La saison de pêche commerciale démarre et les pêcheurs doivent faire face à divers risques reliés aux engrenages et aux équipements : les treuils, les cordages, mais aussi la météo. Photo Credit: Radio-Canada/Audrey Roy

Pêche commerciale : faire face à un cocktail diversifié de risques sur une petite surface

Share

Chuter par-dessus bord, se faire prendre au piège d’un incendie ou d’un naufrage, en plus d’être à la merci des intempéries. Les risques d’accident pour les pêcheurs en ce début de saison de pêches commerciales sont élevés. C’est ce qui justifie la panoplie de solutions proposées par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour rendre l’activité des pêcheurs plus sécuritaire.

Le bateau de pêche est au centre du dispositif de sécurité proposé par la CNESST. Les solutions concernent davantage son aménagement.

Le but est de mettre les capitaines et les aides-pêcheurs à l’abri des intempéries, des menaces d’incendies, de naufrages et autres dangers causés par les engins de pêche, entre autres « risques diversifiés sur la petite surface du bateau de pêche»,  affirme Maxime Boucher, responsable des communications à la CNESST.

Il s’agit surtout d’amoindrir les risques de chute par-dessus bord, car ils sont de plus en plus courants. Et avec des conditions très hostiles en mer, les chances de survie et de remontée d’un travailleur sont souvent très faibles.

  • En 2017, le Québec a connu une chute par-dessus bord,
  • 3 chutes mortelles depuis 2010,
  • 150 accidents au cours des 5 dernières années.

Ces chiffres ne sont certes pas très élevés comparativement aux autres secteurs d’activités, relève Maxime Boucher, mais il s’agit d’accidents graves ou mortels, car les victimes qui souffrent de blessures graves intègrent difficilement leur emploi après l’accident. 

Le dernier accident du genre remonte à l’an dernier. Un aide-pêcheur est tombé et a disparu dans les eaux glaciales en manipulant un stabilisateur.

Écoutez 

Pêche au flétan Photo : Pierre Aucoin

Attacher le travailleur à l’aide d’un harnais

Il existe de nombreuses solutions pour sécuriser les pêcheurs.

Avec le milieu instable que représente le bateau, il faut que le capitaine et son équipe éloignent les cordages des pieds des travailleurs, recommande Maxime Boucher.

Il convient aussi d’adapter son bateau pour avoir une garde tout au tour, d’une hauteur de 900 à 1200 mm, susceptible de retenir adéquatement le pêcheur qui tombe. 

Quand on ne peut pas avoir une rambarde suffisamment haute, il faut trouver le moyen d’attacher le travailleur avec un harnais pour limiter ses mouvements vers l’avant, comme c’est le cas lorsque les travailleurs doivent remonter une boîte à crevettes.

Il existe un partenariat entre la Commission et les capitaines propriétaires pour un meilleur encadrement des pratiques sécuritaires sur les bateaux.

La CNESST a mis en place un guide de Santé et sécurité à bord des bateaux de pêche pour mieux les sensibiliser.

Comme l’a relevé M. Boucher, ce guide présente les dangers en lien avec le type de pêche et les risques généraux en rapport avec la fonction des aides-pêcheurs.

Ce n’est pas un règlement en tant que tel, mais juste des pistes de solutions.

Il souligne qu’il revient malgré tout aux propriétaires de bateau d’établir les risques et de choisir les solutions appropriées.

 Lire aussi : 

Share
Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*