Une des clôtures qui séparent les États-Unis du Mexique. Vue de Los Algodones, du côté mexicain. Sur l’affiche : « Danger. Températures extrêmes ».
Photo Credit: Radio-Canada/Yanik Dumont Baron

Les murs : sécurité, repli sur soi ou leurre politique?

Share

« Les Européens et les Occidentaux ont imaginé que l’on irait vers un monde sans frontières. Or, c’était presque un paravent parce que, oui, le monde était sans frontières pour les Occidentaux, mais si vous veniez du Sud alors là, la frontière périphérique, extérieure de l’Union européenne, devenait de plus en plus dure et devient encore aujourd’hui de plus en plus dure, de plus en plus armée, policée et externalisée parce que, aujourd’hui, les frontières ne sont plus uniquement les lignes frontalières, mais ça va très loin à l’extérieur des pays. Il y a aujourd’hui toute une problématique des camps de détention de migrants aussi loin qu’en Mauritanie. »

Élisabeth Vallet, directrice de l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand

Romulus aurait un jour dit à Remus : « Mon territoire commence ici, personne n’y aura droit d’accès. » Le jumeau a enfreint cette règle, Romulus l’a tué.

L’empereur Hadrien voulait isoler son empire des hordes du Nord de ce qui est aujourd’hui la Grande-Bretagne. Aujourd’hui, tout près de l’endroit où l’Écosse et l’Angleterre se rejoignent, les moutons paissent paisiblement sur le mur d’Hadrien.

(Université d’Ottawa)

De tout temps, on construisait des murs pour se protéger, pour tenir « l’autre », l’étranger, le mauvais à l’extérieur. Les châteaux forts médiévaux s’inscrivaient dans cette logique, tout comme la – on devrait dire « les » grande muraille de Chine.

(lamurailledechine.net)

Il en va de même du mur de Berlin, de la clôture entre la Hongrie et la Serbie, de l’enfermement d’Israël, des murs entourant les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla en territoire marocain.

« Souvent le gouvernement américain et le gouvernement israélien montreront un mur en vantant son efficacité à un endroit précis. Ce qu’on ne montre pas, c’est qu’en fait, les flux seront détournés vers d’autres zones, beaucoup plus dangereuses. Aujourd’hui, on sait qu’entre 2000 et 2016, aux États-Unis, en sol américain, il y a eu plus de cadavres retrouvés dans les déserts à la suite du franchissement de la frontière qu’il n’y a eu de morts cumulés du 11 septembre et de Katrina. On parle de 6000 cadavres retrouvés dans les États frontaliers américains avec le Mexique. »

Les frontières, les murs, ce sont, ultimement, des constats d’échec. Échec de compréhension, échec de rapprochement, victoire du repli sur soi.

Mur de Berlin, mur de la honte (Radio-Canada)

« Les frontières murées se multiplient dans le monde au point de devenir une réponse acceptable. Et c’est là en fait où il y a une évolution importante. C’est dans l’acceptabilité de l’emmurement en quelque sorte. »

Élisabeth Vallet

Et, réchauffement climatique oblige, quand viendront les réfugiés climatiques, quelle sera la nature des murs que nous érigerons?

Au moment de la chute du mur de Berlin, il y a un quart de siècle, on comptait 16 murs défendant des frontières. En 2016, la chercheuse Élisabeth Vallet, de l’Université du Québec à Montréal, en répertoriait 66, construits pour dissuader les migrants, mais aussi pour des raisons sécuritaires.

Élisabeth Vallet, directrice de l’Observatoire de géopolitique de la Chaire Raoul-Dandurand est l’invitée au micro de Raymond Desmarteau.

Écoutez

Murs frontaliers dans le monde (Radio-Canada)

Share
Catégories : Histoire, Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Les murs : sécurité, repli sur soi ou leurre politique?»
  1. Le mur du mexique n’est pas encore construit.