La distraction au volant émerge parmi les quatre principaux comportements à risque ayant entrainé le plus de décès l’an dernier en Ontario. Photo Credit: Michel Aspirot

La distraction au volant entraîne un cortège de morts toujours plus important

Share

Les données sur la circulation routière en Ontario en 2017 ne sont guère reluisantes. Le nombre de décès, pour toutes les catégories de véhicules, demeure en hausse pour la cinquième année de suite.

Les Ontariens toujours plus distraits au volant

La police provinciale a déterminé les principales causes d’accidents de la circulation dans la province.

Sur les 343 décès enregistrés l’année dernière, 83 étaient reliés à la distraction au volant, soit 19 morts de plus qu’en 2016.

De même, l’excès de vitesse, l’absence du port de la ceinture de sécurité et la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool ou des drogues apparaissent respectivement comme deuxième, troisième et quatrième causes des accidents de la circulation.

Les accidents mentionnés par la police ontarienne concernent tous les types de véhicules. Les motocyclettes, les camions de transport, les plaisanciers et canotiers, ainsi que différents véhicules hors route, sont en cause dans les milliers d’accidents recensés dans la province.

Les quatre principaux comportements à risque

 

Comprtements Décès en 2017

 

Décès en 2016

 

Distraction au volant : 

 

83

 

64

 

Excès de vitesse :

 

75

 

54

 

Port de la ceinture de sécurité :

 

49

 

45

 

Conduite avec facultés affaiblies par l’alcool ou les drogues  46

 

47

 

 

La police provinciale est triste et désappointée de voir que le bilan de 2017 est l’un des pires de l’histoire récente pour les décès sur la route et hors route. Comme c’est le cas presque tous les ans, la majorité de ces décès auraient pu être évités et sont attribuables à des comportements de conduite déficients. Tant que les conducteurs ne respecteront pas et n’observeront pas les codes de la route, de la navigation ou du hors route qui existent pour nous garder en sécurité, il y aura des tragédies.

La Police provinciale de l’Ontario s’est rendue sur les lieux de 68 794 collisions l’an dernier, dont 304 ont été mortelles. En comparaison, en 2016, il y a eu 67 450 accidents parmi lesquels 275 ont été mortels. Photo : Maxime Beauchemin

- Commissaire J.V.N. (Vince) Hawkes, police provinciale de l'Ontario

Toujours plus de collisions mortelles et de motocyclistes tués

Il y a eu 30 décès de plus à l’issue de collisions entre véhicules en 2017, par rapport à 2016, mentionne la police qui a recensé 68 794 collisions, contre 67 450 il y a deux ans.

Si au total, tous les types d’accidents ont causé la disparition de 343 personnes dans la province, les collisions à elles seules ont été à l’origine de 304 décès.

Les camions de transport ont causé le plus grand nombre de morts à la suite d’une collision. Il y en a eu 76 au total ayant entraîné le décès de 91 personnes, soit un record en 10 ans.

Les motocyclistes comptent aussi parmi les plus importantes victimes. Avec 48 décès l’année dernière, 2017 se positionne tristement comme l’année la plus meurtrière pour eux en 10 ans.

Les excès de vitesse, la perte de contrôle et la distraction au volant ont été à l’origine de 23 décès de motoneigistes de plus que l’année dernière.

Même sur l’eau, le nombre de décès de plaisanciers et autres canotiers a atteint un niveau record en huit ans, avec plus de 30 morts, dont une bonne partie reliée à la noyade attribuable au manque de gilet de sauvetage.

La petite note d’espoir découle du fait que le nombre de piétons happés mortellement a légèrement fléchi, passant de 39 en 2016 à 27 l’an dernier.

Moins d’usagers de véhicules hors route ont aussi perdu la vie l’année dernière. Fixé à 22, le nombre de morts est resté stable sur deux ans. Cela laisse présager une prise de conscience en ce qui concerne notamment le port du casque.

SOURCE

Police provinciale de l’Ontario

À lire aussi

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*