Une béluga dans l’eau

Une béluga dans l’eau
Photo Credit: Getty Images |JEFF HAYNES

De nouvelles espèces aquatiques en péril seront protégées au Canada

Neuf nouvelles espèces entreront dans la liste des espèces aquatiques en péril au Canada. Le gouvernement du Canada a annoncé, mercredi, de nouvelles mesures pour les protéger. Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé que ces espèces aquatiques recevraient une protection en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Il s’agit de cinq poissons d’eau douce, de deux mammifères marins, d’une tortue de mer et d’un mollusque.

De plus, la population de béluga de l’estuaire du Saint-Laurent sera classifiée comme étant « en voie de disparition » à la suite d’une réévaluation effectuée ces dernières années par le Comité sur le statut de la faune sauvage menacée au Canada (COSEPAC). La tortue luth est séparée en deux unités de population : la population de l’Atlantique et la population du Pacifique. Les deux resteront classés en danger d’extinction en vertu de la LEP et les activités de protection et de récupération en continu se poursuivront.

La LEP gère les actions visant à prévenir l’extinction des espèces sauvages et à assurer les actions nécessaires pour la récupération des espèces en péril.

Les décisions visant à protéger les espèces en vertu de la LEP sont fondées sur de nombreuses considérations, y compris des évaluations du comité spécial et d’autres avis scientifiques, des consultations approfondies avec les Canadiens, les groupes autochtones et l’industrie et après une évaluation des impacts socio-économiques potentiels sur les communautés.

Toutes les espèces identifiées par le COSEPAC ne sont pas listées sous la LEP. Les espèces aquatiques peuvent également recevoir une protection en vertu de la Loi sur les pêches, de la Loi sur les océans, de la Loi sur les parcs nationaux du Canada, ainsi que d’un certain nombre d’outils législatifs provinciaux, territoriaux et municipaux et d’autres outils non législatifs.

© CBC
Ajouts : 

Espèces reclassifiées:

Baleine béluga (population de l’estuaire du Saint-Laurent)

Espèce divisée en deux unités:

En outre, le thon rouge de l’Atlantique et le sébaste à bouche jaune recevront des protections spécifiques en vertu de la Loi sur les pêches.

La Loi sur les espèces en péril (LEP)
 a été adoptée par le Parlement en 2002 et vise à prévenir la disparition — de la planète ou du Canada seulement — des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l’activité humaine, sont devenues des espèces menacées, en voie de disparition ou disparues du pays, et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu’elles ne deviennent des espèces menacées ou en voie de disparition.

La loi est un outil essentiel pour les travaux visant à protéger les espèces en péril. En assurant la protection, la survie et le rétablissement des espèces sauvages en péril inscrites sur la liste, la LEP joue un rôle primordial dans la préservation de la diversité biologique au Canada. Elle vient aussi compléter d’autres lois et programmes des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada, et appuie les activités des organismes de conservation et des partenaires œuvrant à la protection de la faune et de son habitat au Canada.

Les espèces sauvages jugées en péril au Canada sont évaluées et classées par le COSEPAC, un organisme consultatif scientifique autonome. Le COSEPAC fonde les évaluations des espèces sur les meilleures données scientifiques, connaissances traditionnelles autochtones et connaissances des collectivités disponibles à l’heure actuelle. Les résultats de l’évaluation déclenchent le processus de déclaration du ministre pour la LEP, suivi de la prise de décisions légales du GC quant à l’inscription et à la protection, suivant la recommandation de la ministre de l’Environnement.

La LEP définit comme suit les classifications des espèces sauvages en péril :

  • Espèce disparue du pays — Espèce sauvage qu’on ne retrouve plus à l’état sauvage au Canada, mais qu’on retrouve ailleurs à l’état sauvage;
  • Espèce en voie de disparition — Espèce sauvage qui, de façon imminente, risque de disparaître du pays ou de la planète;
  • Espèce menacée — Espèce sauvage susceptible de devenir une espèce en voie de disparition si rien n’est fait pour contrer les facteurs menaçant de la faire disparaître du pays ou de la planète;
  • Espèce préoccupante — Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou une espèce en voie de disparition par l’effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces signalées à son égard.
Radio Canada International avec Environnement et Changement climatique Canada, la Gazette du Canada et Pêches et Océans Canada
Catégories : Environnement, Internet et technologies
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*