Will James, de son vrai nom Ernest Dufault. Le roman «Bénédiction » paru chez Marchand de feuilles relate une année dans la vie d’Ernest Dufault
Photo Credit: http://www.willjames.org/

Bénédiction : une année dans la vie d’Ernest Dufault, alias Will James  

Share

Will James était fasciné par l’Ouest américain. Les grandes plaines, les couchers de soleil à couper le souffle, la liberté, totale, entière, tout cela l’appelait.

En 1907, on le trouve en Saskatchewan où il travaille comme cow-boy. En 1911, le bouillant Will se trouve mêlé à une bagarre à Calgary, en Alberta voisine. Il s’enfuit aux États-Unis ou, comme on le dit ici, il « passe les lignes ». Il travaille encore comme cow-boy au Montana puis, beaucoup plus au sud, au Nouveau-Mexique.

Arrêté pour vol de bétail au Nevada, Will James passe 15 mois comme prisonnier au pénitencier de Carson City.

Une vie plus « légale »

Ayant retrouvé sa liberté et possédant un sens inné du dessin, du spectacle et du sens narratif, il devient cascadeur au cinéma à Hollywood, sert dans l’armée américaine et publie une vingtaine de romans western.

En 1927 paraît son plus grand succès littéraire Smoky qui lui vaut la médaille Newberry pour le livre jeunesse de cette année-là, livre qui sera porté au grand écran en 1933.

Il écrit son autobiographie romancée, Lone Cowboy en 1930 (portée à l’écran en 1934). Il publie son dernier livre, The American Cowboy en 1942. En tout, il a écrit et illustré 24 livres.

Une histoire entièrement fabriquée

Ce qui est vrai de l’histoire de Will James, ce sont les dessins, la vie de cow-boy et les romans publiés. Le reste est tout faux.

Will James, de son vrai nom Ernest Dufault

Ernest Dufault quitte le Québec et sa famille à l’âge de 15 ans, en 1907, pour poursuivre son rêve irrésistible de vivre dans l’Ouest.

Ses secrets lui pesant de plus en plus lourd avec la notoriété et la pression à écrire sans relâche le pousseront à sombrer lentement, mais sûrement, dans l’alcool. Will James décède des complications d’une cirrhose à l’âge de 50 ans. Son ex-femme ne connaîtra sa véritable identité que dans les semaines qui suivront son décès, en apprenant qu’il a tout légué par testament à un homme dont elle n’avait jamais entendu parler, un certain Ernest Dufault.

 

Bénédiction, une année dans la vie d’Ernest Dufault

« Plus on creuse, plus on voit ce personnage légendaire et il ne faut pas s’arrêter seulement au cow-boy chez lui. C’est vraiment aussi toute cette imposture, ce rêve de liberté… en 1907, au Québec, s’exiler, partir seul, à l’aventure, il y a quand même quelque chose de fascinant et de très fort là-dedans et c’est très attirant. »

Olivier Dufault, auteur de Bénédiction, publié par Marchand de feuilles

Olivier Dufault (Isabelle Lafontaine)

Bénédiction raconte un peu plus d’une année dans la vie de Will James, de la toute fin de 1914, où il est arrêté pour vol de bétail en Utah, à la première moitié de l’année 1916, où il est libéré sur parole de la prison fédérale de Carson City.

Les documents présentés à même le texte – les lettres de Dufault à ses parents, les télégrammes de la traque de Will James, les documents reliés à sa libération conditionnelle, etc. – sont authentiques.

L’enfance d’Olivier Dufault a été nimbée de ces histoires de Will James/Ernest Dufault. Le jeune descendant qui n’a pas encore 50 ans et auteur de Bénédiction est l’invité au micro de Raymond Desmarteau.

Écoutez

Un peu plus :

Alias Will James, film de Jacques Godbout à l’Office national du film

ÉCOUTEZ: Chanson « Will James » (paroles et musique de Nelson Minville) interprétée par Luce Dufault, petite-nièce d’Ernest Dufault

Share
Catégories : Histoire, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*