Au moins 2458 personnes seraient mortes de surdoses liées aux opioïdes en 2016 au Canada. Cela représente près de sept décès par jour en moyenne. Le Canada est l'un des pays où il se prescrit le plus d'opioïdes dans le monde.

Au moins 2458 personnes seraient mortes de surdoses liées aux opioïdes en 2016 au Canada. Cela représente près de sept décès par jour en moyenne. Le Canada est l'un des pays où il se prescrit le plus d'opioïdes dans le monde.
Photo Credit: Shutterstock

Opioïdes : l’Ontario fonce vers l’état d’urgence et le Québec va suivre

Share

Dans le centre-ville de Toronto, la plus grande ville canadienne, durant une seule semaine ce mois-ci, il y a eu 20 surdoses en 3 jours, dont 4 ont été mortelles. Or, Montréal, selon les responsables de la santé, est la prochaine sur la liste d’un tsunami meurtrier qui se déplace d’ouest en est au pays depuis trois ans.

Montage de victimes de surdoses mortelles causées par le fentanyl. © Radio-Canada
Montage de victimes de surdoses mortelles causées par le fentanyl. © Radio-Canada

Cette crise ne fauche pas seulement les drogués habituels, mais aussi les simples citoyens sans histoire de dépendance qui se sont fait prescrire des opioïdes par leur médecin pour un mal de dos.

Pendant qu’au Québec les responsables de la santé multiplient les mises en garde à la population et aux autorités qui semblent souvent se traîner les pieds, en Ontario, l’épidémie de décès et de surdoses liés aux opioïdes atteindrait maintenant l’état d’urgence.

Marilou Gagnon, professeure agrégée à l’École des sciences infirmières de l’Université d’Ottawa, est l’une des spécialistes de la santé qui juge que le Québec, comparativement à l’Ontario, n’agit pas suffisamment pour contrer la crise.

Écoutez

Les données pour le Québec ne sont pas disponibles pour compléter ce tableau national, car les systèmes pour la collecte de données sont différents au Québec de ceux du reste du Canada.

Médecins, infirmières, universitaire et travailleurs de rue sonnent l’alarme

Plus de 700 médecins, infirmières, travailleurs de rue et universitaires pressent le gouvernement de l’Ontario de déclarer l’état d’urgence.

Dans une lettre publiée lundi, ils affirment que des ressources limitées et le manque de données les empêchent de répondre correctement à une augmentation inquiétante et soutenue des cas de surdoses.

Ils avancent que l’état d’urgence permettrait d’allouer plus de fonds aux travailleurs de rue en première ligne de la crise, à de nouveaux lieux de prévention et à de nouveaux programmes de prévention sur les opioïdes.

La crise des opioïdes promet de s’aggraver tant dans cette province qu’au Québec, tant qu’on n’aura pas enrayé le problème à la source de la surordonnance des opioïdes par les médecins. Un Canadien et un Québécois sur sept se font prescrire des opioïdes chaque année.

Surordonnance égale sur dose

Au Québec, les prescriptions d’opioïdes ont bondi de 29%, entre 2011 et 2015
Au Québec, les prescriptions d’opioïdes ont bondi de 29%, entre 2011 et 2015 (Archives)

Le Canada est l’un des pays où il se prescrit le plus d’opioïdes dans le monde.

Dans les six premiers mois de l’année dernière, 412 Ontariens sont morts d’une surdose d’opioïdes, une hausse de 11 % par rapport à l’année précédente.

Les Ontariens se sont fait prescrire plus de 9 millions d’opioïdes en 2015-2016, ce qui représente une hausse de près de 450 000 ordonnances en trois ans

Au total, presque deux millions d’Ontariens se font prescrire des opioïdes chaque année, ce qui constitue 14 % de la population.

Parmi les opioïdes prescrits, on retrouve l’hydromorphone, par exemple, qui est beaucoup plus fort que ceux prescrits plus fréquemment par le passé, comme la codéine.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Michel Désautels, Marie-Lou St-Onge, Claude Bernatchez et Myriam Fimbry de Radio-Canada

En complément

L’AMC affine sa stratégie de croisade contre la crise des opioïdes au Canada – RCI 

S. O. S. des 13 plus grandes villes canadiennes dans la crise des opioïdes – RCI 

L’AMC et les opioïdes – Association médicale canadienne 

Share
Catégories : Santé
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*