Le suspect de l’attaque terroriste est un ressortissant somalien considéré comme étant un réfugié par la Commission de l’immigration.

Le suspect de l’attaque terroriste est un ressortissant somalien considéré comme étant un réfugié par la Commission de l’immigration.
Photo Credit: Reuters

Attentat terroriste au camion à Edmonton : le suspect est un réfugié somalien

Share

Des accusations en lien avec le terrorisme seront déposées contre le suspect arrêté à la suite de deux attaques ayant blessé cinq personnes, dont un policier, à Edmonton dans l’ouest du Canada.

Le chef de la police d'Edmonton Rod Knecht Photo : Radio-Canada

Le chef de la police d’Edmonton Rod Knecht Photo : Radio-Canada

Le chef de la police d’Edmonton, Rod Knecht, indique que cinq accusations de tentative de meurtre seront vraisemblablement déposées contre le suspect, Abdulahi Hasan Sharif.

L’attaque a commencé à l’extérieur du stade du Commonwealth situé non loin du centre-ville de la capitale de l’Alberta. Une auto a foncé sur une barricade policière.

Un individu en est sorti et a attaqué au couteau un des policiers en devoir. L’individu a alors pris la fuite.

CBC

CBC

Quelques heures plus tard, un camion cube de la compagnie de location U-Haul a été intercepté par les policiers qui ont demandé au conducteur de s’identifier. Les agents ont alors remarqué des ressemblances avec le propriétaire de l’auto.

Confronté, le conducteur a redémarré son camion et accéléré en direction du centre-ville. Cela a déclenché une poursuite policière. Le conducteur du camion aurait alors intentionnellement happé quatre piétons et son véhicule aurait ensuite effectué des tonneaux et s’est renversé.

Les policiers ont alors sorti le suspect du camion par le pare-brise qui avait été fracassé. Il a été menotté et arrêté.

Le suspect est un réfugié de la Somalie

Un porte-parole du ministère fédéral de la Sécurité publique précise que l’individu est considéré comme un réfugié par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié.

Le commissaire adjoint de la GRC, Marlin Degrand, révèle qu’Abdulahi Hasan Sharif figurait sur le radar des autorités depuis 2015 après qu’une plainte eut été déposée selon laquelle l’individu se serait radicalisé.

En l’absence de preuves, l’enquête n’avait pas abouti. À l’époque, le suspect n’était pas considéré comme dangereux pour la sécurité du Canada.

Selon la GRC, l’enquête de 2015 a été exhaustive et le suspect n’a depuis fait l’objet d’aucune interaction avec la police.

Un policier enquête à l'endroit où une voiture a foncé dans une barricade policière près du stade du Commonwealth à Edmonton. Photo : Radio-Canada

Un policier enquête à l’endroit où une voiture a foncé dans une barricade policière près du stade du Commonwealth à Edmonton. Photo : Radio-Canada

Un loup solitaire?

« Selon ce qu’on sait, il s’agit d’un loup solitaire, a déclaré le maire d’Edmonton, Don Iverson, en lançant un appel au calme. Il est important que nous ne succombions pas à la haine, que nous ne cédions pas à l’intimidation et à la violence. On doit réagir avec l’amour de l’ensemble de la collectivité. Nous ne serons pas divisés. »

Selon l’expert en terrorisme Michel Juneau-Katsuya, le Canada ne risque pas de vivre des attaques aussi nombreuses et aussi fréquentes que l’Europe, notamment en raison d’un plus faible nombre de djihadistes potentiels et d’une situation sociopolitique très différente.

Dans un entretien avec La Presse canadienne, il a rappelé que les autorités canadiennes s’étaient préparées à ce risque, mais que ce type d’attentat était difficile à prévenir. Selon lui, même si l’EI s’affaiblit au Proche-Orient, le Canada devra rester vigilant encore plusieurs années.

Les policiers enquêtent sur la scène de l'attentat à Edmonton. Photo : Radio-Canada

Les policiers enquêtent sur la scène de l’attentat à Edmonton. Photo : Radio-Canada

Des blessés, mais heureusement aucun mort

Le policier blessé, l’agent Mike Chernyk, a obtenu son congé de l’hôpital. Il a été coupé à la tête et au visage. Il a aussi des éraflures au bras.

Deux des piétons fauchés ont aussi obtenu leur congé dimanche après-midi. Un des deux autres blessés souffre d’une fracture du crâne et son état était considéré comme critique avant de devenir stable.

L'agent de police Mike Chernyk a été renversé et poignardé lors d'une attaque considérée comme un acte terroriste. Photo : Police d'Edmonton

L’agent de police Mike Chernyk a été renversé et poignardé lors d’une attaque considérée comme un acte terroriste. Photo : Police d’Edmonton

Réaction du gouvernement canadien

Dans une déclaration écrite, le premier ministre Justin Trudeau souligne que « le gouvernement du Canada et les Canadiens sont solidaires des gens d’Edmonton ».

Se disant « extrêmement préoccupé » par les événements, il affirme que ses « pensées accompagnent les blessés, leur famille et leurs amis, ainsi que toutes les personnes touchées par cet acte de violence insensé ». Le premier ministre remercie les forces de l’ordre en rappelant le travail dangereux qu’exercent les gardiens de la paix.

« Cet attentat nous rappelle durement les sacrifices auxquels ils consentent pour le bien de la population », a-t-il noté.

« Nous ne pouvons pas laisser, et nous ne laisserons pas, l’extrémisme violent prendre racine dans nos communautés. Nous savons que le Canada tire sa force de notre diversité, et nous ne nous laisserons pas intimider par ceux qui cherchent à nous diviser ou à promouvoir la peur », a poursuivi M. Trudeau.

Des centaines de personnes se sont rassemblés lors d'une soirée de solidarité sur la place Churchill d'Edmonton dimanche après deux attentats terroristes samedi soir dans la ville. (Andrea Ross / CBC)

Des centaines de personnes se sont rassemblées lors d’une soirée de solidarité sur la place Churchill d’Edmonton dimanche après deux attentats terroristes samedi soir dans la ville. (Andrea Ross / CBC)

RCI avec La Presse canadienne, Radio-Canada et CBC

En complément

Attentat à Edmonton : le suspect pourrait être accusé de terrorisme – Radio-Canada 

Attaque terroriste : Edmonton défie la haine – Radio-Canada 

Les loups solitaires sont-ils une nouvelle forme de terrorisme contemporain ? – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*