Le nouveau chef néo-démocrate Jagmeet Singh parle couramment l’anglais, le français et le punjabi. Le député provincial de l’Ontario est également un spécialiste des arts martiaux. Cet avocat de la défense dans les causes criminelles a grandi à Terre-Neuve-et-Labrador et en Ontario. (Chris Young / Presse canadienne)

Le nouveau chef néo-démocrate Jagmeet Singh parle couramment l’anglais, le français et le punjabi. Le député provincial de l’Ontario est également un spécialiste des arts martiaux. Cet avocat de la défense dans les causes criminelles a grandi à Terre-Neuve-et-Labrador et en Ontario. (Chris Young / Presse canadienne)

Jagmeet Singh, nouveau chef de la gauche canadienne. Nouvel allié des Québécois?

Share

Près de 54 % des membres qui ont voté l’ont choisi comme chef du Nouveau Parti démocratique (NPD). Il ne lui reste que deux ans pour tenter de convaincre les Canadiens et les Québécois qu’il peut être le prochain premier ministre du pays.

Sa candidature ne faisait pas l’unanimité au sein des députés fédéraux de son propre parti au Québec. M. Singh, qui est de religion sikhe, porte le turban et le kirpan (un couteau cérémonial).

Le député Pierre Nantel a notamment affirmé il y a quelques semaines que ces signes religieux étaient incompatibles avec ce que les Québécois désiraient voir chez leurs politiciens.

Jagmeet Singh est prêt à discuter avec M. Nantel même s’il est en désaccord avec sa vision des choses. Et il sera prêt aussi à répondre aux Québécois. « Je vais souligner que je suis comme tous les néo-démocrates, je suis quelqu’un qui croit qu’on doit avoir une séparation entre l’Église et l’État, a-t-il affirmé. C’est quelque chose de très important pour moi. »

Convaincre les électeurs

Il a beau avoir surmonté un obstacle en devenant le premier chef de couleur d’un des principaux partis fédéraux, M. Singh demeure modeste face à la victoire.

« Je suis ici en ce moment à cause de beaucoup de gens qui ont brisé des obstacles dans leur vie, comme Rosemary Brown qui était la première Canadienne d’origine africaine à devenir membre d’une assemblée provinciale et Jenny Kwan, l’une des députées qui m’appuyait, qui était l’une des premières Canadiennes d’origine asiatique à être élue », a-t-il signalé.

« J’espère que ma position va maintenant être une inspiration pour les autres comme d’autres m’ont inspiré », a-t-il continué.

Jagmeet Singh (La Presse canadienne/Chris Young)

Jagmeet Singh (La Presse canadienne/Chris Young)

Des valeurs communes

Changements climatiques, logement abordable et précarité des emplois sont les enjeux que Jagmeet Singh compte mettre de l’avant pour se faire connaître des Québécois et les convaincre de retourner vers le NPD.

« Je vais envoyer le message que je suis quelqu’un qui partage les mêmes valeurs progressistes et que je suis quelqu’un qui peut être un allié pour s’attaquer à ces enjeux. »

« Je pense qu’on a choisi un chef qui est charismatique, qui a une très grande facilité à connecter [avec les gens]. Et il va avoir du travail pour se faire connaître de l’ensemble des Québécois comme de l’ensemble des Canadiens », a souligné le député Guy Caron, son rival durant la course.

Se faire connaître des Québécois et des Canadiens

Jagmeet Singh est un nouveau venu sur la scène fédérale. Il n’a pas de siège à la Chambre des communes. Avant de se lancer dans la course, son nom n’était pas connu en dehors de la région de Toronto.

Peu connu à l’extérieur de l’Ontario, il entend donc maintenant sillonner le pays pour aller à la rencontre des Canadiens.

M. Singh démissionnera bientôt de son siège de député à la législature ontarienne. Il n’a pas l’intention de se précipiter pour remporter un siège sur la scène fédérale, mais ne ferme pas la porte à se présenter lors d’une élection partielle si la bonne occasion se présente.

Le saviez-vous?
À 38 ans, M. Singh est plus jeune que le premier ministre Justin Trudeau – qui a 45 ans – et il a le même âge que le chef conservateur Andrew Scheer.
Pour lui, sa victoire à la direction du NPD marque le début de la prochaine campagne électorale fédérale, même si le scrutin n’aura lieu qu’en 2019.

Jagmeet Singh (La Presse canadienne/Chris Young)

Jagmeet Singh (La Presse canadienne/Chris Young)

Sur le référendum en Catalogne

« Pour moi, ce que le gouvernement en Espagne fait est complètement inacceptable », a-t-il répondu à une question sur la fermeture forcée de bureau de vote par les autorités espagnoles lors du référendum en Catalogne dimanche.

« Je n’ai pas de mots pour dire à quel point je suis fâché que le gouvernement espagnol ait fait ça parce que tous les gens dans le monde ont le droit de décider de leur avenir. »

Il estime que le premier ministre Justin Trudeau, qui est demeuré silencieux sur cette question toute la journée, aurait dû réagir. « C’était sa responsabilité de dire quelque chose parce que [l’autodétermination] est vraiment un droit très important. »

Découvrez:
Turban et kirpan décriés par la chef du Bloc québécois qui y voit « la montée de la gauche religieuse »
Celle qui dirige la petite formation politique indépendantiste québécoise au parlement canadien, Martine Ouellet, s’attaque à la candidature de Jagmeet Singh, un sikh pratiquant, à la tête du Nouveau Parti démocratique.

Les symboles religieux de Jagmeet Sinch suscitent un malaise chez des militants du Bloc québécois. La Presse Canadienne . Photo Credit: PC / DARRYL DYCK

Les symboles religieux de Jagmeet Sinch suscitent un malaise chez des militants du Bloc québécois. La Presse canadienne. Photo Credit: PC / DARRYL DYCK

RCI avec La Presse canadienne, Radio-Canada et CBC

En complément

Les 4 défis de Jagmeet Singh – Radio-Canada 

Le NPD sur le point de se doter d’un nouveau chef – Radio-Canada 

How Jagmeet Singh won the NDP leadership – CBC 

Share
Catégories : Politique, Religion, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*