Université McGill

Université McGill
Photo Credit: Ville de Montréal

Montréal, lieu du premier centre de recherche sur le cerveau au monde consacré à la science ouverte

Share

Un centre de recherche de Montréal reconnu partout dans le monde mène une expérience sur ce qui pourrait être son sujet le plus ambitieux : lui-même.

Depuis 2016, l’Université McGill a transformé son Institut et hôpital neurologiques de Montréal en ce qui se vante d’être maintenant le tout premier centre de recherche au monde consacré à la science ouverte.

En collaboration avec la communauté scientifique locale spécialisée en intelligence artificielle, le Neuro vient aider à faire de Montréal un leader mondial dans le mouvement de démocratisation de la recherche scientifique.

« Dire que nous sommes les premiers, c’est plutôt ambitieux, mais selon les informations que nous avons, nous sommes les premiers », a dit en entrevue le directeur du Neuro, Guy Rouleau.

Aide-mémoire…
Qu’est-ce que la science ouverte?
La science ouverte est généralement comprise comme un mouvement qui vise à rendre la recherche scientifique et les données disponibles et accessibles aux chercheurs partout à travers le monde.
Présentement, la plupart des recherches sont publiées dans des revues scientifiques privées, qui demandent des frais importants pour l’accès au contenu. Ces frais coûtent des dizaines de millions de dollars aux universités chaque année.

© McGill

Les aspirations du Neuro pour la science ouverte sont triples

On construit présentement ce qu’on souhaite voir devenir la plus grande bibliothèque mondiale de données cliniques, démographiques, génétiques, cellulaires et sur l’imagerie du cerveau, ainsi que d’échantillons biologiques de patients atteints de troubles neurologiques.

Le Neuro s’apprête aussi à créer ce qu’il appelle une plateforme ouverte sur la découverte de médicaments, qui va procéder à des essais sur les cellules nerveuses de patients malades afin de tenter d’expliquer comment les maladies neurologiques se développent et comment les guérir.

Troisièmement, le centre veut bâtir un système informatique qui permettra de partager ces données de recherches à grande échelle.

Les trois points du projet ont pour but d’être ouverts et accessibles aux chercheurs partout sur la planète.

Trois pas en avant mais un pas de côté

Le chercheur Yoshua Bengio est un spécialiste de l’intelligence artificielle qui a été invité à la conférence de Bilderberg en 2016.
Le chercheur Yoshua Bengio est un spécialiste de l’intelligence artificielle qui a été invité à la conférence de Bilderberg en 2016. © Radio-Canada

Toutefois, le Neuro continue de permettre à ses chercheurs de publier dans les onéreuses — et exclusives — revues privées, une pratique qui reflète une partie de la culture universitaire réfractaire au changement.

Les universitaires sont encore largement évalués en fonction du volume de leurs publications et les revues dans lesquelles se retrouvent leurs recherches. Leurs salaires et leurs budgets, toutefois, sont souvent payés par des fonds publics ou des fondations, alors qu’on attend d’eux qu’ils travaillent bénévolement à la révision d’articles dans les revues privées.

Les papiers issus de leurs recherches sont ensuite revendus aux universités et le profit est empoché par les éditeurs.

« Les scientifiques vont continuer de vouloir être publiés dans les revues prestigieuses même s’ils savent que c’est mauvais pour la communauté, parce qu’ils croient que c’est bon pour leur réputation », a commenté Yoshua Bengio, l’un des chercheurs les plus connus en intelligence artificielle au pays.

M. Bengio, qui préside la chaire de recherche du Canada en algorithmes d’apprentissage statistique, est en croisade personnelle contre les publications commerciales de recherches scientifiques et les dénonce publiquement.

Le Neuro a obtenu 45 millions de dollars pour la mission qu’il s’est donnée en trois volets, et M. Rouleau a affirmé que l’établissement aurait besoin de 45 millions additionnels au cours des sept prochaines années.

Découvrez :
Le cerveau de l’intelligence artificielle pourrait naître à Montréal

Montréal est devenue progressivement un lieu de convergence depuis 10 ans des travaux en matière d’intelligence artificielle grâce à une grappe de chercheurs de réputation internationale sur la piste d’approches prometteuses.

Montréal est devenue progressivement un lieu de convergence depuis 10 ans des travaux en matière d’intelligence artificielle grâce à une grappe de chercheurs de réputation internationale sur la piste d’approches prometteuses.

En complément

La peur de Trump fait le bonheur des universités canadiennes – RCI

Les universités les plus internationales du Canada – RCI

Nos universités canadiennes glissent un peu au classement mondial – RCI

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Internet et technologies, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*