Le gouvernement du Québec en croisade contre l'intimidation qui touche principalement les plus vulnérables, notamment dans les écoles. Crédit : Radio-Canada.

Violence et intimidation contre le personnel de l’éducation : tous coupables, parents comme élèves

Le syndicat de Champlain (CSQ), qui regroupe plus de 10 500 membres issus du domaine de l’éducation, personnel enseignant et de soutien scolaire, qui travaillent pour les commissions scolaires des Patriotes, Marie-Victorin et de la Vallée-des-Tisserands, sur la Rive-Sud de Montréal, tire la sonnette d’alarme sur un phénomène qui porte un préjudice important à la qualité des services qu’ils offrent au sein des établissements : la violence et l’intimidation qui frappent plus d’un personnel enseignant sur deux.

Des attaques qui revêtent plusieurs formes

La violence et l’intimidation contre le personnel enseignant, le personnel de soutien et autres personnels des services de garde, dans certains établissements scolaires appartenant aux commissions scolaires au sud de Montréal, a pris des proportions inquiétantes.

Comme l’a indiqué le président du Syndicat de Champlain, Éric Gingras, il se passe rarement une journée sans qu’il y ait des appels de membres se plaignant d’avoir été victimes d’un incident de ce genre dans les écoles.

Ces incidents, qui sont souvent physiques ou verbaux, sont le fait aussi bien des élèves que des parents.

Ainsi, parmi les incidents physiques, des enseignants ou des personnels de services de garde ont souvent mentionné avoir été mordus par des enfants en colère, d’autres se sont vus proférer des menaces par les parents qui téléphonent ou se présentent physiquement en face d’eux.

D’autres incidents physiques et verbaux impliquent des jeunes qui profèrent des injures ou tout autre propos agressif vis-à-vis des enseignants et autres personnels administratifs, leur lancent un pupitre ou un seau de recyclage, etc.

Éric Gingras, président du Syndicat de Champlain. Photo CSQ

Des faits qui ne sont pas de nature à favoriser un climat de travail serein au sein des établissements, déplore M. Gingras.

Au-delà des histoires entendues, des dossiers qui s’accumulent, des arrêts de travail qui se multiplient et des cas d’invalidité qui se multiplient, nous avons désormais des données claires et probantes sur l’état des lieux, un portrait quantifiable de ce que vit le personnel de l’éducation. Et il faut que ça change ! L’employeur a la responsabilité de respecter la Loi sur la santé et la sécurité du travail et donc, d’assurer un milieu de travail adéquat, sain, respectueux et exempt de violence et d’intimidation.Éric Gingras, président du Syndicat de Champlain. Photo CSQ

Après avoir vécu des situations de détresse psychologique importantes, certains personnels ont décidé d’abandonner leurs métiers en milieu scolaire et de changer de carrière, pour se mettre à l’abri d’une situation qui porte atteinte à leur intégrité physique et morale.

Écoutez

À noter:

(Istock). C’est grâce à un sondage Léger sur la reconnaissance, charge de travail, la prévalence de violence (physique et verbale) et de cas d’intimidation sur les lieux de travail et sur les relations avec le personnel de direction, que le Syndicat de Champlain a pu réaliser les principaux constats suivants : 

Plus d’une personne sur deux a été témoin ou victime de violence physique dans son école ou son centre;

Près de trois personnes sur quatre ont été témoin ou victime de violence verbale dans leur établissement;

Plus d’une personne sur deux a été témoin ou victime d’intimidation dans son milieu, une fois sur trois par son supérieur;

Plus d’une personne sur quatre qualifie le climat de travail dans son milieu de mauvais. La proportion monte à une personne sur trois chez le personnel enseignant.

L’Immobilisme de certains établissements dénoncé

Le président du CSQ remet en cause le mutisme de certains établissements scolaires en face d’un phénomène qui mine la qualité du travail et la santé du personnel dans les établissements scolaires.

Selon lui, les directions des écoles et les commissions scolaires devraient intervenir ou agir davantage pour mettre un terme à cette situation.

Au niveau du ministère de l’Éducation, des efforts sont également attendus, notamment en ce qui concerne le déploiement de bonnes ressources pour mettre en œuvre les plans d’action pensés pour contrer ce phénomène.

Le syndicat entend élaborer sous peu une série de mesures pour tenter de venir à bout du problème:

Il sollicitera, dès les prochaines semaines, des rencontres avec les services des ressources humaines et les directions générales des commissions scolaires sur son territoire pour leur faire part des constats de l’étude et pour les interpeller sur les mesures qu’ils comptent prendre pour assumer leurs responsabilités et s’assurer de remédier à cette situation

Dès la rentrée scolaire 2018-2019, ìl mettra en œuvre une nouvelle procédure d’intervention, élaborée au cours des derniers mois grâce au travail de collaboration entre les différents services, sections et ressources du Syndicat,

Désormais, peu importe la commission scolaire, toutes les situations dénoncées qui toucheront la santé et la sécurité du travail seront traitées de la même façon, afin de maximiser l’efficacité d’intervention.

Le niveau de tolérance, en ce qui concerne les agressions physiques, verbales, et autre intimidation sera ramené à zéro, car il y va de la santé et de la sécurité des personnes au travail.

Lire aussi :

Journée internationale de l’enseignant : le paradoxe de l’enseignant canadien plutôt fier, mais aussi frustré!

La violence est une épine qu’il faut extraire des souliers des écoliers!

Halte à l’intimidation dans les écoles et les communautés!

Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*