Parce que l’avenir est prometteur, une journée pour explorer l’innovation technologique de Montréal

Mardi soir, à Montréal, a lieu la Founder Institute Montreal Demo Day (site en anglais seulement), une journée dédiée à la découverte des Montréalais et des Canadiens ayant créé des entreprises de démarrage en technologie (connus comme startups) en intelligence artificielle, biotechnologie, technologies financières, technologie de l’éducation, commerce électronique et en informatique sur le nuage.

Lors de cette journée spéciale, le Founder Institute (FI), premier programme de formation en lancement d’entreprises émergentes dans le monde fondé à Montréal, invite les investisseurs en capital de risque, les médias et le grand public à y assister pour explorer les défis et réussites de ce type de jeunes pousses entrepreneuriales.

Au programme de la journée de démonstration :

Cette journée de démonstration aura lieu au Théâtre Rialto et a reçu l’appui entre autres de l’OVH Digital Launch Pad, un projet d’accompagnement technologique des jeunes entreprises travaillant dans le domaine du numérique pour qu’elles puissent bénéficier d’infrastructures sur le nuage qui soient fiables et flexibles. 

Quelle position Montréal occupe-t-elle dans l’univers des entreprises innovantes?

Sergio Escobar, directeur général du Founder Institute Montreal, insiste sur l’importance que Montréal a en ce qui concerne l’innovation entrepreneuriale, en comparaison avec la métropole canadienne Toronto.

Traditionnellement, Toronto a toujours été la métropole canadienne qui produisait, en quantité et qualité, le plus grand nombre de compagnies technologiques. Petit à petit, Montréal retrouve sa place et nous pouvons le constater avec les récents investissements en capital de risque. En effet, au premier trimestre de 2018, Montréal a été la métropole canadienne à recevoir le plus d’investissements privés au pays. Ce dynamisme récent fait en sorte que plus en plus d’investisseurs américains et canadiens prennent le risque à financer la nouvelle vague de compagnies que Montréal produit actuellement. Donc, nous n’avions pas une place prépondérante dans l’échiquier nord-américain, mais ceci est en train de changer de façon positive.Sergio Escobar, directeur général Founder Institute Montréal
Et puis, pourquoi est-il important de se tenir informé sur ce qui passe dans l’univers des sociétés émergentes en technologie?
L’innovation technologique, peu importe le domaine, est la clé pour la réussite de notre économie à court, moyen et long termes. Nous sommes en pleine course avec d’autres villes au monde pour attirer les meilleurs entrepreneurs et investisseurs au monde. C’est donc une priorité économique et sociale de favoriser l’éclosion de cet écosystème technologique. Le gouvernement du Québec commence à investir dans des programmes de sensibilisation à l’entrepreneuriat technologique à plusieurs niveaux (collégial, universitaire, nouveaux diplômés). Les meilleurs emplois rémunérés viennent de l’économie digitale, et cette tendance ne va qu’accroître de façon exponentielle avec l’arrivée de la robotisation et l’utilisation de l’intelligence artificielle pour assouplir les tâches répétitives des employés. D’ici 2020, les États-Unis et le Canada auront besoin d’au moins 1 million de personnes pour soutenir la croissance des compagnies de l’économie digitale.Sergio Escobar, directeur général Founder Institute Montréal
The Founder Institute
Comment ça marche?

Le Founder Institute offre plusieurs ateliers gratuits qui acceptent tout le monde et offrent une formation et des encouragements de haut niveau. La formation dure trois mois et demi. Après la présentation de leurs idées innovatrices aux mentors, les nouveaux entrepreneurs (fondateurs) recevront des commentaires, des cotes et des évaluations.

Ensuite, ils obtiennent des heures de travail avec des entrepreneurs, ainsi que des affectations hebdomadaires dans le monde réel des entreprises émergentes pour obtenir de l’expérience pour l’avancement entrepreneurial. Les fondateurs qui n’ont pas terminé leur mission ou qui n’ont pas obtenu une note minimale des mentors peuvent être exclus du programme et devoir s’inscrire à un programme futur.

En fait, moins de 30 % des fondateurs acceptés sont généralement en mesure de se rendre à la remise des diplômes. Adeo Ressi, président-directeur général du Founder Institute, met en garde les futurs candidats :

« Le Founder Institute est difficile parce que démarrer une entreprise durable est beaucoup plus difficile. » Adeo Ressi, PDG du Founder Institute

Selon ses propres données, le FI affirme qu’aujourd’hui ses diplômés au Canada ont amassé plus de 10 millions de dollars et bâtissent certaines des entreprises qui connaissent la croissance la plus rapide au pays.

Catégories : Économie, International, Internet et technologies
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*