de la Turquie (155e, 4 places de perdues ), où les attaques contre les médias, les fausses informations et autres refus de collaborer avec la presse ont fortement obstrué le travail des journalistes.

Cette situation a fait dire au secrétaire général de Reporters Frontières, Christophe Delore, que « le basculement des démocraties donne le vertige, le président Recep Tayyip Erdogan ayant résolument basculé du côté des régimes autoritaires […] avec la plus grande prison au monde pour les professionnels des médias ».

La situation de la Turquie semble en phase avec celle de la Russie de Vladimir Poutine (148e rang) ou de la Corée du Nord de Kim Jong-un, des pays où la liberté la presse est clouée au sol.

Malgré le fait que l’ONG internationale s’inquiète d’un « risque de grand basculement de la liberté de la presse dans les pays démocratiques importants », l’espoir devrait être de mise en raison de l’état plutôt rassurant de cette liberté dans une cinquantaine de pays d’Amérique du Nord, d’Europe et du Sud de l’Afrique, notamment dans des pays comme la Norvège, la Suède, la Finlande et le Danemark qui sont dans le peloton de tête des pays où cette liberté se porte bien.

RCI avec Radio-Canada et l’Agence France-Presse

À lire aussi:

« Jamais la liberté de la presse n’a été aussi menacée », selon RSF

Share
Catégories : International, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*