© ALAIN JOCARD/AFP/Getty Images

La France et le Canada s’entendent sur un partenariat sur le climat

La France et le Canada travailleront ensemble à la promotion d’une mise en œuvre rapide de l’Accord de Paris sur les changements climatiques, y compris la mise à jour du programme de travail en 2018 et l’avancement du Plan d’action genre et la plateforme des peuples autochtones. 

La ministre canadienne de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, et le ministre français de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulotont décidé de travailler conjointement à l’élaboration d’un cadre pour un Partenariat France-Canada sur le climat qui comprendra des initiatives telles que :

La ministre canadienne Catherine McKenna et le ministre français Nicolas Hulot se sont réunis lors des négociations au Sommet One Planet, à Paris, le 12 décembre. © Environnement et Changement climatique Canada

  • l’action conjointe au sein de l’Organisation maritime internationale et l’Organisation de l’aviation civile internationale afin d’adopter des objectifs de réduction des émissions du transport maritime et de maintenir l’ambition et soutenir la mise en œuvre du lancement de régime de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale;
  • la promotion d’une tarification efficace du carbone, et une plus grande harmonisation des pratiques;
  • la promotion du développement durable au sein des enceintes internationales, notamment en promouvant un renforcement mutuel entre les engagements économiques et commerciaux internationaux avec les engagements climatiques;
  • l’intégration du volet climatique dans l’aide au développement;
  • la réduction des émissions dans les secteurs des forêts et de l’agriculture;
  • le travail conjoint en recherche et innovation dans le secteur des technologies vertes;
  • le développement de la finance verte;
  • la mise en avant d’un leadership international sur la conservation et l’usage durable des ressources océaniques, sur la création de côtes et communautés résilientes, sur la croissance propre et sur l’énergie.

Les deux pays comptent des politiques nationales pour limiter les changements climatiques, particulièrement en ce qui concerne la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

En effet, le 9 décembre dernier, le Canada, de concert avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, a adopté le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. Pour sa part, le 6 juillet 2017, la France a adopté son Plan climatique dans le but d’accélérer la transition énergétique et la protection du climat.

Par ailleurs, en tant que membres de l’Alliance : énergie au-delà du charbon, la France et le Canada travailleront à élaborer des instruments pour appuyer les efforts des pays qui souhaitent s’affranchir du charbon, notamment en faisant la promotion des meilleures pratiques et technologies en la matière, ainsi qu’en recherchant des solutions de financement pour des projets alternatifs fondés sur les énergies renouvelables et le stockage d’énergie.

Les ministres ont décidé de travailler de concert à l’élaboration d’une proposition conjointe à leurs dirigeants pour le début de 2018.

© ADRIAN DENNIS/AFP/Getty Images

Le Canada et les changements climatiques

Le Canada compte environ 0,5 % de la population mondiale, mais produit près de 2 % du total des émissions de gaz à effet de serre (GES). Les Canadiens se retrouvent donc parmi les plus gros émetteurs par habitant, en grande partie à cause de la taille du pays, de sa faible densité de population et des fortes demandes d’énergie qu’impose le climat, de l’économie axée sur les ressources et du volume des exportations de biens. En 2005, le Canada a émis un peu plus de 23 tonnes de GES par habitant, soit une augmentation de 8 % depuis 1990. 

La France et la production de gaz à effet de serre

Pour la France, les émissions s’établissent à 459 millions de tonnes de CO2, en baisse de 16 % par rapport à 1990. Ces chiffres ne comptent pas les émissions de l’utilisation des terres, leurs changements et la forêt (UTCF). Dans l’UE, le premier secteur émetteur est l’industrie de l’énergie, tandis que le secteur des transports est le principal contributeur aux émissions françaises. L’approche empreinte, complémentaire de l’approche territoire, permet d’estimer les émissions de GES dues à la consommation des Français. En 2010, les émissions de CO2 liées à la consommation des Français étaient supérieures de plus de 50 % aux émissions sur le territoire national.

Radio Canada International avec le ministère canadien l’Environnement et du Changement climatique et le ministère français de la Transition écologique et solidaire.
Catégories : Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*