Carte des Îles-de-la-Madeleine

Carte des Îles-de-la-Madeleine
Photo Credit: Radio-Canada

Voici pourquoi l’archipel des Îles-de-la-Madeleine doit réduire sa dépendance au pétrole sans passer par l’éolienne

Dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques, les enjeux reliés à l’implantation d’éoliennes dans l’habitat floristique protégé de la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine ont fait l’objet d’une vaste consultation auprès de la population. À l’issue de cette consultation, un rapport met en exergue un double constat : d’abord celui de la majorité sur la nécessité pour l’archipel de s’affranchir de sa dépendance au pétrole, ensuite la critique par d’autres du choix de l’éolienne en remplacement.

Réduire la dépendance au pétrole sans passer par l’éolienne

Alexandre Corcoran-Tardif, conseiller de la communication au BAPE. © Corcoran-Tardif

Au terme du mandat de consultation qui a commencé le 3 mai, le rapport, que vient de publier le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), met l’accent sur l’importance pour l’archipel des Îles-de-la-Madeleine d’envisager des solutions pour réduire sa dépendance du pétrole.

C’est l’avis de la plupart des personnes qui ont été entendues dans le cadre des consultations publiques.

Dans une entrevue avec Alice Chantal Tchandem, le conseiller de la communication au BAPE, Alexandre Corcoran-Tardif, est revenu sur les motifs qui ont poussé les participants à émettre des réserves sur l’implantation des éoliennes dans l’habitat floristique protégé de la Dune-du-Nord aux Îles-de-la-Madeleine, comme solution à la « pétrodépendance » de l’archipel.

Un lieu au caractère insulaire et aux particularités écologiques

Les personnes consultées estiment qu’en raison du caractère insulaire, des particularités écologiques et sociales de l’archipel, il ne représente tout simplement pas un emplacement idéal pour l’implantation d’un parc d’éoliennes.

D’un autre côté, certains participants ont plaidé pour une analyse de différentes solutions pour réduire cette dépendance au pétrole.

Ils soulignent la nécessité d’adopter une démarche scientifique rigoureuse pour le choix des lieux avant de délivrer l’autorisation du projet.

Toutes les idées se rejoignent, en fin de compte, sur la nécessité d’entamer un projet d’énergie renouvelable pour des raisons économiques et écologiques sur l’archipel appelé à opérer son virage écologique.

Écoutez
Randonnée pédestre en équipe, dans le décor enchanteur des Îles-de-la-Madeleine.
Randonnée pédestre en équipe, dans le décor enchanteur des Îles-de-la-Madeleine. © Radio-Canada

Fragilité du système dunaire

La Commission, qui s’est penchée sur diverses propositions, souligne l’importance d’adopter des mesures exceptionnelles, au cas où le projet serait autorisé dans les limites de l’habitat floristique.

Cette recommandation tient compte du fait que les connaissances sur les écosystèmes et sur les espèces qu’ils hébergent sont très limitées.

Ainsi certains participants aux consultations sollicitent l’intervention du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Il devra notamment exiger de la part de la Régie intermunicipale de l’Énergie de Gaspésie-île-de-la-Madeleine et de son partenaire d’affaires dans le cadre de la réalisation du projet qu’ils :

  • procèdent à des inventaires supplémentaires du corème de Conrad à l’échelle locale et régionale, conduits de concert avec les groupes madelinots compétents;
  • prennent des mesures exceptionnelles afin d’éviter et de réduire au maximum les incidences du projet sur l’habitat, les espèces de plantes protégées et l’écosystème dunaire;
  • définissent des bases d’un programme de surveillance et de suivi rigoureux et la prise en compte des résultats de façon à adapter leurs activités aux réalités écologiques du milieu;
  • établissent, avec l’implication des groupes madelinots, les bases d’une stratégie de compensation qui soit à la hauteur du caractère exceptionnel de cet habitat et, de concert avec le milieu universitaire, un programme de recherche sur l’écosystème dunaire;
  • Tiennent une d’une consultation publique, placée sous l’égide d’un organisme crédible et indépendant. Le but étant de faire connaître leur projet une fois qu’ils l’auront mieux défini ainsi que ses incidences et les engagements environnementaux qu’ils auront pris.
    L’érosion fait reculer les berges aux Îles-de-la-Madeleine PHOTO : MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE
    L’érosion fait reculer les berges aux Îles-de-la-Madeleine PHOTO : MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE

    À noter au sujet du projet de parc d’éoliennes

    Après le déversement de mazout dans le port de Cap-aux-Meules, en septembre 2014, Hydro-Québec lance un appel de soumissions  pour la création d’un parc éolien de six mégawatts aux Îles-de-la-Madeleine.

    Selon les autorités locales, ces trois éoliennes contribueront à diminuer la très forte pétrodépendance des Madelinots pour leurs voitures, leurs bateaux et le chauffage de leurs résidences.

    • Population des Îles-de-la-Madeleine : 12 400 personnes
    • Nombre de véhicules : 10 400 (la moitié sont des camions)
    • Nombre de bateaux : 1200

    Le nouveau parc éolien de l’archipel sera installé sur la dune entre Pointe-aux-Loups et Grosse-Île, près de la Cormorandière, là où a été montée la première éolienne au Québec dans les années 1950.

    Une fois en activité, le parc éolien produira 10 % de l’énergie aux Îles, ce qui devrait prolonger la durée de vie de la centrale thermique d’une vingtaine d’années. 

    Tourisme Îles-de-la-Madeleine
    Îles-de-la-Madeleine © Tourisme Îles-de-la-Madeleine

    À lire aussi : 

Catégories : Environnement, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.