Tous les types de cigarettes sont progressivement interdites dans plusieurs lieux publics au Canada.

Tous les types de cigarettes sont progressivement interdites dans plusieurs lieux publics au Canada
Photo Credit: Istock

Vaste étude canadienne : vapoter double le risque des adolescents de passer au tabac

Share

L’utilisation de la cigarette électronique par les adolescents est liée au tabagisme ultérieur, selon une étude de l’Université de Waterloo en Ontario qui est publiée ce lundi dans le Journal de l’Association médicale canadienne.

Le professeur David Hammond, assis à son bureau avec les paquets de cigarettes
Le professeur David Hammond, assis à son bureau avec les paquets de cigarettes © Université de Waterloo

Cette enquête, réalisée sur plus de 44 000 élèves de la 9e à la 12e année en Ontario et en Alberta, révèle que les adolescents qui utilisent des cigarettes électroniques sont « beaucoup plus à risque de commencer à fumer un an plus tard », explique David Hammond, chercheur principal à l’École de santé publique de l’Université de Waterloo. « Ils sont plus susceptibles d’essayer de fumer et ils sont plus susceptibles de devenir des fumeurs quotidiens. »

« Nous avons eu quelque chose comme 2 millions de jeunes Canadiens qui essayent des cigarettes électroniques. Et nous serions stupides si nous n’étions pas préoccupés par les enfants qui essayent des produits à base de nicotine à un âge plus précoce [que celui où ils] tentent habituellement de fumer », explique David Hammond.

Les scientifiques ont découvert que ces adolescents sont aussi plus enclins à essayer l’alcool et la marijuana.

« Les jeunes peuvent essayer les cigarettes électroniques avant de fumer, parce qu’elles sont plus faciles d’accès », déclare David Hammond, notant que le tabac au Canada ne peut pas être vendu à des mineurs.

Aide-mémoire…
La cigarette électronique, pas inoffensive
– Une étude clinique de l’Université Laval dans la ville de Québec effectuée en 2015 sur des animaux suggère que le vapotage pourrait empirer la condition de personnes atteintes de maladies pulmonaires comme l’asthme ou d’infections comme la grippe.
– Selon l’étude, le vapotage augmenterait l’inflammation, notamment chez un sujet qui continue de fumer.
– Toutefois, selon cette même étude, la cigarette électronique sans nicotine chez les personnes en bonne condition qui ne fument pas n’aurait pratiquement pas d’impact négatif, du moins à court et à moyen terme.

Les jeunes Québécois vapotent presque deux fois plus que leurs cousins canadiens

C’est au Québec que le pourcentage de jeunes consommant de la cigarette électronique est le plus élevé du pays, selon les plus récentes données obtenues par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Ces données révèlent que 27 % des élèves québécois du secondaire, soit 110 500 élèves, ont vapoté au moins une fois. Dans le reste du Canada, ce pourcentage est très nettement inférieur à 15 % en moyenne.

Toutefois, le pourcentage d’élèves québécois qui ont déjà tâté de la cigarette électronique a chuté, car il était de 34 % durant la période 2013-2014. On note une perte d’intérêt chez les élèves de la première année du secondaire (de 22 % à 11 %).

Daniel Morrissette (gauche), co-propriétaire de la boutique VapLogik, accompagné d’Émile Proulx-Morrissette (droite), son fils et employé.
Daniel Morrissette (gauche), co-propriétaire de la boutique VapLogik au Québec, accompagné d’Émile Proulx-Morrissette (droite), son fils et employé. © ICI Radio-Canada/Sébastien Desrosiers

Grande accessibilité des cigarettes électroniques avec nicotine au Canada

Bien que le Canada n’ait pas approuvé la vente de cigarettes électroniques contenant de la nicotine dans les points de vente conventionnels comme les supermarchés, ces produits sont largement offerts en ligne et dans les magasins de vape. On estime en fait que la moitié de toutes les cigarettes électroniques consommées au Canada contiennent de la nicotine.

Cependant, cela devrait bientôt changer. Le projet de loi S-5, créant un nouveau règlement régissant les cigarettes électroniques, a été approuvé par le Sénat en juin et est actuellement à l’étude devant la Chambre des communes.

Parmi ses dispositions, le projet de loi S-5 interdirait la vente de produits de vapotage aux mineurs et interdirait la promotion de cigarettes électroniques contenant des arômes qui plaisent aux jeunes, tout en limitant la publicité pour ces produits.

Plusieurs médecins souhaitent également que le Canada restreigne le nombre de points de vente où l’on peut acheter des dispositifs de vapotage ainsi que la promotion des cigarettes électroniques.

« Protéger la jeunesse du Canada devrait être de la plus haute importance pour le gouvernement et les professionnels de la santé », a déclaré le président de l’Association médicale canadienne, M. Laurent Marcoux.

Découvrez:
Après la Californie, le tabac pour les 21 ans et plus au Canada?
La ministre fédérale canadienne de la Santé, Jane Philpott, ouvrait la porte il y a 8 mois à la possibilité de faire passer de 18 à 21 ans l’âge minimal national pour l’achat de produits du tabac.

Un panneau signalant l’interdiction de fumer Photo Credit: iStock

Un panneau signalant l’interdiction de fumer
Photo Credit: iStock

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

La cigarette électronique, pas inoffensive, selon une étude – Radio-Canada 

Ottawa va légiférer pour protéger les jeunes contre les dangers des cigarettes électroniques – RCI 

Cigarette électronique : le danger de vapoter pour la muqueuse buccale – RCI 

Share
Catégories : Environnement, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*