Un avion d’Air Transat. Photo Credit: AFP/Joël Saget

Un avion d’Air Transat. Photo Credit: AFP/Joël Saget

L’attente au sol pour les passagers canadiens ne devrait plus dépasser 90 minutes, affirme le Sénat

Share

Des sénateurs canadiens se portent à la défense de voyageurs qui sont restés coincés à Ottawa, le 31 juillet dernier, de cinq à six heures à bord de deux avions d’Air Transat détournés vers l’aéroport d’Ottawa en raison du mauvais temps.

Ces sénateurs ont adopté un amendement au projet de loi C-49 qui fait ainsi passer de 180 à 90 minutes le temps d’attente maximal des passagers sur le tarmac. Il fait partie d’une vingtaine d’amendements qui ont été approuvés par le comité des transports du Sénat mardi.

Trois compagnies aériennes au pays offrent déjà volontairement de faire débarquer leurs passagers après une attente sur le tarmac qui peut varier de 90 à 360 minutes, mais il n’existe aucun standard dans la législation canadienne.

Aide-mémoire…
Le projet de loi C-49 vise à créer une charte des droits des passagers qui encadrerait non seulement le problème des longs retards sur le tarmac, mais prévoirait en plus des compensations financières en cas de refus d’embarquement lors d’une surréservation, de retards et d’annulations de vols ainsi que de la perte de leurs bagages.

Il n’en est pas question, rétorque le ministre responsable

Marc Garneau. Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

Marc Garneau. Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, indique qu’il va devoir rejeter cet amendement qui risquerait de perturber complètement la gestion aéroportuaire. « Non, on n’acceptera pas ça parce que ça va être trois heures », a-t-il affirmé en entrevue, en ajoutant qu’il s’agit d’un bon compromis.

Il note que les délais sont souvent causés par de mauvaises conditions météorologiques, des pistes enneigées ou des problèmes de contrôle du trafic aérien. Or, selon le ministre Garneau, une attente maximale de 90 minutes au sol risquerait de créer des délais encore plus longs pour les voyageurs.

« Si on choisi un temps de 90 minutes, mais disons que 15 minutes plus tard, on aurait pu décoller, en fait on vient d’ajouter du temps avant de décoller parce qu’on revient à la barrière, tout le monde débarque, a-t-il mis en garde. [Les passagers] vont rembarquer, puis en fin de compte, ils vont partir plus tard que s’ils avaient attendu un petit peu plus longtemps. »

Air Transat blâmée par l’Office des transports du Canada

Le vol TS157, un Airbus A330 en provenance de Bruxelles, avec à son bord 336 passagers, qui s’était posé à Ottawa plutôt qu’à Montréal en raison d’orages violents. Photo : Radio-Canada

Le vol TS157, un Airbus A330 en provenance de Bruxelles, avec à son bord 336 passagers, qui s’était posé à Ottawa plutôt qu’à Montréal en raison d’orages violents. Photo : Radio-Canada

Dans un rapport accablant, l’Office des transports du Canada (OTC) a condamné Air Transat à payer une amende de près de 300 000 $ et l’oblige à dédommager et à couvrir les dépenses supplémentaires que des centaines de voyageurs ont engagées après avoir été coincé dans leur avion pendant plusieurs heures à l’aéroport d’Ottawa le 31 juillet dernier.

Les vols TS507 et TS157 en provenance respectivement de Rome et de Bruxelles avaient été déroutés à cause de violents orages. La compagnie a alors refusé de laisser descendre les passagers pendant de nombreuses heures.

Plongés dans le noir, sans système de climatisation ni de ventilation, les passagers se plaignaient de ne pas pouvoir respirer et de n’avoir rien à boire ni à manger. Mais rien n’y a fait. Un des pilotes avait même refusé d’ouvrir l’une des portes de son avion pour faire circuler l’air parce que cela était, disait-il, contraire au règlement.

Air Transat et l’aéroport d’Ottawa s’étaient mutuellement renvoyé le blâme au lendemain de l’incident. Dans sa décision, l’agence fédérale jette par contre le blâme entièrement sur le transporteur aérien.

Alan et Patricia Abraham étaient parmi les passagers bloqués pendant des heures à bord du Air Transat Flight 507 le 31 juillet © CBC

Alan et Patricia Abraham étaient parmi les passagers bloqués pendant des heures à bord du vol TS507 le 31 juillet © CBC

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Passagers d’Air Transat prisonniers de leur avion : les voyageurs fustigent la compagnie – RCI 

La colère des passagers d’Air Transat prisonniers de leurs avions – RCI 

Atterrissage d’urgence d’Air Canada et un autre avion dérouté – RCI 

Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*