Plusieurs riverains dans le secteur de Percé ont choisi la mer, pour le meilleur. Ils voient maintenant y venir le pire. L’eau monte et les plages et les falaises partent en petits et gros morceaux, au gré des tempêtes et des marées montantes.

Plusieurs riverains dans le secteur de Percé ont choisi la mer, pour le meilleur. Ils voient maintenant y venir le pire. L’eau monte et les plages et les falaises partent en petits et gros morceaux, au gré des tempêtes et des marées montantes.

Photographier le Rocher Percé avant sa disparition sous les vagues

Share

L’une des régions côtières canadiennes les plus menacées est celle de l’est du Québec, tout le long de l’estuaire du grand fleuve Saint-Laurent.

Une tempête en janvier 2016 a laissé une cicatrice au coeur de la ville touristique de Percé. Photo : Radio-Canada/Martin Toulgoat
Une tempête en janvier 2016 a laissé une cicatrice au coeur de la ville touristique de Percé. Photo : Radio-Canada/Martin Toulgoat

C’est dans ce secteur, au bout de la péninsule de Gaspé que se soulève de l’eau le profil troué du fameux Rocher Percé.

La saison touristique est commencée dans la célèbre petite ville de Percé, qui se trouve à proximité. Mais une bonne partie du village est en chantier pour réparer les berges qui s’écroulent sous les assauts répétés de l’érosion.

Le célèbre Rocher Percé n’est pas menacé dans l’immédiat, affirme-t-on, mais il s’agit d’une affaire de temps.

Rocher Percé en Gaspésie (région du Bas-Saint-Laurent) © Istockphoto.com/Paul Tessier

Le rocher de 433 mètres de long et de 88 mètres au point le plus élevé était autrefois rattaché au continent.

Au début du XVI siècle, Jacques Cartier, le premier explorateur français, a remarqué trois arches dans la formation rocheuse.

Au fil des ans, deux de ces arches ont disparu. La dernière s’est écroulée le 17 juin 1845, laissant un seul pilier.

On estime que l’arche actuelle disparaîtra dans environ 400 ans. Mais l’océan sous l’impulsion du réchauffement climatique pourrait avaler tout rond et beaucoup plus tôt que prévu ce géant aux pieds de calcaire.

Écoutez
Des experts de la Chaire de recherche en géoscience côtière de l’UQAR ont calculé le déplacement moyen de la ligne de côte. Ces données indiquent que la Côte-Nord perd, en moyenne, 63 centimètres de terrain chaque année le long de la côte. Cette perte moyenne annuelle est de 30 centimètres en Gaspésie, 73 centimètres aux Îles-de-la-Madeleine et 39 centimètres au Bas-Saint-Laurent. Photo : Radio-Canada
Des experts de la Chaire de recherche en géoscience côtière de l’UQAR ont calculé le déplacement moyen de la ligne de côte. Ces données indiquent que la Côte-Nord perd, en moyenne, 63 centimètres de terrain chaque année le long de la côte. Cette perte moyenne annuelle est de 30 centimètres en Gaspésie, 73 centimètres aux Îles-de-la-Madeleine et 39 centimètres au Bas-Saint-Laurent. Photo : Radio-Canada

Rocher Percé 29 août 2015 – Jean Letarte – 1:51

RCI avec la contribution de Joane Bérubé, Isabelle Levesque, Anne-Marie Dussault et Michel Plourde de Radio-Canada

En complément

Vivre au bord de la mer : combien de temps encore? – Radio-Canada 

Protection et réhabilitation du littoral à Percé – Radio-Canada 

Début de la saison touristique à Percé malgré les travaux – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Environnement

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Photographier le Rocher Percé avant sa disparition sous les vagues»
  1. Si toutes les glaces fondent, même Montréal sera sous l’eau.