Une baleine noire se nourrit près de la surface au large de Cape Cod, dans le Massachussetts.

Une baleine noire se nourrit près de la surface au large de Cape Cod, dans le Massachussetts.
Photo Credit: Photo: Center for Coastal Studies via Associated Press

Les États-Unis se joignent au Canada dans son enquête sur le pic de mortalité chez les baleines noires

Préoccupé par un nombre suspect de mortalité chez les baleines franches de l’Atlantique Nord, au large du Canada et des États-Unis, Washington a ouvert une enquête sur cette espèce déjà sérieusement menacée. Le gouvernement américain se joint ainsi au Canada, qui mène déjà sa propre enquête.

Également appelés baleines noires ou baleines de Biscaye, ces gigantesques mammifères figurent parmi les espèces de cétacés les plus menacées de disparition. Or, 13 spécimens ont été retrouvés morts cette année dans les eaux canado-américaines sur une population de seulement quelque 450 à 500, d’après les experts de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

En temps normal, seules 3,8 baleines franches en moyenne sont retrouvées mortes dans les eaux américaines et canadiennes chaque année.

Les chercheurs qui ont pratiqué des autopsies sur trois baleines noires mortes dans le golfe du Saint-Laurent ont dû retirer l’épaisse couche de graisse des mammifères marins avec une pelle mécanique. Photo : Courtoisie, Marine Animal Response Society
Des chercheurs pratiquent des autopsies sur des baleines noires mortes dans le golfe du Saint-Laurent cet été. © Marine Animal Response Society

Des décès qui représentent un danger de survie pour l’espèce

Le nombre de spécimens retrouvés morts est important, a souligné David Gouveia, le chef du programme de surveillance des espèces protégées pour la branche atlantique de la NOAA, appelant à une réaction urgente.

« La récupération de la [population des] baleines franches est fragile et c’est l’un des défis les plus difficiles dans la protection des animaux », a-t-il dit à des journalistes lors d’une conférence téléphonique.

« Tout facteur influant sur leur capacité à survivre est important », a-t-il répété.

Les baleines sont le plus probablement mortes en se retrouvant coincées dans des filets de pêche ou heurtées par des navires, mais les experts attendent le résultat des nécropsies, dans les prochaines semaines, pour déterminer avec certitude les causes et proposer des solutions.

La NOAA a donc déclaré une situation de « mortalité inhabituelle » (UME), ce qui permet de déclencher une enquête et de débloquer des fonds pour les investigations.

Aide-mémoire…
L’enquête canado-américaine se penche spécifiquement sur une série de cadavres de baleines détectés à partir du 7 juin 2017, avec un premier spécimen retrouvé à l’ouest de l’île du Prince-Édouard, dans le golfe du Saint-Laurent.
Au total, 10 baleines mortes ont été repérées dans les eaux du Canada et 2 dans les eaux américaines depuis cette date. Un baleineau mort avait été retrouvé en avril dans la baie américaine de Cape Cod.
Face à cette sinistre série, le gouvernement canadien a assuré début août vouloir apporter « toutes les ressources nécessaires » pour protéger les baleines noires.
Depuis, les navires empruntant le golfe du Saint-Laurent ont été contraints de réduire de moitié leur vitesse.

La carcasse de la baleine noire autopsiée à l’Île-du-Prince-Édouard jeudi, vue des airs. Photo : Marine Animal Response Society
Une carcasse de baleine noire autopsiée à l’Île-du-Prince-Édouard jeudi, vue des airs. © Marine Animal Response Society

Une autre baleine noire empêtrée a été aperçue au large de la Gaspésie

Une baleine noire empêtrée dans un lourd cordage. © International Fund for Animal Welfare

Une baleine noire empêtrée dans «des engins de pêche» a été aperçue au large de la Gaspésie, a affirmé Pêches et Océans Canada, mardi.

Le ministère Pêches et Océans Canada a indiqué par courriel qu’un aéronef de la Garde côtière avait survolé la zone et que le ministère «évalue et surveille la situation avec la plus grande attention». Le ministère a parlé d’une «situation extrêmement difficile et préoccupante».

Robert Michaud, coordonnateur du Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins, a indiqué qu’il s’agirait de la quatrième baleine noire à se prendre dans un gréement de pêche cet été — deux ayant été libérées par le bénévole du Nouveau-Brunswick, et une dont on a perdu la trace.

M. Michaud a expliqué que la baleine empêtrée avait d’abord été repérée lundi en fin d’après-midi par des agents de Pêches et Océans Canada, et qu’elle n’avait pas été revue depuis ce temps.

«Les animaux peuvent survivre parfois assez longtemps à des empêtrements. Ils peuvent se libérer par eux-mêmes. Pour l’instant, on ne compte pas (la baleine) dans l’hécatombe, mais c’est un incident important», a dit le coordonnateur en entrevue téléphonique.

Le saviez-vous?
- Le gouvernement fédéral a ordonné au début du mois aux navires de 20 mètres ou plus de ralentir leur vitesse dans le golfe du Saint-Laurent pour protéger les baleines noires qui sont exceptionnellement nombreuses dans le secteur cette année.
- Le ministre des Pêches, Dominic LeBlanc, citait des experts plus tôt ce mois-ci estimant qu’une centaine de baleines noires se trouvent actuellement dans le golfe du Saint-Laurent, ce «qui est probablement 10 fois supérieur à ce qui a été vu au cours des dernières années».

Découvrez :
Vous aimez les baleines? Lisez nos nombreux reportages sur ces mammifères marins 

Photo: Elaine Thompson/AP

Photo: Elaine Thompson/AP

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Fin de la pêche dans le golfe Saint-Laurent pour la vie des baleines? – RCI 

Deux des six baleines noires seraient mortes d’un traumatisme violent – RCI 

Les parcs d’attractions SeaWorld mettent fin à leur élevage controversé de baleines – RCI 

Catégories : Environnement, International
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Les États-Unis se joignent au Canada dans son enquête sur le pic de mortalité chez les baleines noires»
  1. La pêche au filet devrait être interdite.