Photo Credit: CBC

Photo Credit: CBC

Les Montréalais se rallient pour éviter la déportation d’une mère guatémaltèque

Share

Lucy Francineth Granados, une mère sans-papiers menacée au Canada de déportation mardi, a reçu dimanche plusieurs témoignages d’appuis.

Plusieurs demandent au ministre canadien de l’Immigration Ahmed Hussein et au ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale de mettre fin immédiatement à toutes les procédures de déportation à l’endroit de Lucy Francineth Granados. Dimanche toujours, des représentants de divers organismes communautaires ont lancé un cri du coeur aux instances gouvernementales, les suppliant de « laisser Lucie rester ».

Le ministre Hussein pourrait user de son pouvoir discrétionnaire afin que Mme Granados bénéficie d’un sursis et que sa demande soit étudiée.

Cette mère monoparentale de trois enfants, a été à Montréal une organisatrice communautaire et se trouve en ce moment dans un centre de détention à Laval, au nord de Montréal.

Elle est arrivée au Canada en 2009 et a déposé sa demande d’asile, comme refugié pour fuir le climat dangereux qui régnait dans son pays. Son mari y avait été assassiné par un gang criminel et elle s’estimait en danger de mort. Ses enfants sont demeurés au Guatemala avec leur grand-mère. Elle a essayé, mais a échoué, d’obtenir au Canada le statut de réfugié en 2012.

Le saviez-vous?
On estime qu’il y a environ 40 000 personnes sans statut vivant à Montréal.
Bien que Montréal ait été officiellement déclaré une ville refuge, ce qui veut dire que quelqu’un sans papiers peut recevoir des services municipaux sans craindre d’être déporté, c’est au gouvernement canadien de décider si une personne peut véritablement y rester.

Persécutée par les autorités canadiennes?

Solidarité sans frontières et le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants dénoncent les actions de l’Agence de services frontaliers du Canada (ASFC), qui selon eux aurait ciblé Lucy Francineth Granados après qu’elle eut entrepris des démarches pour régulariser son statut en soumettant une demande de résidence permanente pour des motifs d’ordre humanitaire en septembre 2017.

Plus précisément, ils exigent qu’une enquête soit menée concernant les actions de l’agent de l’ASFC qui a fait des déclarations trompeuses auprès d’elle dans le but de la piéger en janvier dernier. Ils exigent également que des comptes soient rendus en ce qui a trait à la force disproportionnée qu’auraient utilisée quatre agents de l’ASFC lors de son arrestation le 20 mars.

Le ministère de la Sécurité publique refuse de commenter l’affaire « pour des raisons de vie privée » et signale que toutes les voies d’appel sont épuisées.

Recommandé pour vous :
Comment traverser la frontière canado-américaine sans histoire et sans papiers 

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Campagne « Sans papiers, je ne suis personne » d’Amnistie internationale – RCI 

Le mouvement de villes sanctuaires s’élargit au Canada – RCI 

Montréal devient une ville sanctuaire – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*