Une femme est réconfortée lors d’un rassemblement des victimes de la rafle des années 1960 avant une excuse provinciale, au Manitoba, en juin 2015. Photo : La Presse canadienne/John Woods

Une femme est réconfortée lors d’un rassemblement des victimes de la rafle des années 1960 avant une excuse provinciale, au Manitoba, en juin 2015. Photo : La Presse canadienne/John Woods

Injustice des années 60 : Ottawa donne 800 millions aux victimes autochtones

Le gouvernement canadien révèle qu’il verserait plusieurs centaines de millions de dollars aux Autochtones victimes de la « rafle des années 1960 ». L’entente inclurait les victimes inuits.

L’entente, qui concernerait en tout environ 20 000 victimes, prévoit un paiement allant de 25 000 $ à 50 000 $ pour chaque plaignant.

Les détails doivent être confirmés vendredi par la ministre canadienne des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett.

Au terme d’une longue démarche en justice

L’entente vise à régler 18 poursuites intentées au sujet des torts causés aux enfants autochtones qui avaient été confiés à des familles non autochtones dans les années 1960.

La cause la plus connue est l’action collective intentée par Marcia Brown Martel en Ontario, où la justice avait reconnu l’importance de l’héritage culturel d’une personne et des séquelles durables de sa perte.

Des sources au fait du dossier ont aussi indiqué que le gouvernement mettrait de côté 50 millions de plus pour créer une fondation dédiée au processus de guérison des Autochtones, une demande clé de Mme Brown Martel.

La chef de la Première Nation Beaverhouse, Marcia Brown Martel - Radio-Canada

La chef de la Première Nation Beaverhouse, Marcia Brown Martel – Radio-Canada

Les frais juridiques des plaignants seront remboursés

Des sources mentionnent que le gouvernement a aussi accepté de s’acquitter des frais juridiques des plaignants – évalués à environ 75 millions – séparément.

Le montant final de l’entente serait moindre que le 1,3 milliard que réclamait Mme Brown Martel pour les victimes de la « rafle » en Ontario, dans laquelle des enfants vivant dans des réserves ont été confiés à des familles non autochtones de 1965 à 1984 en vertu d’un accord fédéral-provincial.

Une source a affirmé que certains aspects des multiples poursuites pourraient ne pas être résolus par l’entente, mais a qualifié l’annonce prévue vendredi de « pas significatif » vers la résolution de l’enjeu de la « rafle des années 1960 », qui s’inscrit dans la promesse du gouvernement libéral de Justin Trudeau de faire de la réconciliation avec les Autochtones une priorité.

Dans l’actualité…
Après 60 ans de lutte, la tuberculose est toujours 50 fois plus présente chez nos Inuits
Les politiques de déportation des Inuits du nord vers le sud dans les années 1950 et 1960 pourraient expliquer les taux de transmission de la tuberculose beaucoup plus élevés au sein de ces populations encore aujourd’hui.

Enfant inuit Photo Credit: GABRIEL BOUYS/Getty Images

Enfant inuit
Photo Credit : GABRIEL BOUYS/Getty Images

RCI avec La Presse canadienne

En complément

Ottawa fera la lumière sur le lieu où reposent des milliers d’Inuits morts de tuberculose – RCI 

20 000 enfants amérindiens, inuits et métis retirés de leurs familles – RCI 

Les Inuits vivent 10 ans de moins que les autres Canadiens – RCI

Catégories : Autochtones, Histoire, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.